Animatronic

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe The Kovenant
Nom de l'album Animatronic
Type Album
Date de parution 19 Octobre 1999
Labels Nuclear Blast
Style MusicalBlack Electro
Membres possèdant cet album156

Tracklist

1.
 Mirrors Paradise
 05:01
2.
 New World Order
 04:30
3.
 Mannequin
 05:00
4.
 Sindrom
 05:30
5.
 Jihad
 05:58
6.
 The Human Abstract
 04:55
7.
 Prophecies of Fire
 04:38
8.
 In the Name of the Future
 04:56
9.
 Spaceman (Babylon Zoo Cover)
 05:23
10.
 The Birth of Tragedy
 05:16

Durée totale : 51:07


Chronique @ Fabien

17 Décembre 2007
Après le blackmetal traditionnel d’In Times Before the Light, et le superbe black symphonique de Nexus Polaris, standard aux côtés d’ Enthrone Darkness Triumphant et de Dusk... and Her Embrace (Dimmu Borgir, Cradle of Filth), Covenant change une nouvelle fois la donne en cette fin d’année 1999, ajoutant des touches électro très marquées, et s’écartant toujours plus de ses racines blackmetal. Contraint de changer de patronyme faute à un copyright déjà déposé, le groupe rebondit judicieusement en choisissant le nom de The Kovenant, se donnant une couleur plus futuriste. Animatronic, nouvel album de l’entité norvégienne, rompt ainsi avec le design affiché jusqu’à lors, montrant ses interprètes affublés d’un look des plus déconcertants.

Dès le mémorable Mirrors Paradise, Animatronic annonce le nouvel ordre. Sur les rythmiques métronomiques de Jan Axel (Mayhem), les guitares lourdes de Psy Coma se mélangent à ses synthés omniprésents, formant un ensemble où riffs et mélodies s’imbriquent les uns aux autres, dégageant une magie incroyable tant les différentes possibilités d’écoute semblent infinies. La voix black éraillée de Lex Icon renforce alors le côté brutal et dérangeant de l’album, s’opposant brillamment à la douceur du chant suave d'Eileen Kupper, qui remplace la tout aussi gracieuse Sarah Jezebel Deva.

Grâce à une production énorme de Siggy Bemm aux Woodhouse Studios, The Kovenant peaufine ainsi son black électro dans les moindres détails, chaque élément bénéficiant d’un mixage remarquable. A l'image de l’oriental Jihad, de l'imposant New World Order, du solo central magnifique de Sindrom, des accélérations renversantes de Name Of The Future, sans occulter la reprise astrale Spaceman du groupe Babylon Zoo, Animatronic dégage des ambiances particulières sur chacun de ses morceaux tout en possédant un ensemble très homogène. Et que dire de The Birth of Tragedy, ce dernier titre montant idéalement en puissance pour un final aux mille lectures, intense et enivrant.

Bien trop synthétique et calculé pour les puristes, Animatronic ne s’adresse pas particulièrement aux amateurs de metal brut et sans artifices. Il s’impose en revanche grâce à ses atmosphères à la fois sombres, séduisantes, fabuleuses et inquiétantes, qui en font une pièce remarquable d’électro black, montrant une fois encore toute l’avant garde et le potentiel créatif de la scène post black norvégienne, à l'image de La Masquerade Infernale ou de Grand Declaration of War (Arcturus & Mayhem) ayant eux aussi enfoncé les portes dans d'autres directions.

Fabien.

5 Commentaires

17 J'aime

Partager

sargeist - 17 Décembre 2007: Plus écouté de Kovenant depuis Nexus Polaris. Désolé, mais c'est pas mon genre, le post Black... je dois être trop intégriste.
Corwin - 21 Décembre 2007: A mon humble avis, nettement un cran en dessous d'une Masquerade, d'un Grand Declaration Of War ou encore d'un Written In Waters, il est vrai qu'Animatronic a un potentiel certain. Un bon petit disque que je n'écoute que relativement rarement, mais qui vaut quand même le détour.
Fabien - 21 Décembre 2007: C’est vrai. La comparaison entre Animatronic et Grand Declaration / Mascarade Infernale n’est pas évidente. Bien que ces trois albums appartiennent à la scène post-black norvégienne, le traitement d’Animatronic est résolument différent. Il ne possède pas cette production et cette approche perfectible en apparence, mais privilégie surtout le côté massif et béton de son Electro Black.

En revanche, son impact a été identique aux deux albums précités, ayant lui aussi bouleversé les codes et les standards existant dans le black métal de l’époque.

Enfin, tu cites judicieusement Written In Waters. Cet album de Ved Buens Ende m’a littéralement envoûté lorsque je l’ai acquis en noël 1995, ma période la plus black et progressive. Min Tid Skal Komme de Fleurety m’a également beaucoup marqué, beaucoup plus encore que Bergatt ou HEart Of The Ages d’Ulver et In The Woods.

Fabien.
mayhem72300 - 06 Janvier 2012: Animatronic est sans aucun doute le meilleur album de the kovenant, SETI est la daube du millénaire. Nexus polaris est le meilleur album de covenant.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire