Astro-Creep : 2000

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
17/20
Nom du groupe White Zombie
Nom de l'album Astro-Creep : 2000
Type Album
Date de parution 1995
Labels Geffen
Produit par Terry Date
Style MusicalMetal Industriel
Membres possèdant cet album322

Tracklist

1. Electric Head - Part 1 (the Agony)
2. Super-Charger Heaven
3. Real Solution #9
4. Creature of the Wheel
5. Electric Head - Part 2 (the Ecstasy)
6. Grease Paint and Monkey Brains
7. I, Zombie
8. More Human Than Human
9. El Phantasmo and the Chicken-Run Blast-O-Rama
10. Blur the Technicolor (Poker from Stud to Strip Mix)
11. Blood, Milk and Sky

Commentaire @ odin93

01 Juillet 2008
White Zombie fait partie des incontournables de l'indus, et nous livre avec cet album, Astro-Creep 2000, ce que je peux me permettre d'appeler un chef-d'œuvre, indispensable à toute discothèque qui se respecte, à moins d'être totalement étanche à tout son électronique... Mais même dans ce cas, l'écoute reste valable, parce qu'ici nous avons affaire à de l'indus où les instruments "classiques" du métal restent en avant.

White Zombie, c'est avant toute chose non pas simplement du métal indus, mais un univers génial, avec son graphisme, ses ambiances, et son style inimitable. Représenté par son leader charismatique Rob Zombie (après le split, il donnera d'ailleurs son nom au groupe suivant, et ce groupe sera dans la continuité du premier), White Zombie compte également parmis ses rangs John Tempesta à la batterie, Jay Noel Yuenger alias "J." à la guitare et la jolie Sean Iseult à la basse.
Quand je parle d'univers, c'est d'abord au niveau graphique. La pochette et tout le livret sont dessinés de la main de Rob, passionné de séries Z et de bandes dessinées us. C'est ensuite dans l'ambiance de l'album, avec des bruits de filles... fort contentes, de fêtes foraines décadentes, d'ave maria religieux se transformant en cris, etc., qui s'enchaînent avec des passages postapocalyptiques.
La production, assurée par Terry Date, qui a collaboré avec Deftones et Pantera, est tout bonnement excellente. Avec ce son très puissant pour l'époque de sa sortie, cet album n'a pas veilli d'une seconde.

Concernant les titres, il n'y a rien à jeter et toutes les plages donnent lieu à des hits en puissance. On en prend plein les oreilles et on en redemande, un peu comme une sorte de montagnes russes sonores. Certains titres commencent doucement pour monter crescendo (Electric Head pt 1 - The Agony, Real Solution, Grease Paint and Monkey Brains, More Human Than Human) tandis que d'autres explosent après une courte intro (Super Charger Heaven, I Zombie, El Phantasmo and The Chicken-Run Blast-O-Rama).
Les riffs prennent aux tripes et nous plongent dans un autre monde. Le dernier morceau, Blood, Milk and Sky crée une ambiance à la fois plombée et planante.

Pour moi, cet album est le meilleur de la discographie de White Zombie, car sans ralentissements, varié et riche, très riche, et depuis sa sortie je l'écoute avec toujours autant de plaisir.

2 Commentaires

3 J'aime

Partager
MCGRE - 11 Novembre 2009: Dimebag adoré ce groupe,il portait des tee-shirts à l'effigie du groupe,souvent
toto72 - 19 Décembre 2009: un must de l'indus et la meme année sortait Demanufacture de Fear Factory,que de bons souvenirs...
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Adrahil

09 Mai 2010
White Zombie. Un groupe aussi fascinant qu'indispensable, tant pour son originalité que pour la qualité de ses (rares) albums. Qui sais ce dont ce géant du métal industriel aurait été capable si ce chef d'œuvre absolu qu'est Astro Creep : 2000 n'avait pas été le chant du cygne, avant que le Leader Rob Zombie ne se lance dans une carrière solo moins quaitative ?
1995 a vu percer trois légendes du métal indus en Fear Factory (avec son fameux Demanufacture), Rammstein avec Herzeleid et donc White Zombie avec son dernier exploit. Celui-ci témoigne largement de l'inspiration étonnante dont certaines formations ont pu faire preuve à lépoque...

L'album démarre assez bien avec le morceau "Electric Head" et son refrain bandant, après une courte introduction illustrant bien ce que le groupe a toujours affectionné, à savoir des samplers de voix très "cinématographiques" et répétés qui créent une ambiance particulière dont seuls White Zombie et leurs cousins de Static-X ont le secret. "Super Charger Heaven" vous fera mal aux vertèbres et reste un des points forts de l'album, avant le très rythmé "Real Solution #9" et ses voix robotiques aussi envoûtantes que ces riffs "pas si saccadés que ça" pour un groupe de métal industriel, servis par Jay Yuenger, un guitariste qui a décidément une sacrée rythmique (en même temps, quand on sait que le groupe a reçu un Grammy das la catégorie "groove metal"...). La plupart des titres ont leur propre ambiance (avec cette référence au sexe, thème cher au groupe, sur "Electic Head pt. 2"...) et l'auditeur ne s'ennuie décidément pas, mais c'est avec "More Human Than Human" que le disque (et le groupe) atteint son apogée. Car ce morceau, qui trône parmi les "100 meilleures chansons de hard rock de tous les temps" selon la chaine VH1, est doté d'un riff et d'une structure tout simplement énormes qui valent à eux seuls l'achat de cet album déjà costaud. Alors que le disque effectue ses derniers tours, commence un voyage sans retour avec "Blood, Milk and Sky", un morceau quasi-instrumental de pas moins de 11 minutes aux relents folkloriques très orientaux.

Au final, on a vraiment la sensation d'avoir écouté le meilleur album de ce groupe (malgré le terrible "La Sexorcisto") qui a plus ou moins subi l'effet "At The Gates" en splittant à son apogée et en entrant ainsi dans le panthéon du métal.

Note : 19/20

1 Commentaire

0 J'aime

Partager
Celldweller55 - 05 Octobre 2011: Un grand album, mais je n'aurais pas été jusqu'à mettre un 19. L'univers déjanté et les chansons ultra-travaillées, sans oublier la performance incroyable du sieur Zombie méritent toutefois un bon 17/20 pour ma part !
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire