America's Least Wanted

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
17/20
Nom du groupe Ugly Kid Joe
Nom de l'album America's Least Wanted
Type Album
Date de parution Juin 1992
Style MusicalHard Rock
Membres possèdant cet album247

Tracklist

1. Neighbor
2. Goddamn Devil
3. Come Tomorrow
4. Panhandlin' Prince
5. Busy Bee
6. Don't Go
7. So Damn Cool
8. Same Side
9. Cats in the Cradle
10. I'll Keep Tryin'
11. Everything About You
12. Madman ('92 Remix)
13. Mr. Recordman

Chronique @ Silent_Flight

16 Janvier 2011

Ni grunge, ni glam, ni hard FM, juste Ugly Kid Joe

Dans la courte carrière qu'est celle de "Joe le gamin laid", ce pantin articulé par cinq gus issus de la chaleur californienne, il n'y a aura eu qu'un véritable succès: America's Least Wanted, le premier méfait d'un groupe non dénué de satyrisme envers son propre pays.

L'Ep As Ugly As They Wanna Be avait déjà entamé la marche de gloire du combo avec les hits en puissance "Everything About You" et "Madman", que l'on retrouve sur ALW.

Oui parce qu'en vérité, les Ugly Kid Joe sont apparus à un moment fatidique, cette année 1992 où le grunge et la fusion était en plein essor alors que le glam et le hard FM devenaient de plus en plus ringards. Et il semblerait qu'ALW ait mis tout le monde d'accord: la production n'a pas pris une ride, mais il est évident que l'élément qui a fait la force du groupe est la voix éraillée et si reconnaissable de Whitfield Crane, considéré comme un des meilleurs chanteurs de rock de tous les temps (chose à revoir, il n'atteint pas le charisme d'un David Lee Roth ou la puissance d'un Bon Scott, mais on s'en rappelle tout de même), même si le duo Davis/ Crockett (rien à voir avec le célèbre trappeur) impose une ambiance lourde dans les morceaux sur laquelle les solos de Fortman font souvent fureur.

Du bon heavy rock de bout en bout à l'image de "Panhandlin' Prince", de la tuerie "So Damn Cool" ou de "I'll Keep Trying", un peu de funk avec "Same Side" où apparait le gratteux Dean Pleasants d'Infectious Groove, et quelques semi-ballades comme "Busy Bee" ou le tube "Cats in the Cradle", reprise de Johnny Cash, suffisent à l'époque pour faire vibrer le monde entier.

Un album et puis s'en va, la suite de la discographie bien qu'elle ne soit véritablement pas mauvaise (surtout Menace to Sobriety qui écope d'un son encore plus énorme) n'aura jamais le succès escompté suite au virage plus "sérieux" que le groupe a suivi, délaissant même sa mascotte sur ses pochettes. La plupart des intéressés ne trouveront leur bonheur que dans ce premier opus riche en petits détails forts stimulants. Soixante minutes de pure poésie américaine, c'est déjà ça, non?

SF.

16 Commentaires

7 J'aime

Partager

OVERKILL77 - 01 Juin 2012: Ce disque me ramène à mes années collège... bordel que le temps passe vite !!!
Cependant, "Cat's in the Cradle" n'est pas une reprise de Johnny Cash, mais du chanteur Folk, Harry Chapin, sur l'album "Verities & Balderdash" de 1974.
Silent_Flight - 01 Juin 2012: Pas grave, c'est une reprise d'un mec seul avec sa guitare quoiqu'il en soit.
samolice - 26 Fevrier 2013: C'est vrai qu'il vieillit parfaitement bien ce disque.

De très bons titres, pas forcément les plus connus d'ailleurs, un bon chanteur - que je ne placerai quand même pas parmi les meilleurs de l'histoire du rock -, et une prod' juste parfaite.
Et sinon Zaz, il est un peu discret Rob Halford sur "Goddamn evil" non? Juste les choeurs me semble-t-il.

Merci pour la chronique Silent Flight.
ZazPanzer - 26 Fevrier 2013: Il ne fait que les chœurs oui mais pas vraiment discret, c’est lui qui donne ce petit côté "evil" au refrain que j'adore sur ce morceau.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ EternalTearsOfSorrow

26 Juin 2011

Un affreux môme, ça oui, mais possédant un don de musique très varié et assez impressionnant

Ugly Kid Joe, aujourd'hui dissout, était un groupe qualifié de heavy metal, mais partant dans certains autres styles, pouvant même être considérés, à certains moments comme blues, parfois hard rock, d'autres fois rock, et d'autres fois, ce groupe se manifestait comme étant un pure groupe de heavy metal. Les Américains nous ont toujours prouvé un côté délirant, notamment pour leurs pochettes, ainsi que certaines mentions et gestes assez délirants dans leur musique. Etant encore jeunes à l'époque, après trois ans de formations ainsi qu'un EP sorti en 1991, le groupe se décida donc à nous sortir leur premier véritable CD, intitulé "America's Least Wanted".

Si nous jetons déjà un oeil à la pochette, ce côté drôle du groupe sera aux premières loges, nous montrant une facette totalement exagérée de la Statue de la Liberté, nous tirant un doigt d'honneur et portant un livre plutôt cochon. La peinture servant pour cette pochette ne s'avérera pas parmi les grandes réalisations, mais sera tout de même assez originale, aux couleurs oscillant entre le bleu et le vert, majoritairement, mais également accompagnée de rouge et un peu de blanc en arrière plan, sans oublier du grisâtre servant pour les immeubles à l'arrière.

Dans ce premier album, nous n'aurons pas de grands changements depuis leur premier EP, si ce n'est une assez grande amélioration pour l'inspiration et les nuances entre les morceaux. Nous pourrons trouver de morceaux assez durs et agressifs, comme "Panhandlin' Prince", au refrain, disons-le, très accrocheur, (mais ayant cependant un riff légèrement plagié à "Baby Please Don't Go" de Big Joe Williams, reprise par de nombreux artistes, dont AC-DC) à des morceaux s'éloignant assez du heavy metal, gardant tout de même les racines du style, comme "Same Side", plutôt rythmé et très prenant, à l'ambiance funk à souhaits, ayant des solos magnifiquement réalisés.

Si "Neighbor" nous fera entrer directement dans le monde de l'affreux gosse, avec ses bruits de crachats ainsi que ses rots, "Goddamn Devil", quant à lui, sera plutôt du côté assez déprimant du groupe, tout en gardant une certaine puissance et une légère intensité, mais possédant (Toujours des bruitages, je tiens à en parler !) des sons de voix féminine en pleurs.
America's Least Wanted contient également des ballades, comme "Cats in the Cradle" tranquille, ayant une mélodie de départ magnifique, et un refrain magnifiquement saupoudré de choeurs féminins assez aigus, accompagnant à merveille ce chant s'avérant pourtant très fêtard dans les morceaux précédents. La suite du morceau deviendra un peu plus speed, progressivement, laissant doucement s'ajouter la batterie à la musique, aboutissant à une dernière mélodie de guitare.

Cet album nous donnera également des morceaux originaux, plongés dans un très bon hard rock, comme "I'll Keep Tryin'", ce dernier ayant une agressivité assez accrocheuse et ambitieuse. "Evertything About You", s'inscrira également dans cette lignée, un peu moins agressive, cependant. Néanmoins, l'ambiance de ce morceau laisse à désirer. Ugly Kid Joe est en costard cravate, prêt à vous accueillir dans un salon de thé. Décevant, très décevant. Heureusement, cette mauvaise ambiance se laissera convaincre de céder sa place à une musique très ambiante et festive, le chant prouvant ceci en premier. Un petit mot sur "Madman", qui nous éblouira de toutes parts, notamment avec sa batterie et sa basse groovy, magnifiquement joué.

L'affreux morveux nommé Joe, pourtant très capricieux et turbulent, nous offre un premier album très bien abouti, avec certaines compositions vraiment bluffantes et stupéfiantes. Alors, votre serviteur vous le dit, chers lecteurs, précipitez vous sur cet album, d'un ancien groupe assez regretté, si vous avez envie d'une très bonne coordination de styles et d'ambiances.

3 Commentaires

0 J'aime

Partager
OVERKILL77 - 26 Juin 2011: Ugly Kid Joe.... Britanniques ????

Tu aurais également pu te passer du paragraphe qui nous indique que la pochette oscille entre vert et bleu majoritairement, avec un peu de rouge et de blanc.... sans oublier le peu de gris (pour les immeubles !!!)

Tu as également oublié de préciser qu'il y aussi très peu (trop peu !) de jaune sur la pochette, indiquant qu'il y a la lumière à tous les étages des immeubles !!! ;))
EternalTearsOfSorrow - 26 Juin 2011: Euuh oui... Petite distraction pour ce qui est de la nationalité, je vais corriger ceci de ce pas ;-) Oui, pour le paragraphe sur la pochette, c'est vrai qu'il y a peut être un peu trop de mots dessus. Enfin, cette pochette m'intéressait beaucoup, donc je trouvais assez intéressant d'en parler. (J'aime beaucoup ta petite pointe d'ironie, dans ton commentaire ;-) )
OVERKILL77 - 27 Juin 2011: Ironique...euh oui, certainement, mais en aucun cas méchant.
Tu as déjà eu le cran de te lancer sur la chronique d'un album de "référence", coup de chapeau pour ça, je n'aurais pas eu le cran de le faire, je laisse ça à ceux qui savent...

Néanmoins, cet album est une tuerie, même si je pense que "Menace to Sobriety" le suivant, est un cran au dessus.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire