Down II - A Bustle in Your Hedgerow...

Liste des groupes Sludge Metal Down Down II - A Bustle in Your Hedgerow...
Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
17/20
Nom du groupe Down
Nom de l'album Down II - A Bustle in Your Hedgerow...
Type Album
Date de parution 2002
Style MusicalSludge Metal
Membres possèdant cet album303

Tracklist

1. Lysergik Funeral Procession
2. There's Something on My Side
3. The Man That Follows Hell
4. Stained Glass Cross
5. Ghosts Along the Mississippi
6. Learn from This Mistake
7. Beautifully Depressed
8. Where I'm Going
9. Doobinterlude
10. New Orleans Is a Dying Whore
11. The Seed
12. Lies, I Don't Know What They Say But...
13. Flambeaux's Jamming with St. Aug
14. Dog Tired
15. Landing on the Mountains of Meggido

Chronique @ Julien

17 Novembre 2008
Difficile de faire une chronique si tardive d’un tel chef d’œuvre. Mes souvenirs de l’époque me faisaient penser que ce disque était la perfection incarnée et plus je l’écoute plus je me dis j’avais raison. Ce n’était pas la peur de ne plus jamais avoir d’autres albums de Down a me mettre sous la dent qui me faisait parler, c’est bien le génie de ses membres. Et pourtant que ce disque fût difficile a faire. On ne le saura qu’après mais Phil et Pepper ne se sont pratiquement pas adressés la parole pendant l’enregistrement et pourtant il se dégage de se disque une cohésion si viscérale que s’en est presque troublant. Mais tout n’est que bluff et il faut se méfier de l’eau qui dort. C’est pour cela que Rex Brown arrive à la rescousse du groupe, Kirk (et non pas Todd Strange comme on nous l’avait fait croire) n’a pas autant de feeling à la basse que derrière sa six cordes. Quel apport considérable. Le sous titre du disque provient de la chanson phare Starway To Heaven et l’ombre du zeppelin de plomb plane au dessus de ce disque. Oserais-je dire que si Led Zep était né dans les années 90, il se serait appelé Down, peut être……..

Tant de chose on été raconté sur le groupe et sa magnificence que je ne sais par ou commencer. L’intro nous place dans l’ambiance qui s’annonce déjà chargée. L’accordage et le son qui avait fait la richesse de Nola sont de retour avec une production plus épaisse que jamais. « Lysergik Funeral Procession » place d’emblé la barre extrêmement haut avec son riff lourd et son refrain imparable. Les structures ont évolués vers quelque chose de plus complexes, de plus 70’s. 70 ‘s mais avec un son, admirable mélange entre celui de Crowbar et celui de COC. Si vous rajouter par-dessus le son de basse de Pantera vous obtenez une merveille. La démonstration continue avec le plus direct mais non moins excellent « There's Something On My Side ». Rien a redire comme pour le titre ouvrant la galette, gros riff, gros refrain. « The Man That Follows Hell » est probablement le titre le plus faible de l’album, c’est donc dire si le niveau est élevé. On l’écoutera malgré tout avec un régal non dissimulé. C’est sur des titres comme « Stained Glass Cross » que l’on peut se croire dans les années 70. Avec la présence d’un Melotron l’on se croirait vraiment revenu au temps de Cactus et autre groupe phare de ces années là. D’autant que le groove dégagé par la paire Bower/Brown est incomparable. Jimmy Bower est vraiment un exemple suivre en tant qu’homme orchestre. Il sait tout faire et surtout il le fait super bien. Après cet interlude très cool les choses très sérieuses reprennent avec « Ghosts Along the Mississippi ». Le refrain fait parti de l’un des meilleur du groupe et la tête ne que se mettre à bouger dans tous les sens. C’est avec un tub en puissance qui sera d’ailleurs d’un des singles de cet album. En live il est d’ailleurs le moment de folles réjouissances dans les pogos. Afin de nous poser un peu nous avons le droit au planant « Learn From This Mistake ». C’est sur ce genre de titre que le groupe fait la différence en osant. Il ose coller une sorte de balade bluesy avec un une grosse disto surpuissante dans avoir peur de ce que les gens vont penser. Imparable là aussi en live. Autre single ne force « Beautifully Depressed ». Lyrics explicite, chant impeccable mais que dire de plus si ce n’est que le titre d’après est unique et monstrueux. La clé tourne, le moteur démarre, le dobro raisonne « Where I'm Going » trouble. Cette vrai balade de cow-boys est d’une sensibilité à fleur de peau. J’en ai l’estomac tout retourné a chaque fois et pourtant je l’ai écouté et re-écouté. S’en suit un petit interlude comme l’apprécie Down avant de nous balancer le titre le plus headbangant de la galette « New Orleans Is A Dying Whore ». Grans moment de rock’n roll rien de plus…… « The Seed » commence avec un Bower Power qui hurle « The power of the riff compels me » avant de nous asséner un bon coup de baguette, jouer a Paris, un régal. Les titres passent et l’on arrive à la jam final « Landing On The Mountains Of Meggido ». Voilà un magnifique point d’orgue pour un disque dans aucunes failles.
On ne peut pas parler de Down sans parler de son chanteur Phil Anselmo. Il réalise ici sa meilleure prestation tous groupes confondus. Toujours dans l’émotion, ses lignes de chants sont aussi originales que variées. En ayant écouté le Superjoint Ritual en quasiment même temps je me demande si ceux sont bien les même personnes qui ont chanté. Impérial il fait de se Down II un album mythique

Si je devais partir sur une île déserte avec 5 disques ce DOWN II en ferait parti, il serait même le deuxième dans ma liste. Parfait de bout en bout, inspiré, varié et n’ayant pas peur de le redire parfait, il mérite une attention particulière. Bravo !!!!!!!!!!!!!!!!

2 Commentaires

4 J'aime

Partager
Spirit_Of_Deathiny - 05 Septembre 2010: 19/20 !!! O_o Bon, je l'ai pas encore écouté mais d'après ta cho il parait exceptionel...quand même, 19/20,il faut vraiment qu'il envoie du sacré paté pour arriver à cette note là. Où peut être que tu te laisse trop emporter par tes sentiments Julien? ^^ Bon je vais me faire la galette pour me donner un avis là dessus.
echaosis - 27 Mai 2011: cette galete n'est rien d'autre qu'un pur diamant noir, brut, profond comme le rêve, dérangeant comme un trou noir, un cauchemars poisseux dans un bordel poussiéreux de la NOLA. A ECOUTER APRES UNE FETES METALLIQUE BIEN ARROSEE AVEC BEAUCOUP D'ALCOOL ET UNE BONNE NUIT BLANCHE? Là, c'est bien venu au pays d'alice et des merveilles.
sérieux, à écouter absolument. comme tout les albums de down. ahahahah, ce groupe me rend dingue, du génie à l'état pur.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ MercuryShadow

27 Juin 2005
Voilà Down qui nous revient avec un album qui fleure bon le whisky et la Nouvelle-Orléans! Ce combo, formé de membres de Pantera et de Crowbar, nous ressert ici son mélange surprenant de thrash et de rythmiques de blues, pour un résultat des plus agréables.
Dès le premier morceau, le fan de Pantera se trouve en terrain connu: Phil Anselmo chante diaboliquement bien, les riffs sont d'une lourdeur incroyable... Bref, tout ce qu'un amateur de thrash était en droit d'attendre. Mais lorsque la basse entre en jeu, c'est pour insuffler au groupe un groove imparable, qui pousse l'auditeur à taper du pied comme un dément! Ce sens du rythme, marque de fabrique du combo, ne quittera l'album qu'en de rares occasions, pour de lancinantes ballades enfumées ("Where I'm going", "Landing on the Mountains of Meggido").
Mais ce qui constitue la moelle épinière de ce disque, c'est bien ce savant dosage entre des riffs qui arrachent tout sur leur passage ("Lysergik Funeral Procession", "The Man that follows Hell", "Ghost along the Mississipi") et de lourdes mélodies hantées ("There's something on my side", "Beautifully Depressed"). Et lorsque le groupe se fâche vraiment, cela donne "New Orleans is a dying whore", brûlot de power-thrash incandescent qui dépeint leur région fétiche sous un jour... peu flatteur.
Ce deuxième album de Down (et sans doute dernier, le groupe ayant mis son existence entre parenthèses en raison de son manque de succès commercial) est donc une de ces pépites méconnues qui, de temps à autre, viennent illuminer la vie d'un métalleux. Anselmo et ses camarades de jeu ont composé ici un disque à l'odeur de vieux bourbon, qui laisse un goût délicieux en bouche.

3 Commentaires

3 J'aime

Partager
katchoke - 04 Mai 2008: à noter le fait que down ne s'est pas arrété, et qu'il continue à sortir des albums, enfin un troisieme pour l'instant, pourvu que ça dure!
leatherface - 12 Octobre 2008: quleques hérésies dans ta chro qui mériterait réctification...
echaosis - 27 Mai 2011: 16/20, cet album est un des rare albums de metal qui mérite un total respect de tous, y a pas d'autre note que 20/20, parfait.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire