Behold Almighty Doctrine

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Lecherous Nocturne
Nom de l'album Behold Almighty Doctrine
Type Album
Date de parution 19 Mars 2013
Produit par Bob Moore
Style MusicalDeath Metal
Membres possèdant cet album9

Tracklist

1. Intro 00:55
2. Ouroboros Chains 02:44
3. Bring the Void 02:13
4. Archeopteryx 03:35
5. Those Having Been Hidden Away 03:16
6. Prelude #2 01:45
7. Judgments and Curses 02:32
8. Lesions from Vicious Plague 03:36
9. Caustic Vertigo 02:21
10. Creation Continuum 03:38
11. Outro 00:53
Total playing time 27:17

Chronique @ Matai

12 Mars 2013

[...] ne surplombe pas son prédécesseur mais reste un album de choix bien efficace - à défaut d'être intense

Lecherous Nocturne fait partie des formations death metal sud-caroliniennes de valeur, au fort potentiel, aux côtés de Nile pour ne citer qu’eux. Le combo s’est vite fait remarquer avec la sortie de «Adoration of the Blade » dans lequel on retrouvait une combinaison de membres réputés comme Chris Lollis et Dallas Toler-Wade de Nile ou Mike Poggionne de Monstrosity. Un line up de choc qui a tout de suite mis les pendules à l’heure et ça, Unique Leader l’a bien vu car il n’a pas perdu de temps pour signer le fameux «The Age of Miracles Has Passed » en 2008.

C’est après la sortie de cet album que le line up devient moins stable. Jeremy Nissenbaum, qui prenait la place de Toler-Wade, se retrouve remplacé par Alex Lancia, tandis que Poggionne laisse sa place à James O’Neal (malgré un guest sur le titre « Creation Continuum »). Courant 2011, alors que les nouveaux morceaux sont quasiment tous composés, une petite polémique se déclenche avec l’évincement du chanteur Jason Hoheinstein, criant haut et fort qu’il s’est fait viré alors que l’annonce officielle stipule qu’il est parti de son propre chef. En définitive, cela permet au groupe de retrouver Chris Lollis, qui cette fois-ci, laisse sa guitare pour attraper le micro.

Officiant toujours dans un brutal death proche de Hate Eternal, Lecherous Nocturne ne succombe pas à la fainéantise ni au ressentiment et nous ressort un opus en béton armé enregistré au SoundLab Studio en compagnie de Bob Moore. Les morceaux sont de nouveau sans concessions et vont droit au but, sans tourner autour du pot. Du coup on ne va pas au delà des trois minutes trente mais cela suffit amplement si on veut profiter de la musique des Américains sans avoir à faire à des longueurs.

Des titres comme «Ouroboros Chains » ou « Lesions from Vicious Plague » nous montrent tout le savoir faire de Lecherous Nocturne qui mise sur les gros riffs couplés à une batterie percutante et au chant imparable de Lollis. Le combo n’a pas perdu son énergie et sa fougue, en témoignent «Bring the Void » et « Archeopteryx » terriblement efficaces avec cet enchaînement de riffs maîtrisés et cette rapidité d’exécution. C’est un fait : Lecherous Nocturne ne nous laisse pas le temps de réfléchir et nous agresse avec sa brutalité fine. Ambiance sombre et instrumentations glauques sont parfois au rendez-vous comme l’intro, l’outro et le prélude au piano qui, même s’ils agissent comme un répit, ne nous font pas pour autant quitter l’univers particulier des Américains.

Le couple basse/batterie fait de nouveau mouche comme sur un « Those Having Been Hidden Away », toutefois, une fois encore, on n’a pas le plaisir de retrouver des soli, qui auraient pu relever les compositions. Le niveau est déjà très haut mais un peu de relief ne fait jamais de mal, d’autant plus que le chant de Lollis manque quelque peu de profondeur.

« Behold Almighty Doctrine », malgré ses quelques minutes de plus au niveau de la durée de vie, ne surplombe pas son prédécesseur mais reste un album de choix bien efficace – à défaut d’être intense – pour tous les amateurs de death brutal.

15 Commentaires

10 J'aime

Partager

nekrodusk - 13 Mars 2013: Si Matai avait mis 19/20, il y aurait eu une horde de gens qui aurait crier "chef d'ouevre", c'est désolant mais c'est ainsi.
Leur seul intérêt est de gagner un peut d'admiration et quelques requêtes d'ami.
Tout ça pour dire que le petit truc que l'on reproche à Matai n'est rien comparé au comportement pitoyable de certains.
Eaque - 13 Mars 2013: @ Necro : Soit, mais c'est quand même mieux si la chro' en question est la plus objective possible...sinon à quoi bon ?! J'ai eu le "plaisir" d'en lire une (que ma mémoire sélective à décrété d'oublier) qui racontait strictement n'importe quoi ! On aurait même pu croire que c'était un gag tellement c'etait éronné ! Et les chroniqueurs font ce qu'ils veulent ? Bon baaah...je ne me fatiguerais plus à lire au cas ou, dans ce cas! Dommage que je ne m'en rappelle plus, j'aurais voulu que tu y jettes un oeil...
Pour celle ci, je savais que ce n'etait pas spécialement le crédo de Matai, donc je ne l'ai pas lu entière, j'ai lu dans les com's cette mauvaise référence, donc n'ai fait que la survoler alors je ne permettrais pas d'en dire trop.
nekrodusk - 13 Mars 2013: @Eaque la chronique de Matai ne contient pas d'erreurs, elle a juste une interprétation différente de la tienne, ce n'est en rien une erreur.
Si une chronique contient de vraies erreur comme par exemple faire passer un groupe de power pour du black, alors dans ce cas il faut le signaler aux personnes compétentes du site.
Eaque - 13 Mars 2013: Je ne jamais dis ça, je pense que tu as mal interprété ce que j'ai écrit plus haut. Attention, l'écrit reste une véritable source de quiproquo, j'en ai suffisamment fait les frais...
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ GandhiEgo

21 Mars 2013

Et pour vous, ce sera... ?

Le troisième album de Lecherous Nocturne, Behold Almight Doctrine, vient juste de sortir après 5 années d’absence et la réaction du public est déjà mi-figue mi raisin. Le groupe de Caroline du Sud, souvent comparé à Hate Eternal sur ses deux précédents albums, a constamment souffert de changements de line-up et ce n’est donc pas une si grande surprise finalement d’avoir eu à attendre si longtemps pour pouvoir les écouter à nouveau. Pas de surprise également si je vous dis donc que ce Behold Almighty Doctrine ne suit pas précisément l’héritage laissé par ses deux prédécesseurs.

Avec The Age of the Miracles has Passed, la plupart des amateurs de la scène Brutal Death avaient vu en Lecherous Nocturne un joker de luxe pour intégrer le gratin du genre. Les deux premiers albums étaient respectés et nombreux étaient ceux qui attendaient que Behold Almighty Doctrine puisse finalement devenir l’album majeur du groupe. En d’autres mots, si les premiers albums avaient montré un énorme potentiel, ce troisième album se devait d’être la consécration de Lecherous Nocturne, celui qui devait faire passer le groupe du statut de prétendant à celui de roi parmi les autres rois que sont Hate Eternal, Nile ou Krisiun.

Le verdict n’est cependant pas aisé. Comme écrit plus haut, la réaction des fans est plutôt mixte. Certains iront jusqu’à dire que le groupe, dont l’essence est encore très brutale, a perdu un peu de sa verve. Avec des morceaux comme Bring the Void ou Judgements and Curses, lourds et puissants à souhait, vous avez entre les mains exactement ce à quoi l’on pouvait s’attendre du groupe mais d’autres comme Lesions from Vicious Plague ou encore Creation Continuum contiennent également des breaks ou des parties plus lentes qui permettent de temporiser. Personnellement, j’estime que ces parties qui font respirer l’album apportent plus à la musique de Lecherous Nocturne qu’elles ne la pénalisent.

