Blood Libels

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Antaeus
Nom de l'album Blood Libels
Type Album
Date de parution 06 Septembre 2006
Style MusicalBlack Metal
Membres possèdant cet album135

Tracklist

1.
 Rot
Ecouter05:36
2.
 Cyklik Torture
Ecouter03:40
3.
 Controle and Abuse
Ecouter05:34
4.
 Colliding in Ashes
Ecouter05:10
5.
 Words as Weapons
Ecouter06:27
6.
 Here Is Punishment
Ecouter03:29
7.
 Gates to the Outside
Ecouter03:27
8.
 Blood Libels
Ecouter09:39

Durée totale : 43:02

Acheter cet album

Antaeus



Chronique @ Svartolycka

17 Septembre 2006
On était en droit de se demander de quel bois Antaeus allait être fait. Une popularité dans le milieu naissante, confirmé par « De Principii Evangelikum » bien que personnellement je le trouve très surestimé... La signature chez le label Norma Evangelium (enfin non, c'est leur propre label), refuge d’excellents groupes tels que Funeral Mist, Katharsis ou Deathspell Omega pour ne citer qu’eux, laissait présager un album légèrement différent ou du moins un virement « d’esprit » dont le label et par là le groupe se réclament. « Blood Libels » s’est fait bien attendre après divers changements de pochettes. Sur quoi allions-nous tomber ?

« Blood Libels » donne la réponse de la manière la plus percutante qui soit. Reprise des introductions indus/ambiant du meilleur effet, ouvrant les portes de l’enfer de manière aussi fantomatique que viscérale. Un petit plus du premier album, plongeant immédiatement dans une atmosphère putride et malsaine. Suite à ces rehauts, Antaeus se permet de lâcher toute la violence qui le caractérise. Et nul doute à avoir, la brutalité se fait frontale et d’une barbarie peu commune. Aidée par une production bien meilleure que par le passé, les titres de « Blood Libels » donnent cette impression de rouleau compresseur inéluctable (surtout qu’on ressent aucune coupure entre les morceaux).
Sauvagerie décuplée par une voix, outre les vociférations habituelles, qui se fait plus torturée et morbide que par le passé. Un décalage saisissant qui ne fait que renforcer l’aspect occulte et dérangé du disque. Ce n’est pas rien, il y a cette touche "évangéliste" chère au label qui se répercute ici. L’intro de l’album fait penser aux parties ambiant de Deathspell Omega (écoutez bien, on entend même des chœurs d’opéra macabres) alors que la voix, ainsi que certains passages instrumentaux, font irrémédiablement penser à Funeral Mist. Notons toutefois que sur cet objet Antaeus égale en sauvagerie le combo suédois. La comparaison atteindra son apogée sur les photos présentes sur le livret. Les membres du groupe y apparaissent prenant les poses adéquates jusqu’à la posture de dévotion morbide, chapelet compris.

On pourrait rétorquer que cet aspect trop proche serait nuisible (et certains ne se cacheront pas pour le remarquer). Cependant, cela n’enlève rien la touche haineuse d’Antaeus, présente depuis les premiers enregistrements, qui au contraire s’en fortifie voire y gagne cette aura mystique décharnée... Saluons aussi la construction de l’album quasi parfaite où chaque titre termine le précédent (sans fioritures) tout en annonçant le suivant par moult samples et distorsions en fin de plages, ce qui ne permet aucun relâchement d’ambiance et de tension sur la durée d’écoute.

Tout cela fait que « Blood Libels » est une surprise brutale et bestiale (et non moins excellente) qui ravira sûrement les amateurs de violence exacerbée ainsi que les amoureux de Funeral Mist. Et en soit, on ne peut que difficilement se plaindre. Cet album se prend comme une décharge en pleine gueule !! Et c’est en cela qu’on retrouve ce sentiment de danger omniscient et funeste.


8 Commentaires

4 J'aime

Partager

Orileus - 12 Septembre 2008: Album exceptionnel de violent,tout y est maitrisé, la voix suffisamment en retrait pour apporter une touche plus "hypnotique". Plus que du black, c'est du "religious" black.
enthwane - 28 Fevrier 2010: Je ne comprends pas du tout le point de vue de Sargeist.



Une perle de haine, cet album m'a mis sur le cul. "Cyklik Torture" reste une pièce monumentale de noirceur et de violence. Trés bonne chronique également.
Coemgenus - 11 Juillet 2011: Sargeist, use simplement de la provocation.
Constantine - 18 Octobre 2011: Une perle de violence pure.....
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire