Cobras and Fire (The Mastermind Redux)

Liste des groupes Stoner Monster Magnet Cobras and Fire (The Mastermind Redux)
ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Monster Magnet
Nom de l'album Cobras and Fire (The Mastermind Redux)
Type Album
Date de parution 09 Octobre 2015
Style MusicalStoner
Membres possèdant cet album9

Tracklist

1. She Digs That Hole
2. Watch Me Fade
3. Mastermind
4. Hallucination Bomb
5. Gods and Punks
6. The Titan
7. When the Planes Fall from the Sky
8. Ball of Confusion
9. Time Machine
10. I Live Behind the Paradise Machine Evil Joe Barresi's Magnet Mash Vol. 1

Chronique @ LostPhoenix

08 Novembre 2015

Un voyage temporel pour clarifier le retour aux sources.

Monster Magnet aime voyager dans le temps. Le 9 octobre 2015 annonce la sortie de Cobras and Fire (The Mastermind Redux). Cet album, qui revisite donc Mastermind (2010), est-il un point de non retour ? Nous sommes en droit de nous poser la question : Monster Magnet se prend-t-il pour Marty Mcfly, et trouve-t-il goût à retourner dans le passé pour changer les détails qui font la différence ? Car je vous rappelle que Milking the Stars a Re-Imaging of Last Patrol (2014) était déjà un remake de l'excellent Last Patrol (2013).
Ceci étant dit, on peut voir les choses sous plusieurs angles. Le premier, très censé, du chroniqueur qui connaît le monstre sur le bout des doigts, en se demandant pourquoi, comment et quelles sont les différences...
Le deuxième en se disant que nous sommes en 2015 et si Cobras and Fire pouvait se justifier par lui-même. Si nous tentions d'oublier Mastermind pour un temps et apprécier ce dernier né. Essayons de se dire que Monster Magnet n'est pas en manque d'inspiration, ne refais pas juste l'histoire, et n'est pas, une fois de plus, son propre fan.

Avant de commencer la chronique du son, replaçons les choses, car les voyages dans le temps peuvent déboussoler les vieux fous, et une courte présentation éduquera les plus jeunes loups. Nous voilà devant le nouvel album du monstre fumant aux cornes plus impressionnantes que celles d'un autre géant du Hard Rock rugissant. Mais prudence, comme peut nous le suggérer la pochette de l'album, la puissance fera ici place à une certaine Zen attitude. Qu'est-ce qui a bien pu piquer Dave Wyndorf pour en arriver là ? Par contre, pour ne pas oublier les sursauts du taureau, le rouge omniprésent saura nous rappeler à l'ordre pour quelques titres qui réveilleront certains aigles de la route.

L'album ouvre sur un triptyque qui va éclairer cette scène d'une façon très caractéristique du groupe. En premier lieux,« She Digs That Hole », où la voix et l'orchestration nous ramène au début des années 90 . Un temps où un certain The Big F nous gratifiait du même genre de Rock accrocheur. Puis le Stoner Rock de « Watch me Fade » aux tons violet-rose surchargé en orgues émerveillera vos oreilles. Et « Mastermind », la pièce maîtresse d'un passé retrouvé, vous touchera en plein milieu du front. La basse omniprésente de Chris Kosnik, la voix caverneuse de Dave Wyndorf, et les guitares croisées de Phil Cavaino et Garret Sweeny raviront les plus férus. Dans la même veine, et regroupant les points forts de ces 3 titres, on ne pourra pas passer à côté de la reprise, des The Temptation, « Ball of Confusion » aux rythmiques bien déjantées et envolés follement psychés.

Mais le cœur de l'album est bel est bien « Hallucinations Bomb ». Le mirage commence avec la voix de Dave qui, sur le refrain, prend des intonations d'Axel Roses sur un certain titre planant et grave à la fois. Ce morceau mêle tous les ingrédients les plus subtiles d'un Stoner Rock fantasmagorique : guitare claire entrecoupée de flash électriques, rythme lancinant accompagnant une voix changeante à souhait. La présence de sonorités orientales amenées par les guitares, voir les sitars aux notes hypnotiques. Un titre de plus de neuf minutes qui est le corridor vers la deuxième partie de l'album dominée par la plénitude. 
En effet « Gods and Punks » glisse doucement sur ces mêmes ondes, en ajoutant une dose d'inquiétude dans les mélodies de la guitare solo. Une impression d'étrange et de mystère que va transcender « The Titan », en oubliant la partie rythmique pour ne faire ressortir qu'une épaisse majorité de sons synthétiques. Un titre instrumental qui figurerait sans problème au milieu d'un Opéra planétaire ouvrant les champs démesurés du Space Rock. Puis revient l'idée de ce voyage inter-dimensionnel et surtout intemporel avec « Time Machine ». Un titre dominé par les mélodies discontinues de guitares soutenues par un clavier apaisant. Un trio de six cordes qui nous transporte au sommet d'une vision musicale totalement épurée.

Je suis conscient que ma description déboussolera peut être les inconditionnels du Mastermind original. Mais, mesdames et messieurs les puristes, soyez certains qu'il n'y a pas d'erreur. Cobras and Fire est bien différent de son original de 2010. Un album qui assure ce que le monstre magnétique sais faire de mieux dans les styles qu'il affectionne. Un disque peut-être plus réfléchi et mieux structuré. Ce nouveau risque pris, pour ce voyage dans le temps n'est pas dénué de sens, bien au contraire.

Pour terminer je me permettrais tout de même un petit parallèle entre l'original et cette réorchestration. Cet album bénéficie, à mon sens, d'une meilleure production que Mastermind. Là où ce dernier était Rock, celui-ci est très nettement plus Stone. Le travail présenté ici est un peu à l'image de celui fait sur les deux albums précédents. Certains diront que, comme Lost Patrol était supérieur à Mastermind, Milking the Stars est plus abouti que celui-ci. Je répondrais que, si Monster Magnet n'est pas votre idole, vous pouvez très bien commencer par Cobras and Fire pour les découvrir à petit feu. En effet, Mastermind pouvait vous rentrer dedans comme un taureau énervé, alors que Cobras and Fire sera vous accrocher avec ses mélodies d'un calme relatif, très accessible, et apprivoisera tranquillement, mais surement, ceux qui ne connaissent pas un des maîtres du genre.

0 Commentaire

3 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire