Impiety + Guests @ Poitiers 2017

le Jeudi 07 Décembre 2017, Le Zinc

“Impiety” est un pur monument du black death metal, et probablement à considérer comme un des groupes les plus représentatifs du metal dans le continent asiatique, incontournable même lorsqu’il est question de la scène du sud-est asiatique et celle du micro-Etat Singapour, très prolifique dans le domaine. Quand on m’a annoncé sa venue à Poitiers, et dans le bar du Zinc en plus, j’ai longtemps cru à une blague. Anthems Of Steel qui organisait la festivité assurait qu’il n’en était rien et que la venue de ce monstre était tout ce qu’il y a de plus réel. La date était comprise dans une tournée avec les champions rhône-alpins du death black “Necrowretch”, et le très local “Abduscius” venait se rajouter tardivement à Poitiers pour son tout premier concert, faisant ainsi avancer le début des hostilités à 19h. Diantre! Je sentais que le diable voulait jouer de moi, mon essuie glace se bloque en pleine averse et en pleine nuit. Il a fallu jouer sur mon étoile pour ne pas encadrer un camion et arrivé juste à temps pour le premier morceau d’”Abduscius”.

. ABDUSCIUS

Rajouté tardivement sur l’affiche, comme mentionné, il était très curieux de voir ce qu’il en était de ce nouveau groupe poitevin composé en trio. On retrouve en figure bien connue Pierre Mandon à la guitare, membre de “The Bottle Doom Lazy Band”, “Trepanator” et “Mantras”. “Abduscius” est un groupe black metal, un black metal plutôt particulier car on touchait plus là un black moderne marathonien maintenant une rythmique soutenue et constante à la manière d’un “Winterfylleth”. D’ailleurs ils s’y sont remarquablement prêtés pour un tout premier concert, avec sobriété et une complète maîtrise. A noter un chant mis sous une reverb à fond qui sonnait alors parfaitement dans ce caveau. Ce qui n’est pas sans rappeler la prestation de “Mantras” dans ce même lieu.

Set-List:

1. Pentagram Inverted Cross / 2. Witchcraft in Darkest Night / 3. Occult Sacrifice in the Depth of the Dead Forest / 4. Morbid Wings of Venom / 5. Triumph of Witchery    

 



Necrowretch

Ce groupe aura pris très vite de l’envergure, au point d’arrivée aujourd’hui à faire les premières parties de “Mercyless” ou d’”Impiety”. Ma première vraie rencontre avec ce groupe fut au Hellfest 2015, il figurait alors en potentiel. Le changement de scène est radical ce soir avec celui de Clisson. Nous sommes cette fois sous terre dans un petit endroit reclus et les membres ont du mal à se frayer un espace. Ils y arrivent tant bien que mal. Les réglages se font assez rapidement et le public met un peu de temps à venir. Je pensais personnellement qu’il y aura là plus de monde, d’autres arriveront par la suite pour “Impiety”, mais ça restera en deçà de mes espérances. “Necrowretch” ne semble pas intimidé par les lieux, même s’il voulait départ couper la lumière. Point de set-list au sol, mais on devine que ce qui va être joué ce soir ne va différer des dates ultérieures. Rappelons que la formation joue alors chaque soirée en compagnie d’”Impiety”. On se souviendra néanmoins de leur death black sans concession, proposant apparemment des morceaux de leurs trois albums. Point de véritable pause et de communication avec le public, “Necrowretch” vit pleinement sa musique, s’arrête sans mots 5 à 10 secondes avant de passer à un autre morceau. Ils lèvent même parfois les bras et instruments comme si on participait à une communion dans ce metal extrême déchaîné qui est aujourd’hui représentatif d’un nouveau souffle du metal extrême français. Le son était très correct et permettait la distinction des différents acteurs dans cette salle souterraine. Il est très regrettable en revanche que le public soit resté un peu passif vis à vis de cette formidable source de mélodie et de rage.

 

Impiety

Au tour de la légende singapourienne de prendre le relais et de clore cette soirée très inédite au Zinc de Poitiers. Comme cela a été le cas pour “Necrowretch”, le trio infernal ne semble pas mal à l’aise avec le type de lieu et un public réduit à la fréquentation d’un bar. ça ne semble aucunement les déranger En revanche, le guitariste paraissait plutôt perturbé par la promuscuité de la scène et s’est calé du mieux qu’il a pu. Les balances ont aussi prises un peu de temps, notamment pour mettre la reverb au goût de Shyaithan. En effet, celui-là basait son chant sous une grosse reverb, allant de paire avec la musique extrême et primitive d’”Impiety”. J’avais déjà assisté à un précédent show de la formation sous le tente du Temple du Hellfest en 2014 et avec un plus large public. La différence entre ce concert et celui du Zinc est sans commune mesure. Celui du Zinc était autrement plus puissant et animal. On avait affaire à du black death proprement bestial comme l’aiment et l’envisageaient sans doute certains spectateurs de la soirée. Autrement dit, tout a tâchait fortement, et le public encore bien timide sous “Necrowretch” commençait à se bousculer vaillamment. A titre personnel, j’ai même pris un violent coup, de micro. Shyaithan très à l’étroit fit un léger mouvement de pied malencontreux faisant basculer le pied de micro. On a pu reconnaître parmi les morceaux, “Dominator” et “Ceremonial Necrochrist Redesecration”. Autrement dit, “Impiety” aura parcouru une large part de sa discographie sur la set list de ce soir, dans un trou au milieu de nulle part, devant quelques trves fanatiques, puis à partager avec eux bières et impressions. C’est comme a qu’on aime le metal extrême underground.

 

 


0 Commentaire

0 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Le Zinc

photo de Le ZincPoitiers, Poitou-Charentes, France
En savoir plus

Necrowretch

Death Metal - France
En savoir plus

Impiety

Black Thrash - Singapour
En savoir plus