Knotfest France 2019

the 礼拜四 20 六月 2019, Hellfest

Avant d’attaquer le Hellfest, cette année, nous avons eu le plaisir de de participer et suivre deux journées exceptionnelles. La première, nous l’avons vécu devant le Leclerc de Clisson qui réuni de nombreux groupes méritAnt d’être connus. Associant deux « Truck Of Hell » devant un supermarché aux couleurs du festival, c’est une succession de Metal qui aura fait trembler le bitume. Mama Witch, Tungs10, Frantic Machine, FT 17, Dreamcatcher, Leahtan, Circus In Town, Furiapolis, Neat, Droit Divin, Imparfait et Elyx auront su nous faire vibrer avec leurs genres différents. Nous n’avons pu assister qu’à une petite partie de cette salve Metal. Sur trois jours (19, 20 et 21 juin) ce n’est pas moins de 40 groupes, venus de France et pays limitrophes, qui ont animés les deux scènes éphémères. Mais, si nous n’avons pas pu assister à tous ces concerts, c’est avant tout à cause du Knotfest qui, cette année, était le festival « invité » par le Hellfest. En effet, dans l’enceinte du site, les deux Main Stage accueillent un ensemble de groupes formant une affiche exceptionnelle. De 16h30 à presque une heure du matin, ce sont dix groupes aux noms illustres qui se succèdent pour près de 37 000 spectateurs.



Sick Of It All

Un coq à crête blanche saute et souri sur un rythme effréné.
Rapidité et puissance des riffs écrasent un public encore clairsemé en ce milieu d’après-midi.
Le chanteur teste le public qui, malgré un soleil brûlant, n’est pas encore tout à fait remis de la première claque que vient de leur mettre les SOIA.

Ça commence à jumper, poussé par une basse et une batterie claquante. Rythmique punk à souhait et stroboscope d’avant scènes excitent les premiers rangs.
La voix criante du chanteur et la guitare, qu’un bûcheron ne renierait pas, préparent le premier Circle Pit du site cette en année 2019.
Le guitariste est une vraie pile, augmentée d’un aimant attirant le regard, alors qu’il tournoie sur scène comme un oiseau fou.
Un premier set où la musique vient de reprendre possession de la grand place avec une rapidité et une énergie communicative.

Set List : Take the Night Off – Inner Vision – Clobberin’Time – Us vs. ThemInjustice System – Machete – Road Less Traveled – Black VenomThat Crazy White Boy Shit – My Life – The Snake (Break Free) – Good Lookin’ Out – Uprising Nation – Bull’s Anthem – Busted – Scratch the Surface – Step Down

Ministry

Les beat défilent sur des tempo industriels déments. La voix décoche des mots coupés et réguliers sur deux titres qui nous permettent d’apprécier l’implication d’un chef de file étonnant.
Lorsque les sonorités affolantes de ‘Stigmata’ retentissent, c’est un titre nous rappelant ce film post apocalyptique qui agite notre cerveau pris dans un étaux où la scie de la guitare et de la voix tronçonnent nos oreilles.


Alors que le meneur aux dreads et au visage clouté empoigne une autre guitare les strates s’épaississent.
La forme qui sert de proue et de pied au micro commence à s’enfumer alors que le bleu apparaît en lumière d’avant-scène.
La nappe s’alourdi lorsque le ton se fait plus grave comme la voix et la rythmique répétitive.
La foule aussi, commence à sérieusement se densifier, alors que le soleil décroît doucement caché par quelque nuages bienvenus.
Le show se termine sur un rythme qui prend de la vitesse poussé par une guitare stridente omniprésente chez Ministry.

Set List : The Missing – Deity – Stigmata – Jesus Built My Hotord – Just One Fix – N.W.O. - Thieves
 

Behemoth (PL)

Arrivés masqués, les flammes accompagnent déjà la musique prégnante de la puissance du noir. Derrières leurs pieds de micro aux triangles et flammes noires mystiques, les visages blanc apparaissent.


La musique puissante est parsemé de solo lorsque le rythme se veut plus rapide au milieu d’un set écrasant.
Les jets de flammes se croisent avec la fumée formant des croix blanches à l’image des décors arborant le signe du groupe. La pyrotechnie rythme le set, alors que le ton devient plus lugubre et que sur l’écran de fond se dessine les arcanes d’un groupe à l’univers bien établi.
Behemoth, de par son aura et son monde, a démontré sa place exacte au sein du Knotfest.

Set List : Wolves ov Siberia – Ora Pro Nobis Lucifer – Bartzabel – Ov Fire and the Void – Conquer All – Sabbath Mater – Blow Your Trumpets Gabriel – Chant for Eschaton 2000

Rob Zombie

Multiplication des écrans sur scène affichant Rob Zombie en noir et blanc avant que les artistes entrent en scène en tenues très colorés.
Samples persistants, riff intermittents et voix saccadée sur les couplets annoncent la couleur.
Les écrans s’emplissent de flammes alors que le rythme se fait plus soutenu et la foule hurle après un chanteur survolté.
Après avoir enlevé le chapeau, c’est la veste qui tombe pour un rythme qui descend et un Rob qui jump avec le public.
L’ambiance est là, alors que le jour tombe et là scène aux multiples écrans allument un show visuel et musical maîtrisé.


Danse, voix et fumée s’entremêlent sur scène pour un meneur assurant son rôle jusqu’à se rendre sur le public pour partager sa folie. Porté, les cheveux tournoyant, la voix mène un titre partagé avec les fans écrasés.
Un show plutôt bariolé qui voit des ballons multicolores géants projetés sur le public occupant maintenant la totalité de l’espace devant les Mains Stages.
Lorsque la scène devient rouge, les pentacles en arrière-plan s’illuminent et trois six rouge s’affichent sur les piédestal, c’est un solo de guitare au son diabolique qui fige la foule.
Un public à l’écoute qui tapera dans les mains au rythme du riff récurent. Le show est bel et bien là et les flammes crachent sur les tours périphériques du Hellfest.
Après un court intermède mettant en avant sur les écrans le film de Rob, c’est le retour des musiciens en habits de lumière rutilants pour un titre venu d’un lointain passé.

Set List : Meet the Creeper – Superbeast – Living Dead GirlMore Human Than Human (White Zombie song) – In the Age of the Consecrated Vampire We All Get Hight – Dead City Radio and the New Gods of Supertown – Helter Skelter (The Beatles cover) – Get Your Boots On ! That’s the End of Rock and Roll – Well, Everybody’s Fucking in a U.F.O. – House of 1000 Corpses – Guitar Solo – Thunder Kiss ’65 – Blitzkrieg Bop (Ramones cover) – Trailer of « 3 From Hell » - Dragula

Slipknot (USA-1)

Une tenture noire flanquée d’un Spliknot en lettres rouges masque la scène du Main Stage. Elle est entourée des écrans affichant le visuel du Knotfest. La mise en scène est là alors que les lumières s’éteignent accueilli par les cris de la foule.
La puissance déboule d’entrée de jeu, relayée par un public de fans n’attendant que ça. Les percussions s’entendent et s’affichent : batterie au centre, deux plateformes de chaque côté arborant un blanc marbré et des tonneaux de Metal.
Vêtu d’un manteau noir frappé du sigle rouge, c’est la voix tranchante, derrière un visage plastique transparent, qui abreuve le public. 
Lorsque les premières notes étranges retentissent les fans se manifestent en masse. Les guitares stridentes coupent l’air, portées par les deux masques blanc.
Quand arrive ce titre, qui raisonne même dans la tête de ceux qui  connaissent peu Slipknot, c’est la majorité du public qui chante un refrain qui a fait la renommée du groupe.
En attaquant avec « …555 and 666 », c’est flammes, déferlante de grosse caisse et multiplication de riff qui agitent le Knotfest.
Les murs deviennent incandescent sous un effet plus vrai que nature, pour un titre au tempo plus lourd mené par un chant clair et lent changeant l’ambiance.
En marche sur un tapis roulant le flow de paroles se fait plus pesant, désespéré sur une scène habillée de pourpre et de vert.
Ce titre nous fait descendre dans les abîmes, et l’homme au visage décollé saute de la plateforme sur un guitariste furieux qui lui balancera sa guitare à la figure.
Avant de lancer une musique pour « a fucking family ! », ce sont les remerciements pour ce premier Knotfest et l’accueil par le Hellfest.
Et en effet, c’est du lourd qui surgit avec explosion et grand nuage de fumée pour un titre agité et écrasant.
Les percussionnistes sont réunies devant le batteur pour un passage lugubre comme le regard du guitariste au visage de Metal rutilant.
Comme la batte enflammée qui frappe sur le tonneau en fer suspendu, le rythme se fait plus prenant sur un titre repris par les connaisseurs venus remplir le festival cette nuit.
Pour le premier Knotfest en Europe, les hommes aux masques ont dérangés, écrasés et affolés le Metal pour un concert spécial.

Set List : People = Shit – (sic) – Get This – Unsainted – Disasterpiece – Before I Gorget – The Heretic Anthem – Psychosocial – The Devil in I – Prosthetics – Vermilion – Custer – Sulfur – All Out Life – Duality /Rappel/ Spit It Out - Surfacing


0 评论

0 Like

分享
    你必须先登录才能发表评论

Hellfest

photo of HellfestClisson, Pays-de-la-Loire, France
了解更多

Sick Of It All

Hardcore - USA
了解更多

Ministry

Industrial Metal - USA
了解更多

Behemoth (PL)

Death Black - Poland
了解更多

Rob Zombie

Industrial Metal - USA
了解更多

Slipknot (USA-1)

Thrash Neo - USA
了解更多