Damnations Prophecy

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Abominator
Nom de l'album Damnations Prophecy
Type Album
Date de parution 1999
Style MusicalBlack Death
Membres possèdant cet album23

Tracklist

1.
 Intro / Filthy Spirit Antichrist
 03:50
2.
 Debauchery (the Sinners Hammer)
 04:32
3.
 Damnation's Prophecy
 05:47
4.
 Intro / War Worship
 04:27
5.
 Activate the Anarchus
 05:42
6.
 The Conqueror Possessed
 05:58
7.
 Unholy Consecration
 06:25
8.
 Ode to Morbid Pleasure
 07:21
9.
 Luciferian Path to Destruction
 06:25
10.
 Sepulchral Vomit / Outro
 06:06

Durée totale : 56:33


Chronique @ tonio

16 Juin 2007
Bienvenue dans l’univers poétique du war métal, ou du nuclear war métal, choisissez l’étiquette que vous préférez ! Un des représentants de ce style si particulier, quelque peu tombé en désuétude, est le groupe australien ABOMINATOR, formation entièrement dévouée à une brutalité primaire et sans finesse. Rien que le nom du groupe, ça en dit long ! Arrêtez de rire et reprenez votre souffle…

C’est vrai que ABOMINATOR, fallait quand même oser comme patronyme ! Preuve que le groupe n’a peur de rien et ne se fixe pas de limites, au moins on sait d’avance vers quoi on va musicalement. Les trois brutes qui composent le line-up d’origine en avaient marre de tirer à la carabine sur des kangourous, alors vu qu’ils étaient tous fans de thrash / death (sur les photos intérieures, ils portent des t-shirts de KREATOR, CELTIC FROST et BATHORY), pourquoi ne pas mettre sur pied eux même leur machine à boucan ? ABOMINATOR est donc né, puisant dans le thrash des années 80 la fureur des riffs, dans le death les constructions complexes aux breaks incessants et dans le black la vitesse d’exécution et l’idéologie sataniste. C’est donc tout ça le war métal, un mix de thrash, le death et black joué sur des tempo à exploser les métronomes. Certains représentants de ce style sont assez connus, comme ANGEL CORPSE, BESTIAL WARLUST ou BLASPHEMY, ABOMINATOR n’a quant à lui jamais vraiment réussi à faire parler de lui.

Les dix titres de ce premier album (le groupe ne changera pas vraiment la donne par la suite !) sont donc balancés sur des rythmes supersoniques et ont pour unique mission de vous assommer sous un déluge de riffs simplistes et ultra rapides. Les compos sont par contre étonnamment longues compte tenu du style, car l’album atteint tout de même 56 minutes ! ABOMINATOR cherche donc malgré tout à construire ses compos de façon assez tortueuse, mais des longueurs se fond clairement sentir. 35 minutes à se régime là, ça aurait suffit amplement ! Dur de faire la différence entre un morceau et un autre car la recette reste quasiment tout le temps la même, une alternance de blasts, de mid-tempo guerriers soutenus par la double et de solos épileptiques dans un style très ANGEL CORPSE. Les vocaux sont teigneux, entre le death et le black, et collent tout à fait à l’esprit chaotique et cradingue de l’album. La production est également à l’image de trio, brute sans fioriture…

Le groupe dévie parfois vers du death plus old school (l’intro de "Activate The Anarchus") et rajoute ça et là des touches de synthé, des rythmes de caisse claire militaire, quelques parties lourdes ou des semblants de mélodies ("The Conqueror Posessed"), ce qui rend au final cet album assez sympathique. L’ensemble reste toutefois d’une brutalité extrême et il se dégage de « Damnations Prophecy » une réelle ambiance d’apocalypse qui ravira les amateurs de bestialité primaire.

Cet album n’est pas une merveille mais possède un certain charme grâce à son côté rentre-dedans et son honnêteté, car ABOMINATOR ne prend pas de gants avec vos oreilles et ne cherche pas à plaire au plus grand nombre. Même si le groupe tient toujours bon aujourd’hui, la recette a clairement tendance à se répéter et les musiciens (il y a eu pas mal de changement de personnel depuis) n’ont toujours pas sorti l’album qui les ferra connaître à plus grande échelle…



1 Commentaire

3 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire