logo Rage Against The Machine

传记 : Rage Against The Machine

RATM est un de ces groupes cultes et incontournables des années 90. En effet, ce sont les précurseurs d'un style abondamment repris de nos jours, mais très novateur à l'époque : entre rap et métal avec un poil de funk, le cocktail (Molotov) est efficace et touche un public très hétéroclite. Entourés des plus grands tels que Cypress Hill, Beastie Boys, Suicidal Tendencies, Smashing Pumkins, Beck, Sonic Youth, Pearl Jam et bien d'autres, leur côté hip hop est directement inspiré de Public Ennemy et leur vaut sans doute leur renommée mondiale très vite acquise.

Formé en 1991 par Zack de la Rocha, Tom Morello, Tim Bob et Brad Wilk, si « RATM » n'avaient pas été les initiales de leur groupe, ça aurait aussi bien pu être le sigle d'un nouveau parti politique. En effet, bien plus qu'un groupe far des années 90, les RATM sont mondialement connus pour leur fort message politique qu'ils propagent par chacune de leur lyric. A la fois révolutionnaires combattants le système américain jugé impérialiste et oppresseur, mais aussi défenseurs engagés dans de multiples causes telles que l'antifascisme, la lutte contre la censure (comme leur action contre le PMRC lors d'un de leurs concerts en 1993), la cause Mumia-Abu Jamal, celle du Tibet, Woman Alive… les RATM osent accomplir des actes à la hauteur de leurs idées politiques : en effet, ils furent censurés lors de l'émission US Saturday Night Live pour « non respect du drapeau américain ». Mais une de leur victoire fut sans doute le tournage du clip Sleep Now in the Fire filmé devant Wall Street qui obligea à fermer la bourse pour la première fois depuis le Jeudi Noir de 1929 !

Figures emblématiques de ce monde, Malcom X, Che Guevara , Peltier… furent les modèles et des idéaux développés par les RATM durant leur carrière. Ainsi, de leur premier opus, éponyme de 92 à Renegades en 2000, Zack de la Rocha a toujours eu à la bouche des paroles lourdes de sens. C'est d'ailleurs lui qui quitta le groupe en octobre 2000 pour laisser libre cours à ses pulsions « hip hop »… laissant place à Chris Cornell (ex Soundgarden) au sein de la nouvelle formation nommée Audioslave .