Consume the Forsaken

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
17/20
Nom du groupe Disgorge (USA)
Nom de l'album Consume the Forsaken
Type Album
Date de parution 07 Mai 2002
Style MusicalDeath Brutal
Membres possèdant cet album87

Tracklist

1. Demise of the Trinity 03:33
2. Perverse Manifestation 04:28
3. Manipulation of Faith 03:11
4. Consecrating the Reviled 02:35
5. Indulging Dismemberment of a Mutilating Breed 02:53
6. Consume the Forsaken 03:38
7. Dissecting thee Apostles 03:05
8. Denied Existence 03:44
9. Divine Suffering 04:45
Total playing time 31:42

Chronique @ Fabien

13 Fevrier 2008
Trois ans après l’abominable She Lay Gutted, avec sa pochette et ses textes outranciers, Disgorge revient battre les tympans des métalleux les plus endurcis. Il délaisse cette fois son gore inutile et choquant, adoptant un concept plus sobre en apparence, mais tout aussi malsain, jetant cette fois son dévolu sur le messie et ses douze apôtres. Reconduisant son contrat avec l’écurie Unique Leader, le quatuor de San Diego rejoint Chris Djuricic au Studio One en février 2002, pour les sessions de Consume the Forsaken, son troisième méfait impeccablement illustré par l’incontournable Jon Zig.

Version extrême de Cannibal Corpse et Suffocation réunis, Disgorge reste fidèle à son death brutal et particulièrement étouffant. Dès le terrible Demise Of The Trinity, le couple rythmique de Ricky Meyers et Ben Marlin (RIP) broie tout sur son passage, à coup de blasts, de roulements et de grondements d’une violence sans limite, mais également d’une maîtrise imparable, servant les riffs techniques et suffocants de Diego Sanchez. AJ Magana, nouvelle recrue au micro, enfonce alors le clou, avec son dégorgement parmi les plus effrayants jamais entendus.

Pourtant, au-delà d’un mur sonore apparemment infranchissable, Consume the Forsaken affiche une précision et une subtilité étonnantes, comblant le fan de death brutal le plus exigeant, depuis les redoutables Perverse Manifestation & Manipulation Of Faith, jusqu’à Divine Suffering et son final écrasant. Bénéficiant en outre d’un enregistrement d’une épaisseur et d’une lourdeur considérables, l’album montre ainsi toute la marge de progression effectuée par Disgorge depuis Cranial Impalement & She Lay Gutted, laissant déjà les deux précédents assauts loin derrière.

Brutal et asphyxiant au possible, ne laissant aucune seconde de répit durant ses 31 minutes, Consume the Forsaken s’adresse avant tout au fan inconditionnel de deathmetal extrême. Ses compositions meurtrières, plus abouties et parfaitement assemblées, hissent sans conteste Disgorge parmi les formations les plus intéressantes du "brutal underground" californien, aux côtés de ses confrères de Deeds Of Flesh.

Fabien.

11 Commentaires

8 J'aime

Partager

Wyndorel - 04 Fevrier 2010: Je plussoie tout à fait Fabien. De manière générale, le death metal est relativement hermétique et il faut savoir l'explorer assez profondément afin d'acquérir un certain discernement entre l'abscons et le stérile. Ensuite, il est question de sensibilité personnelle mais aussi d'état de conscience (car on a pas la même réceptivité selon cette dernière, au-delà de la première citée)...
NICOS - 04 Fevrier 2010: Wyndorel, tu sembles etre un phylosophe...et ce que tu dis, après une ou deux minutes de réflection, me semble vrai! chacun va chercher des sentiments differents dans un album, donc va l'apprécier différemment. Je pense que le moment ou la période joue beaucoup aussi. On adore tous certains albums, que l'on a découvert il y a longtemps, ou on est tout sauf objectif ( je pense a nos premiers albums quand on était ados). C'est en ca que Spirit est interessant, et que de lire des passionnés comme Fabien oblige à sortir de son foutu cadre de référence ou on s'est persuadé d'une vérité pendant des années alors qu'elle n'est pas forcemment fondée.
Wyndorel - 05 Fevrier 2010: Je n'apprécie guère le terme philosophe me concernant, car je ne sonde pas les sphères de la métaphysique (mais au-delà de ça, de la conscience ou la vie plus entièrement) pour le plaisir des concepts que je puis en retirer, mais par profond désir et besoin d'explorer et accéder aux choses afin d'en extraire une certaine véracité, beauté ou pureté; j'y recherche la vie somme toute. Enfin, ce n'est pas tellement ce que la finalité semble m'apporter, mais peut-être doit-on aussi savoir faire avec ce qui est à disposition, sans chercher à répondre absolument, avec intransigeance et entièreté, aux besoins de notre "âme" afin de ménager une certaine marge salutaire...

Autrement, je ne peux qu'acquiescer à tes propos, tout à fait justes et, à ce titre, Fabien fut d'une précieuse influence me concernant, m'ayant permit d'explorer au fil de ses rédactions authentiques et passionnées un monde (celui du death metal) dont les premières images ne m'avaient pas terriblement faites vibrer (alors que je réalise désormais à quel point il me correspond et sa richesse). Et puis régulièrement, c'est un réel plaisir que de converser avec lui, ainsi que de continuer à lire ses excellentes chroniques, de même que partager mes opinions avec les quelques autres individus dignes d'intérêt présents ici.
666Metalhead666 - 30 Mai 2012: J'adore cette album \m/

pour moi! Consume the Forsaken est meilleur que She Lay Gutted.c'est mon opinion! cranial impalement est LE meilleur album
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire