Buried in Oblivion

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
19/20
Nom du groupe Into Eternity
Nom de l'album Buried in Oblivion
Type Album
Date de parution 2004
Labels Century Media
Style MusicalDeath Progressif
Membres possèdant cet album57

Tracklist

1.
 Splintered Visions
 04:56
2.
 Embraced By Desolation
 04:08
3.
 3 Dimensional Aperture
 04:47
4.
 Beginning of The End
 04:39
5.
 Point of Uncertainty
 03:45
6.
 Spiraling Into Depression
 03:36
7.
 Isolation
 04:59
8.
 Buried In Oblivion
 04:00
9.
 Black Sea of Agony
 06:31
10.
 Morose Seclusio
 03:21

Durée totale : 44:42


Chronique @ Exyel

24 Novembre 2009
Le monde du metal pourrait être comparé à un véritable univers tant il est dense et riche. Chaque style serait alors représenté par une galaxie qui lui est propre. Les groupes feraient office de voyageurs stellaires qui erreraient et établiraient leurs camps sur l’une ou l’autre des galaxies de cet univers selon le style qu’ils désirent s’approprier.

Ses dernières années, bon nombre de ces voyageurs de l’espace ne se limitent plus qu’à un seul type de metal, on expérimente des mélanges. Même si souvent ces derniers sont assez indigestes et passent très mal, il arrive parfois qu’on soit surpris. Et cela a été mon cas avec Into Eternity, jeune groupe originaire du Canada. Leur deux premiers albums bien que bons n’avaient pas vraiment exploité tout le potentiel du groupe. Puis en 2004 c’est la claque.

« Buried in Oblivion » n’est pas une simple combinaison de nombreux genres, on a affaire là à un mélange audacieux entre du death, du black, du thrash, en passant par le progressif et le hardcore.

L’album commence fort, la première piste nous livre une véritable démonstration de technique et de précision. Les guitares nous livrent des solos de toutes beautés.Toujours jouant sur la vitesse, on se retrouve à chaque fois surpris par la qualité et la volonté de jouer technique des musiciens. Chaque piste est d’une grande qualité, il n’y a quasiment rien à jeter sur cette galette, chacune offre son lot de nouveautés et à incontestablement sa place sur l'album. On notera toutefois les pistes « Embraced By Desolation » et « 3 Dimensional Apeture » pour les breaks, les solos et la vitesse. Véritablement bluffant.

L’album finit de manière assez calme avec deux ballades : « Buried in Oblivion » et « Morose Seclusion ». Ce qui tranche assez fortement avec le début tout en puissance mais qui n’est absolument pas pour déplaire.
Du coté des instruments, comme dit plus haut, la vitesse est de rigueur dans la grande majorité des pistes. Quasiment aucun temps mort. La batterie nous livre à chaque fois des breaks bien inspirés.

Les guitares nous délivrent des riffs tranchants et d’une précision incroyable : « Beginning of The End » est aussi doté d’une rythmiques imparable.
Côté vocal, c’est du tout bon. On alterne des voix death, black, puis on passe généralement à des refrains aux vocaux clairs qui font très progressifs. Le chant est à chaque fois très organique et puissant. Les refrains sont fédérateurs et ne lassent jamais.

Into Eternity en tant que bon nomade interstellaire de l’univers metalique, après avoir erré et ingurgité toute sorte de musique, nous délivre là un album marquant. La qualité, l’inspiration, le talent des musiciens et la diversité ; absolument tout est là pour séduire les fans de metal, quels que soit leurs horizons de prédilection. Un grand album, voilà tout.



1 Commentaire

5 J'aime

Partager
CaitiffChoir - 17 Octobre 2011: Si jamais vous tombez sur ce commentaire un jour,la chronique dit vrai,vraiment un excellent disque.

A écouter,Into Eternity sort vraiment du lot avec un tel album!
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire