La Nuit du Tatoo 2018

le Samedi 01 Septembre 2018, Nuit du Tatoo

Comme l'an dernier, nous sommes invités à Saint-Rémy de Provence pour cette septième édition de la Nuit du Tatoo, dans la superbe salle de spectacles de la commune. Dès notre arrivée sur le parking, l'accueil est joyeux en la personne du président de l'association organisatrice de l'évènement. Les tatoueurs sont bien installés, encadrant de leurs nombreux stands, le bar géant et la scène digne des groupes qui y passeront. Sur cette soirée, il y a mobilisation contre le cancer du sein avec une vente de rubans rose. Think Live Association, organisatrice de ce nouveau rendez-vous, encourage le dépistage précoce et soutient ainsi la recherche. Cette année, une deuxième scène est établie à l'extérieur de la salle. Un premier groupe joue ses dernières notes à notre arrivée.



Skinbleed

Le soleil se couche dans le dos des musiciens du deuxième groupe qui nous vient de Grenoble pour l'occasion.
L'attaque avec un morceau instrumental est incisive et plutôt complexe. Paradoxalement le chanteur nous dis de nous réveiller, mais il est vrai que les spectateurs sont plutôt en retrait pour le moment.
Le titre qui arrive après tranche avec l’entrée. Le chant quelque peu torturé vient agrémenter la vague d’instruments qui déroute nos oreilles.


Le tempo reste lent, mais l’engagement musical et vocal traduisent l’univers complexe du groupe. À moins que cette fin de titre plus rapide ne déchaine le genre et dénature le paysage plutôt sombre. Les samples omniprésents participent au côté progressif des notes saturées qui finissent par prendre un dessus plutôt fracassant.


Le Karnivool affiché sur le teeshirt du bassiste attire-t-il notre attention, comme l'inspiration qui pousse les Skinbleed, alors que notre oreille est ballotée par les rythmiques puissantes et évolutives.
Sur cette musique accrocheuses et des paroles délivrées par à-coups, la prestation pourrait tirer le soleil vers le bas avec une vitesse plombée et sombre.

Set List : Metempsychosis – Everyday Etrocity – Resonance – To Harm... - Skinbleed – Contradiction – Chamber of Tensions – Death May Smile

Bukowski

Le Rock pur et énervé des Bukowski attaque très vite, mené par un quatuor qui déménage. Les titres déboulent à grande vitesse et très rapidement les doigts se lèvent à la demande du chanteur pour un « allez vous faire foutre, putain de terroristes ! ». Le son nous plaque et l’énergie arrive à point nommé. Le chaleur envahie peu à peu la salle quand le groupe nous délivre un titre de l’album à venir. Puis vient l’heure d’ouvrir cette « putain de cages aux lions » avec un titre qui claque comme la caisse claire qui chatouille méchamment notre cuir chevelu.


Le 'down and jump' mettra encore plus d’effervescence de la salle. Mathieu nous annonce encore un petit morceau du prochain album contre la volonté du manager, mais disons qu’il peut aller se faire enc.... ; « le live et les fans avant tout ! ». C'est un mélange de douceur sur les couplets et de force rythmée sur un refrain ultra chantant.
Petit message vers les vendeuses du Merch ; on ira pour les personnes ou pour les articles... Sans plus de discours, le titre qui suit est pour les puristes qui fait encore bouger nombre de fans postés devant la scène.


L'avant dernier titre fait taper dans les mains un public conquis, avant que le dernier soit dédicacé à tous ceux qui boirons un coup ce soir. Un titre qui fera bouger les dreads d’un guitariste excité. On participe à la fougue d'un groupe qui joue avec ses tripes pour lequel un Wall Of Death clôturera ce concert qui a mis le feu. Un sacré bon moment de pur Rock dans l’esprit et dans la musique qui décolle les tympans et les pieds sur une scène secouée.

Set List : Keep Your Head On – Smoky Room – My Name Is Kozanowski – Brothers For Ever – Mysterious Smile – Hazadous Creatures – Among The Streets – Mysanthropia – Car Crasher

 

 

The Blackstone Co.

Le dernier groupe passant sur la scène extérieur arpente la région depuis quelques années. Nous avons déjà eu le plaisir de les voir, mais quel changement depuis la dernière fois. Nous sommes surpris par la mise en place et la maîtrise du quatuor. Nous brosserons vite fais le tableau car il est prévu de revoir The Blackstone Co. très rapidement.


Un maître d’œuvre au chant qui alterne avec les cris de sa guitare. Un second guitariste plutôt timide dans sa prestation mais quelle rythmique. Un bassiste qui fait la paire avec un batteur toujours aussi carré et au groove assuré.
Marc, le conducteur de la locomotive à vapeur nous annonce avec beaucoup d'émotion l’album qui doit sortir début 2019. Un titre d’opus en rapport avec tous ce qui leur est arrivé ces derniers temps. De plus, ce soir nous aurons droit à une exclusivité avec le prochain titre qui sera celui du clip à sortir très vite.


Les deux acolytes, droite et gauche, assurent les backing vocals pour des refrains terribles. Quel groove dans les titres qui balancent des riffs partagés par deux guitaristes passionnés. En témoigne également le teeshirt du batteur qui joue dans un tribute des Foo Fighters.


Le hard rock balancé par le groupe va encore une fois faire honneur aux solos de Marc dans une tradition Zakk Wyldienne. Aura-t-il l'audace d'arriver en Kilt pour leur passage aux deux dates du « Destroying Da Stage », le 5 octobre au Secret Place (Montpellier) ou le 6 au Poste à Galène (Marseille) ?

Set List : New Birth – Face – TwistedBetrayer – The GiftJerk – Something – Orange M.F.

Des cuivres et batterie nous surprendront avec du S.O.A.D. et autres formations dans des intermèdes fort appréciables. La fanfare, arborant sur leurs tee-shirts le nom de groupes illustres, mettra à l’honneur de grands classiques du Metal à force de cuivres et d'un timide support voix armée d’un mégaphone. La prestation est là et animera par trois fois les espaces laissés entre chaque groupes montés sur scène.

Sidilarsen

Les trois premiers titres sont des classiques du groupe qui mettront tout le monde d’accord. Puis l’annonce du « old school » envoi un morceau d’une puissance et d’une énergie toujours aussi présente. Accompagné d’électronique, certains se rappelleront que le groupe agitait déjà notre bocal au tout début des années 2000.
Puis déboule un titre plus jeune qui montre que le combat est toujours sur scène est dans la fausse. Mais « est-ce que le meilleur est à venir » ?

Ils sont de retour sur la scène de la nuit du tatoo trois ans après et « personne pour nous retenir : ni terroristes, ni racistes et encore moins des élites ! ». Ils sont bien là pour nous faire profiter de la force de la musique des Sidilarsen.
Puis, pour symboliser le mur de la honte et briser les chaînes, le 'Walls Of Shame' va déchirer nos oreilles. Suivra le traditionnel solo rouge pour un Sam qui assure ce rythme d'enfer sur toutes les dates depuis que nous les avions vu en novembre 2016.


Remerciements à l’association qui organise la soirée avant de repartir de plus belle sur un riff entêtent parce que l’on en veut encore. Ce qui suivra sentira la transe, les pieds sur Terre, avant d’augmenter le tempo et faire bouger les têtes « à l’ancienne ». Le rappel nous fera vibrer comme il y a longtemps.Nous venons d'assister à une dernière date avec Joke qui a dépanné le groupe à la basse ; un grand merci !
 

Set List : Retourner la France – Back to Basics – Spread It – A qui je nuis, me pardonne – Guerres à vendre – Le meilleur est à venir – Walls of Shame – I Feel Fine – Dancefloor Bastards – On en veut encore – Frapper la terre – Fluidité – Comme on vibre – La morale de la fable – Des milliards


1 Commentaire

1 J'aime

Partager
vincysteria - 04 Octobre 2018:

Globalement d'accord avec toi sur l'ensemble des lives hormis Skinbleed que j'ai trouvé sans plus avec un batteur pas terrible.

Au plaisir de se recroiser! A+ smiley.

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Skinbleed

Crossover - France
En savoir plus

Bukowski

Stoner - France
En savoir plus

Sidilarsen

Fusion - France
En savoir plus