Apocalypse Again

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Thunderstone
Nom de l'album Apocalypse Again
Type Album
Date de parution 01 Avril 2016
Labels AFM Records
Style MusicalPower Mélodique
Membres possèdant cet album24

Tracklist

1. Veterans of the Apocalypse
2. The Path
3. Fire and Ice
4. Through the Pain
5. Walk Away Free
6. Higher
7. Wounds
8. Days of Our Lives
9. Barren Land

Chronique @ Eternalis

14 Avril 2016

Les finlandais livrent peut-être leur meilleur album, où la spontanéité se mêle à un professionnalisme scandinave

Un vent de fraîcheur. Cela provient parfois de quelque chose de surprenant. Parfois de quelque chose de simple mais dieu sait que la simplicité se perd. Ou tout simplement d'un plaisir non dissimulé et communicatif d'un élément que l'on pensait perdu.

Il faut le dire honnêtement : lorsque j'ai reçu la version promotionnelle de ce nouvel album de Thunderstone, de retour après cinq ans d'inactivité, seuls quelques limbes de souvenirs parvenaient à me faire raviver les éparses souvenirs d'une formation un temps épanouie et pleine d'avenir puis reléguée au rang d'éternels seconds couteaux aux dents se limant de plus en plus avec les années. Non pas que les finlandais aient fait du mauvais boulot, loin de là même. "The Burning" avait en son temps réalisé son effet, à une période où les Stratovarius ou Sonata Arctica étaient les rois en Finlande. "Tools of Destruction" avait démontré la volonté du groupe d'élargir ses horizons vers un registre plus sombre, moins mélodico-lumineux aux effusions lyriques et, en ce sens, les riffs simples et rudes de Nino Laurenne ainsi que le chant rauque et éraillé de Pasi Rantanen collaient à merveille. On ajoute un chanteur qui collabore sur le premier Revolution Renaissance après le départ du fantasque Timo Tolkki de Stratovarius et cela nous fait du monde qui semble s'installer définitivement dans le milieu (en ajoutant que Nino possédait déjà un studio professionnel et réalisait des albums de nombreux groupes finlandais, comme ceux de Machine Men par exemple). Mais la belle dynamique se brisa sur un "Evolution 4.0" anecdotique, le départ de leur chanteur et un "Dirt Metal" qui enfonça les derniers espoirs de passer un cap supérieur, le pauvre Rick Altzi (Masterplan, At Vance) réalisant un interim bien pauvre et terne, se tentant dans une voie quasi extrême qui ne sied que très peu aux finlandais.

Autant dire que cinq ans plus tard, c'est plutôt au passé et dans la catégorie des « Dommage, ils avaient du talent... » que se range un groupe dont nous n'attendions plus rien sur des cendres désormais bien refroidies. Mais voilà, "Apocalypse Again" déboule, avec un joli artwork de surcroît et une nouvelle de taille : le retour de Pasi au chant !
Faisons simple, à l'instar de l'album, Thunderstone fait bien plus que de retrouver des couleurs avec ce sixième album. Sans pression, attendu de personne et sans statut à assumer, les finlandais livrent peut-être leur meilleur album, où la spontanéité se mêle à un professionnalisme typiquement scandinave dans ce qui est de l'élaboration de mélodies fines et de refrains entêtants. Le groupe ne cherche pas à surprendre ou réciter des gammes de manière scolaire. Non, c'est avec neuf véritables chansons que revient le quintet, cherchant à percer l'essence de la musique à travers des riffs purs et simples, des mélodies vocales limpides et un spectre vocal débarrassé de fioritures et de toutes velléités esthétiques pour ne se focaliser sur l'essentiel. Rien n'est futile sur "Apocalypse Again", tout est utile et sert à renforcer des compositions solides et fortes se suffisant toujours à elles-mêmes. Les musiciens ne tablent jamais sur la démonstration et semblent faire un pied de nez à une scène ayant souvent été critiqué pour son élitisme et sa technicité virevoltante parfois difficile à suivre ou jugé (à tort ou à raison) pompeuse et sans âme.

Les riffs vont droit au but, les claviers servent de relais ou de base pour des soli souvent très mélodiques ; l'ensemble sur des compositions majoritairement mid tempo, avec parfois quelques speederies qui n'iront pourtant jamais sur les terrains escarpés de leurs glorieux aînés. "Veterans of the Apocalypse" ouvre le bal sur un rythme soutenu, des claviers en avant et surtout dès les premiers instants LA voix de Thunderstone, à savoir un Pasi rocailleux n'ayant rien perdu de son charisme et de son aura, si bien évidemment on apprécie son timbre si particulier et à contre-courant du genre. Pourtant, dire que ce refrain ne vous trottera pas dans la tête pendant des jours et des jours serait une petite hérésie (ça fait deux mois qu'il me tient personnellement).
L'album va ensuite judicieusement alterner les compos plus lourdes avec des instants plus fastes, toujours dans un soucis d'équilibre (le professionnalisme de Nino probablement, principal compositeur) mais aussi une certaine logique de progression. "The Path" ou "Through the Pain" se voudront ainsi plus lents et faisant la part belle à de sublimes lignes de basse, la guitare n'étant que rarement doublée sur ces titres et laissant de ce fait beaucoup d'espace à son âme-sœur grave. "Higher" se faufile même dans un trip plus rock n'roll dans le riff, Pasi révélant un groove puissant et « américain » faisant de ce morceau un hymne un peu différent, que l'on a simplement envie de chanter en levant son poing une bière à la main. Néanmoins, derrière ce riff dépouillé et une ligne vocale très simple se cache une multitude de petits détails aux claviers qui démontre un travail de fond qui nécessiteront plusieurs écoutes pour en faire le tour et ainsi venir détromper une première impression pouvant parfois offrir une fausse sensation de simplicité.

Thunderstone n'oublie pas non plus son public plus conventionnel avec un très mélodique "Fire and Ice" ou les plus speed "Walk Away Free" et surtout "Wounds". Le premier s'ouvre sur des claviers aux consonances typiquement finnoises pour continuer sur des couplets un tantinet mélancolique qui aboutissent à un refrain taillé pour la scène. Les guitares sur les couplets sont une fois de plus minimalistes et ne servent que de supports, les claviers tissant le véritable univers sonore."Wounds" se veut plus radical et se rapproche cette fois-ci plus d'un Sonata Arctica et fait finalement un grand bien pour la simple raison qu'il est seul et qu'il est, à ce moment de l'album, bienvenu de retrouver un point d'ancrage les reliant posément et concrètement avec leur passé. "Barren Lands" clôt l'aventure en sept minutes plus progressives emplies de ces petits détails qui en font les grands titres, que ce soit les chœurs disséminés ici et là, les riffs qui se révèlent plus riches qu'on ne le pensait la première fois ou simplement des notes de piano qui se cachaient la première fois.

"Apocalypse Again" est une vraie bonne surprise et, malgré sa sortie le 1er Avril, n'est en rien un poisson blagueur. Un retour que l'on espère définitif sur le devant de la scène pour des finlandais que personne n'attendait, ce qui fut peut-être une chance pour eux. Les amoureux du metal mélodique, du power ou même du hard rock devraient se réjouir de ce disque accessible, simple, frais et surtout extrêmement sincère et sans calcul. Un bon album en somme. Voir plus.

1 Commentaire

4 J'aime

Partager
vsim64 - 10 Mai 2016: Ayant beaucoup aimé leurs précédents albums qui contenaient à l'époque de bels mélodies qui s'ancraient durant des jours en tête, j'ai été déçu de cet opus attendu ! Contrairement à ce que tu penses, je n'ai pas retrouvé de morceaux aussi mélodieux et entraînant. Une voire deux écoutes de cet opus suffiront malheureusement et je retournerai écouter leurs anciens titres, nettement meilleurs. La dernière piste reste selon la moi la plus aboutie et présentant le plus d'intérêt de cet album...
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire