Deny Reality

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Re-Animator
Nom de l'album Deny Reality
Type MCD
Date de parution 1989
Style MusicalThrash Metal
Membres possèdant cet album28

Tracklist

1. Deny Reality 04:51
2. Follow the Masses 04:21
3. Fatal Descent 05:19
4. O.P.C. 00:20
5. D.U.A.F. 03:09
6. Re-Animator 06:06
Total playing time 24:06

Commentaire @ Fabien

10 Janvier 2013

Formé en 1988 à Hull (Yorkshire) en Grande-Bretagne, Re-Animator suit la voie des formations fun-thrash britanniques comme Acid Reign, son homonyme de la ville voisine Harrogate avec lequel il partage une grande amitié. Les deux groupes complètent d’ailleurs tous deux les rangs de l’écurie londonienne Under One Flag, fameuse division de la maison indépendante Music for Nations. Le contrat entre le groupe et son label se matérialise dès 1989 par l’enregistrement du mini-album Deny Reality, sous l’œil bienveillant de Colin Richardson aux Slaughterhouse Studios (Bolt Thrower, Carcass, Napalm Death), précédant de quelques mois la venue de Lawnmower Deth et Acid Reign, qui opteront aussi pour ces lieux mythiques lors de la capture respective de leur album Ooh Crickey et Obnoxious.

A l’image de la pochette de Deny Reality représentant les singes de la sagesse (je ne dis, ni vois, ni entends le mal), Re-Animator adopte un discours positif et un comportement résolument cool. Si l’on retrouve d’ailleurs cette volonté de ne pas se prendre trop au sérieux sur l’interlude OPC et le morceau DUAF, notre quatuor n’est pas aussi désinvolte qu’il veut bien le laisser paraître, lâchant un thrashmetal solide et fort bien articulé.

Débutant sur un sampler de l'immanquable film de Stuart Gordon (1985) à partir duquel le groupe a choisi son patronyme, la piste éponyme (que l’on retrouve d’ailleurs sur le quatrième volume de la fameuse compilation Speed Kills Volume IV) démarre sur les chapeaux de roues, le décrochage des guitares au profit d’un couple basse / batterie nerveux et du chant rageur de Kev Ingleson apportant un surcroît d’énergie. Si Follow the Masses et Fatal Descent possèdent quant à eux une couleur et un riffing assez similaires, notre quatuor clôt le mini-album sur un final puissant et équilibré, très représentatif de son thrashmetal vitaminé et se hissant parmi les meilleurs titres de sa carrière. Paru initialement en vinyle, Deny Reality est également inclus dans son intégralité sur la version CD de Condemned to Eternity, debut-album qui déboule dès l’année suivante sur le même label.

Fabien.

5 Commentaires

0 J'aime

Partager
da_sway - 15 Fevrier 2013: Merci pour la chronique! Re-Animator est un groupe plaisant à écouter, même si perso, il ne marque pas les esprits. Dans le duo Deny Reality / Condemned to Eternity, j'ai encore une préférence pour le Deny Reality, un ton au dessus
da_sway - 16 Fevrier 2013: Perso, je les ai sur deux vinyles distincts ;)
Archiviste - 01 Juillet 2013: Excellente Chronique, et parfaitement détaillée, que je n'avais pas encore pris le soin de lire. Pour clore ce chapitre sur Re-Animator, le nerveux Deny Reality et l'ambiant Condemned to Eternity sont les meilleurs albums de la formation.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire