D.R.U.G.S.

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
19/20
Nom du groupe Destroy Rebuild Until God Shows
Nom de l'album D.R.U.G.S.
Type Album
Date de parution 22 Fevrier 2011
Style MusicalPost Hardcore
Membres possèdant cet album25

Tracklist

1. If You Think This Song Is About You, It Probably Is
2. The Only Thing You Talk About
3. Graveyard Dancing
4. Mr. Owl Ate My Metal Worm
5. Sex Life
6. Laminated E.T. Animal
7. Stop Reading, Start Doing Pushups
8. I'm the Rehab, You're the Drugs
9. I'm Her to Take the Sky
10. The Hangman
11. My Swagger Has a First Name

Commentaire @ puma333

01 Avril 2012

En y réfléchissant bien, rien n’est à jeter sur cet album

D.R.U.G.S, nouveau projet de Craig Owens (ex-Chiodos), sait comment s’y prendre quand il s’agit de créer le buzz. En témoignent les chansons accompagnées de vidéoclips dévoilées au compte-goutte sur son site. Autant dire que ce premier album est très attendu. La question qu’on peut se poser est la suivante : en vaut-il vraiment la peine ?

C’est If You Think This Song Is About You, It Probably Is, morceau très prometteur dévoilé par le groupe en Novembre dernier, qui ouvre l’album. Court, rapide, violent et accrocheur. Au fil des morceaux, on découvre avec une certaine satisfaction que le reste de l’album est d’une qualité semblable.
Un album où les parties hardcore se marient parfaitement bien avec des temps plus calmes comme en témoignent les violons sur Sex Life ou les quelques éléments électro présents tout au long de l’album.

D.R.U.G.S semble avoir trouver la bonne formule : on ne se retrouve pas submergé par des séquences de hurlements et de double pédales à n’en pas finir et dont on se lasse vite. Elles sont juste assez fréquentes pour donner une certaine énergie aux morceaux. Et quand je dis « formule », n’y voyez pas un côté mécanique ou un manque de spontanéité : une séquence hardcore par-ci, un air de berceuse par là, de bons gros riffs rock parfois même punk et tout ça au sein d’un même morceau, quel programme !

L’album est cohérent sans pour autant sembler redondant. En effet, l’énergie (et notre attention) ne retombera à aucun moment. Pas même pendant I’m Here To Take The Sky, morceau à la limite du pop-rock et aux airs de « ballade », une sorte de break avant de reprendre sur l’excellent The Hangman.


En y réfléchissant bien, rien n’est à jeter sur cet album. La réponse est donc oui, il en vaut la peine. Et il ravira très certainement tous les fans de Post-Hardcore.

0 Commentaire

0 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Destroy Rebuild Until God Shows