Conceptarium

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Dysylumn
Nom de l'album Conceptarium
Type Album
Date de parution 01 Septembre 2015
Style MusicalBlack Death
Membres possèdant cet album7

Tracklist

1. Vide Spatial 04:08
2. Cauchemar 03:05
3. Esclave Céleste 04:13
4. Conceptarium (Part I) 04:39
5. Conceptarium (Part II) 04:37
6. Agonie 03:31
7. Réveil 03:18
8. Voyage Astral 05:05
9. Nébuleuse 07:13
Total playing time 39:49

Acheter cet album

Dysylumn


Chronique @ Matai

03 Octobre 2015

Dysylumn offre une suite sympathique à son EP éponyme

Souvenez-vous ! En juillet 2013 sortait le tout premier EP de Dysylum, formation lyonnaise composée de Sébastien Besson à la guitare et au chant, et d'Olivier Kaah à la batterie. Peut-être lisez-vous ces lignes avec une pointe de scepticisme, Dysylumn n'ayant pas totalement marqué les esprits. Si on devait décrire la musique du projet en quelques mots, disons qu'il s'agit d'un death technique et atmosphérique inspiré par l'astronomie. Les deux premiers titres, "Conceptarium" partie 1 et 2, nous montraient la couleur mais nous laissaient sur notre faim. Ce n'était pas du tout suffisant ! Mais heureusement, Sébastien est de retour en grande forme avec un album complet, "Conceptarium" sorti tout début septembre.

Dès les premières notes de "Vide Spatial", on sent cette envie de nous entrainer dans l'immensité de l'espace. Il n'est pas question de beauté, ni de lumière ou de chaleur, mais plutôt de noirceur et de froideur. Le rythme, plutôt lent, et les riffs compacts nous montrent à quel point l'espace est dense, lourd, inquiétant. L'auditeur se retrouve, malgré lui, pris dans la dilatation du temps et de l'espace, comme si un trou noir l'écrasait par l'intensité de son champ gravitationnel.

"Cauchemar" accélère la cadence avec une batterie plus incisive. La guitare est plus technique, lançant autant d'offensives que de plans alambiqués, le growl bourré de reverb nous entraîne au plus profond du cosmos, là où les astres ressemblent à des boules de billard cosmiques. Les atmosphères et les mélodies nous éloignent de notre Terre d'origine et nous dévoilent un monde opaque et inaccessible. Cela est amplifié par de subtiles touches black, rappelant les oeuvres de Darkspace ou de Locus Neminis. On s'y croirait presque.

Dysylumn sait varier son propos avec un death metal touche à tout, souvent très technique à l'image d'Obscura, parfois progressif comme les Canadiens d'Augury, en témoignent les deux parties de l'éponyme "Conceptarium" : variations rythmiques, riffs lourds et incisifs, mélodies dramatiques...."Réveil" nous montre quelque chose de plus énergique et de plus mélo-death avec son growl caverneux, bien que trop monocorde. "Voyage Astral" nous fait passer d'une ambiance à une autre mais aurait pu être plus étirée dans le temps, histoire de nous faire voyager davantage...

Il faudra attendre la fin de l'opus pour déceler un soupçon de lumière avec "Nébuleuse" et son final space ambient mélancolique de toute beauté. Un repos bien mérité après ce périple écrasant, maîtrisé d'une main de maître par un duo en grande forme. Ces musiciens savent retranscrire une ambiance et on ne peut que se prêter au jeu, même si cela aurait pu être mieux abouti : le growl n'est pas assez expressif et trop dans la même tonalité, et la production, trop compacte, ne fait pas suffisamment ressortir tous les instruments. Elle n'en demeure pas moins authentique.

Dysylumn offre une suite sympathique à son EP éponyme, développant davantage son concept et délivrant des titres badass aussi écrasants qu'enveloppants. Les groupes de death technique actuels s'entassent à n'en plus pouvoir, offrant des albums qui sentent le réchauffé. Le duo lyonnais a, lui, tout le mérite d'apporter un peu de fraicheur avec ses touches black, prog, et post-metal et il n'a même pas besoin de foutre du clavier partout pour faire cosmique...

2 Commentaires

4 J'aime

Partager
Icare - 03 Octobre 2015: Dis donc on dirait une de tes pochettes... :-)
Matai - 04 Octobre 2015: Oui, c'est le genre de pochette que j'aurais pu faire, mais elle n'est malheureusement pas de moi :)
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire