Hellfest 2016 :Three Days In Hell - Day 3

le Dimanche 19 Juin 2016, Clisson (44)

Le réveil est difficile en ce dernier jour de festival, les organismes mis à rude épreuve commencent à souffrir sérieusement, mais comme les vieux doivent montrer l’exemple, je suis une nouvelle fois le premier levé afin d’arriver le plus tôt possible sur les terres de l’enfer et pouvoir profiter au maximum de ce dimanche. 



Corrosive Elements

10h30 : L’heure matinale dominicale n’aidant pas, c’est devant un parterre peu garni que Corrosive Elements investit la Altar. Même si ce groupe n’est plus vraiment un lapin de 3 semaines avec ses 10 années d’existence, pour être franc, je ne connaissais la formation que de nom et je dois bien avouer que j’ai été séduit par leur death dynamique et par la prestation que le combo offre à la petite centaine de métaleux courageux, le groupe est visiblement content de participer à ce festival et nous offre une bonne entrée en matière.

Hegemon

11h05 : Puis c’est au tour des niçois de Hegemon de s’empare de la temple, fort d’un « The Hierarch » de très bonne qualité et devant un public clairsemé. Le set est de très bonne facture, puissant, rien de dépasse et le groupe fait son maximum, mais l’assistance reste bien molle, les festivaliers semblent encore sortir de leur torpeur.

Municipal Waste

12h15 : C’est à l’heure de l’apéro que Municipal Waste débarque sur la Mainstage 1 et, leur crossover énergique va quant à lui, bien réveiller les festivaliers et lancer véritablement la journée. Affubler d’un backdrop sans équivoque sur lequel Donald Trump reçoit une bastos en pleine tête, transformant le morceau « I Want To Kill The President » en « I Want To Kill Donald Trump », les américains provoquent une vraie marée humaine qui s’abattra sur le personnel de sécurité ainsi que de nombreux circle-pit et un wall of death, le tout en une petit demi-heure, relevant de l’exploit. Visiblement heureux du bazar mis devant la Mainstage 1, le groupe semble ne plus vouloir s’arrêter, enchaînant les morceaux jusqu’à ce que l’orga leur coupe le son au beau milieu de « Born To Party », provoquant une fin de set aussi frustrant pour le public que pour le groupe, mais l’heure, c’est l’heure et il y a un planning à respecter.

Setlist: Intro/Unleash the Bastards/Mind Eraser/You're Cut Off/The Thrashin' of the Christ/Beer Pressure/The Inebriator/Toxic Revolution/I Want to Kill the President/I Want to Kill Donald Trump/Wrong Answer/Terror Shark/Bangover/Hazardous Mutation/Substitute Creature/Headbanger Face Rip/Sadistic Magician/Born to Party (coupé par l'orga)

Power Trip (USA-2)

15h05 : Après une longue pause et un repas de qualité à la Warzone, il est temps d’assister au concert de Power Trip, combo américain dont les influences sont un melting-pot de thrash, punk et hardcore. La prestation se tient, le chanteur saute dans tous les sens et la technique est irréprochable. Riley Gale prit toute la sécurité à défaut et descendit au contact du premier rang pour faire hurler le refrain de « Crossbreaker », mon frangin Guillaume, vit alors SON moment et heureusement, il connaissait bien le morceau. 

Brodequin

15h50 : Sitôt les derniers accords de Power Trip expédiés, nous filons à la Altar pour assister au set de Brodequin, je vais donc pouvoir prendre ma dose de viandaille faisandé de la journée. Et là, c’est la douche froide, glacée même. Pas de batterie, juste un boitier électronique sur lequel John Engman tapotera des doigts, cette supercherie est, pour votre serviteur un véritable scandale, de plus, le son est loin d’être à l’avenant. La torture a assez duré, nous passons directement à la Temple afin de se placer pour Mgla, je zappe volontairement Gojira dont « Magma » ne m’a que peu enthousiasmer. Brodequin sera, en ce qui me concerne, LA grande déception du week-end.

Mgla

16h45 : « Exercices In Futility » fait incontestablement partie de mon Top 3 de l’année 2015 et c’est devant une Temple bien garnie que les polonais montent sur scènes, tous affublés d’un perfecto à capuche et d’une cagoule qui ne laissera rien transparaître de leur identité. Sans aucune communication avec l’assistance et une setlist articulée autour du dernier opus, un son très clair et puissant, une exécution instrumentale parfaite, Mgla retourna l’assistance, offrant aux festivaliers, un des meilleurs concerts de cette édition. Cette absence d’échange avec le public et ce mystère autour de ses membres, donnera à l’ensemble, une dimension mystique. Même si à l’époque de la divulgation du running order, j’avais un clash entre Gojira et Mgla, je ne regrette absolument pas mon choix, surtout au regard de l’énorme foule entassée devant la Mainstage 1.

 

La fatigue physique se faisant ressentir et ne voulant, sous aucun prétexte, raté Ghost, avec en prime, un bon placement, ma petite bande et moi-même, décidons de nous rendre devant la Mainstage 2, il est 18h00 et l’accès est déjà critique (des milliers de festivaliers ayant eu sans doute eu la même idée que nous), nous réussissons à nous faufiler dans le premier quart, au centre, et, de là, nous assistons au show d’Amon Amarth. Les suédois livreront une prestation de bon aloi, pas grand-chose à leur reprocher, peut-être un son manquant légèrement de puissance. Megadeth entre en action et les américains n’auront réussi à me captiver que sur deux morceaux (« Hangar 18 » et « Tornado Of Souls »), j’ai trouvé le show mollasson et je trouve également que Megadave a pris un sacré coup de vieux. Cette impression mitigée vient sans doute de notre impatience à ce que le show spécial de Ghost commence mais également, à notre emplacement.

Ghost (SWE)

22h05 : Dès les premiers accords de « Spirit », c’est la folie, le public est déjà en communion avec Pape Emeritus III et le concert « spécial Hellfest » promit par le groupe, tiendra toutes ses promesses. Nous aurons droit à la présence de nones (les « Sisters Of Sin ») qui descendront dans la fosse, juste pour abreuver les premiers de vin et pour rien d’autre, Pape Emeritus III ayant bien mis en garde le public, non sans humour. La fin du set sera accompagnée d’une « chorale » d’enfants (les petits chanteurs à la croix renversée de bois ?), du retour des nones, ainsi qu’une distribution de préservatifs et un feu d’artifice pour clôturer cette prestation grandiose qui aura marqué les esprits de tous les festivaliers présents. Assurément, les « culs bénis » ont dû apprécier...

 

Setlist: Spirit/From the Pinnacle to the pit/Body and Blood/Devil Church/Cirice/Year Zero/Spöksonat/He Is/Absolution/Mummy Dust/Monstrance Clock

Paradise Lost

23h40 : Un autre groupe que je n’aurai loupé sous aucun prétexte et que je suis depuis leur tout premier album, il s’agit bien sûr de Paradise Lost avec qui, j’ai pu vivre MON moment à la séance de dédicace car félicité par Gregor Mackintosh, Aaron Aedy et surtout Nick Holmes, qui m’assènera deux chaleureuse poignée de main et un "very nice patch", mon vieux patch à l’effigie du premier logo du groupe aura fait son effet. Comme promis, Paradise Lost jouera l’intégralité de « Gothic » et le groupe est en très bonne forme, avec un Nick Holmes de bonne humeur (contrairement à l’édition de 2014), souriant à plusieurs reprises et présentant son groupe avec un humour décapant qui lui est caractéristique «(« We are not Black Sabbath »). Qu’il est bon de pouvoir entendre les « Gothic », « Eternal » mais également « Shattered », « Falling Forever » ou « Angel Tears », le son est puissant et quel plaisir de pouvoir assister à un concert de Paradise  Lost dans lequel Nick Holmes growle quasiment de bout en bout, visiblement, son intégration au sein de Bloodbath lui a fait le plus grand bien. La formation finira son concert sur « Embers Fire » et deux morceaux issus de « The Plague Within » avec « The Hope In Sight » et surtout le terrible « Beneath Broken Earth ». Les britanniques auront effacé ma grande déception de 2014 et livrent cette année, une très bonne prestation.

 

Setlist: Gothic/Dead Emotion/Shattered/Rapture/Eternal/Falling Forever/Angel Tears/Silent
/The Painless/Embers Fire/No Hope in Sight/Beneath Broken Earth

Deicide

00h45 : Deicide aura la lourde tâche de conclure ce Hellfest d’exception, et d’asséner une dernière dose de satanisme aux festivaliers venus en nombre malgré l’heure tardive. La bande à Glenn Benton livre une prestation de haute volée même si le père Glenn ne semble pas très concerné. Le quatuor écrase tout sur son passage, achevant les derniers survivants, un concert puissant, massif, doté d’une mise en son parfaite et faisant saignée mes cages à miel une dernière fois pour cette édition 2016. Et puis, c’est la fin, et, comme chaque année, une certaine nostalgie nous gagne...le syndrome de la dépression post-hellfest sans doute...

 

Setlist: Homage for Satan/Dead by Dawn/Once Upon the Cross/Scars of the crucifix/Oblivious to Evil/Deicide/When Satan Rules His World/Serpents of the Light/In the Minds of Evil/They Are the Children of the Underworld/Dead but Dreaming/Trifixion/End the Wrath of God/Blame It on God/Sacrificial Suicide/Lunatic of God's Creation

 

 

Ce crue 2016 aura été une cuvée d’exception et, chaque année, des évolutions notables sont à souligner, avec en point d’orgue la Warzone, améliorant sans cesse la qualité du festival et le bien être des festivaliers. Le véritable point noir aura été cette année la surpopulation générale et notamment au niveau des Mainstages, quasiment inaccessible dès 18h00. Je voudrais donner une grande importance aux personnels de sécurité qui tiennent une grande part dans cette sensation de plénitude qui émane du Hellfest et de son ambiance si particulière, ces gars sont rassurant, surtout à la fin d’un slam et sont d’une immense gentillesse, malgré leurs airs de « dur à cuire », un grand merci à vous !!

 

Mes Tops :

- Napalm Death

- Rammstein

- Ghost

- MGLA

- Cattle Decapitation

- Havok

- Terrorizer

 

Mes Flops:

- Brodequin

- The Offspring

- Rameses

- La foule trop conséquente

- L’attente à la cathédrale et à la cashless


1 Commentaire

0 J'aime

Partager
Icare - 12 Août 2016: Merci pour ce chouette live report Jérôme. Ca donne envie!

Je finirais peut-être par le faire une fois ce putain de festival, si j'arrive à rentrer en France un jour... :-D
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Corrosive Elements

Death Thrash - France
En savoir plus

Hegemon

Black Metal - France
En savoir plus

Municipal Waste

Crossover - Etats-Unis
En savoir plus

Power Trip (USA-2)

Crossover - Etats-Unis
En savoir plus

Brodequin

Death Brutal - Etats-Unis
En savoir plus

Mgla

Black Metal - Pologne
En savoir plus

Ghost (SWE)

Heavy Rock - Suède
En savoir plus

Paradise Lost

Metal Gothique - Royaume-Uni
En savoir plus

Deicide

Death Metal - Etats-Unis
En savoir plus