Behold Almighty Doctrine n’est certes peut-être plus le festival de riffs qu’on pouvait observer sur les précédent albums. En revanche, là où le groupe proposait avant un aller-simple vers l’enfer à grande vitesse, il inclut plus d'arrêts qui contribuent à produire une atmosphère particulièrement inquiétante. L’intro et l’outro vous donneront les jetons et l’interlude au piano (Prelude N. 2) procure à l’album un climat horrifique. Il réside sur ce Behold Almighty Doctrine un sentiment de terreur muette, de danger imminent, comme si quelqu’un, ou quelque chose, se tenait tapi dans l’obscurité attendant patiemment de vous dévorer. Et ce travail sur les atmosphères est particulièrement heureux.

Evidemment, les fans qui espéraient une version encore plus brutale des deux albums précédents seront (et pour certains sont déjà) déçus car non, Behold Almighty Doctrine ne surpasse pas ces ainés en termes de brutalité. Certains se plaindront aussi que Jason Hohenstein était un meilleur chanteur que Lollis mais je ne m’aventurerais pas sur ce terrain miné de déterminer lequel des deux est effectivement le meilleur. Cela ajoute certainement du sel sur la plaie pour les fans d’antan qui observent dépités un album en deca des précédentes réalisations.

Le plus gros problème de Behold Almighty Doctrine reste cependant – je n’évoquerai pas la pochette hideuse (n’est pas Dan Seagrave qui veut…) – et comme sur les albums précédents sa très courte durée. 27 minutes… avec intro, interlude et outro comprises. Ce qui ne manquera pas d’apporter de l’eau au moulin des détracteurs qui finalement ont du attendre la bagatelle de 5 années pour un total effectif de 23 minutes de musique. J’aime personnellement ces 23 minutes de musique mais je ne peux moi-même m’empêcher de penser que c’est effectivement bien trop court et qu’ils avaient suffisamment de temps pour offrir quelque chose de plus à se mettre sous la dent.

Pour conclure, j’estime que ce disque est un bon disque qui tient la route. Le Brutal Death qui n’a pas peur d’expérimenter avec les atmosphères est presque une espèce en voie de disparition et je suis reconnaissant à Lecherous Nocturne d’avoir tenté d’ouvrir cette brèche, même si c’est juste le temps d’un album. J’aurais donc à cœur d’attendre de futures réalisations du groupe mais je ne peux malheureusement pas garantir qu’avec ce nouvel album ils ne perdront pas une partie de leurs fans entre temps.

5 Commentaires

4 J'aime

Partager
Fabien - 21 Mars 2013: Voilà ce que j’avais écrit à propos de The Age of Miracle Has Passed : ‘’Toutefois, malgré une brutalité manifeste, The Age of Miracles reste loin de la simple succession de blast-beats, cassant régulièrement son rythme effréné pour imposer des passages renversants, à l’image des imparables We Are As Dust & The Tripled Sun, ou de son titre éponyme tout en middle tempo. Dans ces moments, Chris & Kreishloff lacèrent à coups de guitares lancinantes & superposent habillement leurs riffs, apportant une nuance incroyable et décuplant littéralement l’intensité des morceaux, pour atteindre une puissance absolue lors du break impitoyable d’Edict of Worms et du final tout aussi poignant de Preponderance of Fire’’.

Je ne comprends donc honnêtement pas en quoi Behold Almighty Doctrine ‘’est bien différent de ses aînés’’ pour reprendre tes mots, ou encore les phrases ‘’vu que la musique a également changé’’ et ‘’les fans d’antan qui observent dépités ce changement d’identité du groupe et cette nouvelle orientation’’. Behold Almighty est pour moi du Lecherous Nocturne pur jus, mais en dessous de ce que le quintet a proposé jusqu’à lors. Fabien.
nekrodusk - 21 Mars 2013: Je suis complètement d'accord avec Fabien.
opeth59 - 23 Mars 2013: Je plussoie.
T'arrête de troller ou je tire la chasse
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire