Chopped, Sliced and Diced

Liste des groupes Thrash Death Blood Feast Chopped, Sliced and Diced
ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Blood Feast
Nom de l'album Chopped, Sliced and Diced
Type EP
Date de parution 21 Décembre 2018
Style MusicalThrash Death
Membres possèdant cet album1

Tracklist

optionalChopped, Sliced and Diced
1.
 Concubine
 4:04
2.
 Hunted Stalked and Slain
 04:31
3.
 Darkside
 04:31
4.
 Chopping Block Blues
 04:11
5.
 Chemically Imbalanced
 03:16
6.
 By the Slice [live in Osaka]
 04:55

Durée totale : 25:28

Acheter cet album

Blood Feast


Chronique @ LeMoustre

30 Décembre 2018

Play For Pleasure

Pour le commun des thrashers, Blood Feast, c'est surtout le premier album, le sauvage Kill For Pleasure, paru en plein âge d'or, et clin d’œil évident à Kreator, dont les Bayonnais (pas celui de l'Aviron, mais du pays de Donald) furent instigateurs, rapidement suivis par un E.P. (Face Fate, dans la même veine) et une séparation prolongée après la sortie en 1989 de Chopping Block Blues. Le groupe, reformé comme beaucoup (mais ramenez-nous Deathrow), s'est fait remarquer par The Future State of Wicked en 2017 et ressort sous la forme d'un E.P. ce mois-ci quatre vieux morceaux réenregistrés, un inédit et un titre live sous sa forme CD et K7.

Mis en boîte sous la houlette de Joel Grind (Toxic Holocaust) ces 6 titres (4 seulement sur la version vinyle) permettent de présenter le nouveau batteur, Adam Kieffer, et également d'annoncer un nouvel album prochain. Toujours mené par le guitariste fondateur Adam Tranquilli, le groupe recycle également sa mascotte, le personnage bleu sorte de Golem qui a suivi les Américains depuis leurs débuts. Strictement aucun changement dans la musique du groupe avec un thrash véloce typique, un peu à l'allemande. Particulièrement rêche, le réenregistrement de ces morceaux ne s'imposait pas vraiment, permettant tout juste de remettre sous les feux des sorties de leur label (Hells Headbangers, spécialisé dans les recyclages et reformations) la formation. Le chanteur actuel du groupe, Chris Natalini, possède un organe extrêmement éraillé et contribuera dès le début de la seule vraie nouveauté, le titre "Concubine", à diviser les adeptes de ses détracteurs. On aime ou pas. Par ailleurs de bonne tenue, sans non plus faire preuve d'un impact hors du commun, ce titre rapide et rythmé n'amène pas grand chose si ce n'est, un peu à la manière des titres issus du récent album de Darkness, une occasion de taper du pied sous le riffing acéré du quintet et des éraillements (très) poussés du vocaliste. Quand aux titres recyclés, rien de réellement nouveau, les arrangements n'étant pas particulièrement différents des originaux.

Un amuse-bouche destiné, à l'image du récent Partisan de Sodom, à maintenir le groupe en actualité dans l'attente du prochain album. Ni indispensable, ni attendu, Chopped, Sliced And Diced peut être un moyen rapide d'accéder à un bref résumé de ce qu'a pu proposer le groupe par le passé, avec un son égal et âpre sur des morceaux issus de différentes périodes. Pas plus, au vu du format et du peu de nouveauté à se mettre sous la dent pour le thrasher qui suivrait les Américains assidûment. Blood Feast compte bien profiter de l'engouement pour les formations issues des eighties qui retrouvent un regain d'inspiration tout en se faisant plaisir. A suivre donc.


0 Commentaire

6 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire