Break the Silence

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
16/20
Nom du groupe Van Canto
Nom de l'album Break the Silence
Type Album
Date de parution 23 Septembre 2011
Style MusicalPower Mélodique
Membres possèdant cet album52

Tracklist

1. If I Die in Battle 04:47
2. The Seller of Souls 03:25
3. Primo Victoria (Sabaton Cover) 03:46
4. Dangers in My Head 04:06
5. Black Wings of Hate 04:42
6. Bed of Nails (Alice Cooper Cover) 03:38
7. Spelled in Waters 04:27
8. Neuer Wind 03:22
9. The Higher Flight 05:01
10. Master of the Wind (Manowar Cover) 06:10
Bonustracks (Digipack Edition)
11. Betrayed 04:58
12. Bad to the Bone 04:52
13. A Storm to Come 09:14
Total playing time 01:02:33

Chronique @ Sowilo

27 Juillet 2012

On est globalement dans la continuité plutôt que dans la révolution.

Rakkatakkatakkata, dandandandum, dandandandum… Hum excusez-moi… C’est Van Canto, ça peut laisser des traces sur un auditeur. Et je ne sais pas si c’est l’élan juste un an après la sortie de leur dernier album ou l’émission sing off sur TF1, mais les metaleux a cappella allemands sont revenus chanter la guitare et la basse sur une nouvelle galette en 2011. Ca n’a pas suffi pour qu’ils les invitent d’ailleurs sur TF1… Tant mieux, c’est bon signe ? Oui possible mais passons et parlons de cet album.
Un rapide coup d’œil à la track list, et on s’aperçoit que l’idée globale n’a pas changé. Pas mal de nouvelles compositions du groupe, et quelques reprises et invités de luxe. Et en citant les groupes repris, Sabaton, Alice Cooper et Manowar, ça nous permet également de cadrer assez bien le style pratiqué, à savoir du power thrashisé par moments, mais bien entendu presqu’uniquement exécuté à la bouche et à la batterie. Une légère bruine de postillons est a craindre au premier rang, sortez couverts.

Les chanteurs fous nous accueillent en chœur sur l’intro de « If I Die in Battle », non sans une certaine majesté, avant d’exploser dans leur habituel power mélodique qui fait mouche sans problème pour nous mettre dans le bain. Au rayon des constats sonores, il semble que le mix des voix soit un peu moins surfait que sur The Tribe of Force, en essayant tout de même de garder les préposés à l’imitation de basse et de guitares sur leur espace sonore normal. La batterie en profite pour s’imposer un peu plus, sans trop en faire, mais la voilà maintenant un peu plus costaude. Le chanteur principal a sûrement décidé de ne pas se laisser faire car lui aussi monte le volume d’un cran, comme il avait une fois ou deux pu le faire par le passé, sur Master of Puppets par exemple. Pas d’inquiétude, le timbre ultra mélodique est là aussi. En guise de solo, on retrouve l’habituelle technique de la saturation du micro qui n’a rien perdu de son effet. Mais alors, quoi de neuf à la chorale ? Ceux qui se sont déjà habitués à la bizarrerie de ce groupe n’ont-ils rien de vraiment neuf à se mettre dans les esgourdes ? Et bien entrons un peu dans les détails, mais comme vous l’avez compris, on est globalement dans la continuité plutôt que dans la révolution.

En grand symbole de ce constat conservatiste, « The Seller of Souls », le titre choisi pour passer par la case clip, tout simplement parce qu’il est calibré pour ça (autant que du Van Canto puisse être calibré pour la diffusion). « The Higher Flight »se la joue un peu plus thrashy pour garantir le headbang, et on ne peut pas dire que ça ne marche pas. Mais au-delà de ces valeurs sûres, les morceaux sans prise de risque ne sont pas franchement renversants. On note le break rythmiquement bien bossé et toujours aussi impressionnant sur « Dangers in My Head », mais ça ne fait pas un morceau. Idem pour « Neuer Wind », qui a pour seule spécificité d’être chanté en allemand. Vu le message hautement puissant porté par le groupe, c’est important de changer de langue un peu. Ces pistes, avec d’autres, n’ont rien de désagréables dès lors qu’on adhère au groupe, mais ne proposent rien de neuf. Un poil plus calme, un poil plus thrash, une reprise exécutée bucalement impeccablement, un poil plus de chant féminin, c’est bien tenté mais ça ne suffira pas.

Pas de panique, il y a quand même de quoi attirer notre attention par-ci par-là. Le petit passage Sabaton se permet de faire intervenir Joakim Brodén lui-même à partir du deuxième couplet, et les Van Canto parviennent a conserver l’aspect martial de la musique. Autre guest qui vient varier les plaisirs, Marcus Siepen, la guitare de Blind Guardian sur la balade « Spelled in Water ». Forcément, le résultat a immédiatement un côté « The Bard Song », et on s’attend presque à entendre débouler Hansi Kursch. Autre rare instrument présent lui aussi sur une balade, le clavier sur « Master of the Wind », qui vient accompagner la dame du groupe, les messieurs étant relayés dans les chœurs. C’est probablement la reprise la plus intéressante, qui confirme le grand savoir-faire de la chanteuse. Le reste des temps forts se situe sur les pistes bonus, avec tout d’abord une nouvelle intrusion d’arrangements symphoniques pendant « Betrayed », à l’effet épique tout aussi réussi que sur « Magic Taborea » de l’album précédent. Mais surtout, c’est « A Storm to Come » qui impressionne. Cette chanson est un bon gros missile power mélodique long format, qui rappelle presque du Rhapsody of Fire avec ses passages narrés et ses chœurs. Mais pourquoi l'avoir mis à cette place de bonus? Du coup, l’édition avec pistes bonus est fortement conseillée car porteuse de vrai plus pour l’album, sauf « Bad to the Bone » qui est complètement dispensable.

La formule du groupe commence à être connue, et leur technicité vocale est toujours au rendez-vous. Ceci-dit l’effet de surprise n’y étant plus vraiment, il faut bien admettre que l’album n’apporte rien de bien nouveau. Le power mélodique, entraînant et positif s’estompe même au profit d’une veine pseudo heavy qui fait un peu moins mouche, qui manque d'émotion, d'énergie, enfin de cette petite étincelle supplémentaire. Pas de catastrophe non plus, Break the Silence remplit son contrat et reste sur le créneau bien spécifique de Van Canto, tranquillement mais sûrement. On ne s’en fait pas pour l’avenir de ces marginaux là.

2 Commentaires

4 J'aime

Partager
jancello - 28 Juillet 2012: Globalement assez d'accord avec la chronique, mais je mettrais quand même une note plus élevée parce que la qualité de son et l'énergie sont superbes, et pas d'accord du tout sur le Bad To The Bone dont je trouve justement que c'est un des (le) morceaux les plus péchus de l'album
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire