Download France 2018 - Jour 1

le Vendredi 15 Juin 2018, Download Paris (BA217)

Comme l'an dernier, à notre arrivée aux abords du site du Download Festival, la circulation se ralentit sur la voie rapide qui longe le site gigantesque. Par contre, cette année, impossible de se tromper. Si l'on veut accéder aux immenses parkings, la route vers l'entrée que votre GPS vous indiquera est fermée. Balisée de grands panneaux jaunes, l'entrée officielle est impossible à rater. Néanmoins, pour nous, ce sera une petite déconvenue, car notre précieux sésame « presse » n'est pas disponible à cette entrée. Une belle marche nous faisant contourner le camping, qui est vraiment grand, on vous l'assure, et nous retrouvons l'équipe qui nous accueille avec grands sourires et bonne humeur. Tout est enfin réuni pour nous lancer à l'attaque de la grande plaine. Billy Talent achevant son set sur le Main Stage toujours majestueux, c'est vers son frère jumeau que nous allons profiter de notre premier concert de cette troisième édition.



Eluveitie

Mêlant instruments électriques et traditionnels, hommes et femmes se partagent la scène. Il est bien dommage de trouver de grands sacs noir sur les projecteurs d'avant scène. Avec beaucoup de prudence, l'organisation n'avait pas prévu que nous aurions une si belle première journée. Heureusement, sur les planches, le spectacle est en marche devant un « triple backdrop » mystique représentant « Evocation II - Pantheon » dernier opus du groupe.Eluveitie' data-toggle=" />

Le chant est partagé entre le dieu barbu et la déesse rousse. Des envolée claire poussées par une voix masculine plus roque sont à l'oeuvre. Alors que les anciens membres du groupe, formant maintenant Cellar Darling ont ouvert cette journée, c'est ici un groupe charismatique qui joue maintenant devant nous. Le voix perçante emporte les titres vers d’autres cieux relayée par la flûte aérienne. Les fans sont là pour acclamer le groupe a chaque fin de titre.
Quand la grosse voix du chanteur est poussée par la double gosse caisse et les deux guitares, il n’y a que la finesse de la harpe et le vielle à roue qui viennent pousser le public à taper dans les mains. Lorsque la superbe Fabienne Erni reste seule sur scène, entourée par la fumée et les ambiances, la magie opère et tout le monde est figé, le sortilège faisant son effet presque instantanément.
L’accalmie est de courte durée avec le retour sur scène de la puissance du Folk un temps mélodique et l’instant d’après frappant nos esprits et faisant tournoyez les cheveux des trois jeunes femmes sur scène.


La puissance de la section rythmique associé aux doigts de fée d’une nymphe accompagnant le solo est juste fantastique.Avant le dernier titre ce groupe, somme toute assez humble et généreux à la fois, Chrigel Glanzmann remercie les festivaliers. C'est l’air bien connu de 'Inis Mona' sur une grosse voix et une guitare metal feront bouger les clans venus nombreux pour cette première journée. Pour un final génial, c'est tour à tour chaque instrument traditionnel qui reprendra l’air si facile à retenir.

Set List : King – Nil – Thousand – L'Appel des Montagnes – A Rose for Epona – HavocRebirth – Inis Mona

Powerwolf

En route vers le Main Stage, nous arrivons devant un décor façon galerie de vitraux dans les tons de gris. C'est avec les deux guitares aux petites croix brillantes en l’air que les saintes paroles sont envoyées. 'Army of the Night' et son introduction presque sacrée fait monter le public d’un cran, participant au spectacle sur scène.

L'organiste, Falk Maria, vient invectiver la foule et navigue entre ses deux claviers, chacun couronné d’un aigle dorée. La mise en scène et les costumes sont soignés, donnant ainsi un vrai plaisir d'ensemble et une force à ce Power Mélodique. Le chanteur fait largement participer le public avec des ohohoooohoo en essayant de parler un français plus que correct. « On est bien ! », dit-il, impressionné alors que le public fan réussit un intro à capella ohohoh la main.

Le Heavy mélodique et puissant est présent sur scène alors que les rayons de soleil frappent les artistes aux maquillages évocateurs. En ce gros milieu de set l’aventure Powerwolf est partout, sur et devant le main stage. La voix forte et précise porte un public qui réagit et entame les ohohohoh sans sourciller. Femmes, puis hommes, puis ensemble, alors que les instruments stoppent, sont à l’unisson avant un solo épique.

Chanteur et guitaristes sont plus que complices sur des refrains ressuscitant le genre alors que le backdrop laisse place à un loup géant rouge comme un démon. Après une promo pour la tournée qui commencera en octobre au Bataclan, c’est un dernier titre qui emporte dans la tourmente le public conquis par un show mené de main (poilue) de maître.

Set List :

Blessed & Possessed – Army of the NightDemon's Are a Girl's Best Friend – Amen & Attack – Coleus Sanctus – Resurrection by Erection – Armata Strigoi – Sanctified With Dynamite – We Drink Your Blood

Alestorm

Nous sommes de retour devant le Main Stage 2 pour une surprise de taille. Un backdrop canard et banane aux couleurs chatoyantes annonce quelque chose de joyeux. Sans compter l'immense caneton jaune qui a l'air de tout sauf d'un compagnon de pirates alors que le rythme s'emballe déjà sur le premier titre.
La bonne humeur transpire des titres comme la couleur qui remplit la scène. Kilt rouge et casquette bleue accompagnent des refrains imparables comme celui de 'Mexico'.

Lorsque que la chanson devient presque paillarde les mains tapent sans retenu. Un titre bref, efficace et filant aussi vite que les doigts de Christopher sur le clavier. La guitare bleue aux solos nets et précis apporte très peu comparé aux deux claviers dont les notes donnent envie de sautiller allègrement.
Puis, dos à dos, clavier et guitare attaquent un titre où le public s’agenouille en masse. Une chanson qui tient plus de l’histoire racontée que du titre qui vous emporte. C'est à cet instant que la guitare solo s'étoffe pour apporter une dimension épique au récit.

L’introduction suivante accueille un camarade en boxer et guitare sèche alors que le rythme s’accélère pour que les fans chantent et dansent d’un seul homme. Tous les instrumentistes hochent en cœur avant que le chant prenne le chemin d’un titre presque pop emportant les ohohoh du public sur un refrain communicatif.
'Captain Morgan's Revenge' voit le premier wall Of death du festival avant que le chanteur ne se reprenne à sautiller sur un titre qui amènera nombre de slam comme nous avons pu en voir lors des précédentes prestations.

Pour 'Drink', le headbang est de rigueur sur scène alors que le clavier emporte la mélodie. Un show qui se termine sur un public amassé devant la scène géante sautant à la demande d’un chanteur aussi joyeux que possible.
Les vagues de fadas passant sur le public fatiguent la sécurité qui les attrapent à tour de bras. Puis c'est un final plus délirant que le reste avec le canard géant qui termine en slam dans le public.

Set List : Keelhauled – Alestorm  – Over the Seas – Mexico – The Sunk'n Norwegian – No Grave but the Sea – Nancy the Tavern Wench – Rumpelkombo – Hangover (Taio Cruz cover) Bar ünd Imbiss – Captain Morgan's Revenge – Shipwrecked – Drink – Fucked With an Anchor

Ghost (SWE)

Plus en forme que pour la première édition, le coté théâtral est toujours sur scène. La monumental scène noire accueillant le décor imposant de Ghost fait son effet. Explosion et flash mettent l’ambiance dès le deuxième titre. Le son est monté d’un cran pour des riffs mid tempo.

Le décor blanc aux arches de cathédrales enrobe un groupe tiré à quarte épingles. Les tenues noires et les masques argentés sont du plus bel effet. Alors que le soleil descend, les rayons brillent sur les visages luisants. Les titres s'écoulent sereinement alors que l'homme au visage blanc et aux yeux noirs creusés occupe le devant de la scène aux côtés du géant à la guitare noire.

Le titre instrumental arrivant en milieu set prend l’allure d’une aventure théâtrale avant d’enchaîner sur une intro étrange au chant lent et profond. C'est ensuite le clavier survolant la lourdeur de la batterie nappée de chœurs samplés qui enrobe le morceau. Le public est encore plus nombreux devant le Main Stage deux absorbé par les riffs surmontés de flammes.

Au milieu des spots verts les confettis blancs en nuages sont du plus bel effet, mais le show et les titres baissent un peu en force et la foule migre tranquillement vers la scène principale pour attendre le Prince des ténèbres.
Les derniers titres et la lumière baissant d’instant en instants, ce sont les arches qui s’illuminent pour achever le set sur des voix planantes.

Set List : AshesRatsAbsolution – Ritual – From the Pinnacle to the Pit – Faith – Cirice – Miasma (Papa Nihil au saxophone) – Year Zero – (Spöksonat) – He Is – Mummy Dust – Dance Macabre

Ozzy Osbourne

C'est la grandiose introduction de 'O fortuna' qui entame le show alors que la nuit pointe. Dès le premier titre la voix d’Ozzy fait des merveilles et lance la folie sur scène. Alors que Zack, caché derrière son épaisse chevelure fait crier sa guitare, il n'aura de cesse d'arpenter la scène de droite et de gauche.
Dès le deuxième titre l’inquiétant 'Mr. Crowley" arrive avec des nappes de lasers, alors que le premier solo est un moment de complicité entre les deux monstres réunis ce soir.

C’est sur le troisième titre que la grande croix d’arrière s’allume alors que les spots jaunes illuminent le batteur dont la caisse claire claque. Comme transporté par les riffs criards, Ozzy semble en transe derrière le micro.
Alors que les écrans diffusent les images noires et blanches vieillies, La Croix passe en vert et noire comme un marbre inquiétant alors que le prochain solo de Zack nous enfonce aux tréfonds de l'abime.


Courte présentation du groupe avant que le grand 'No More Tears' n’enflamme le public qui reprendra bien entendu le refrain terrible. Clavier et basse qui plane sur ce titre sont de purs moments du grand Ozzy.
Toujours aussi impressionnant Zack change de guitare à chaque titre pour nous emporter avec son son inimitable.
Les motifs sur ces six cordes étant tous différents comme les couleurs dégoulinantes qui descendent le long de La Croix monumentale. L’ambiance passe au rouge pour un morceau mythique de Black Sabbath.

Descendu dans la fosse, le guerrier au kilt entame un solo d’enfer. Il joue contre les barrières, à même le public, et nous donne un terrible marathon de guitare. Véritable bête de la six corde il enchaîne les solos pour que chaque parcelle du public en ait sa part. Ozzy sortit de scène, Zack fait un show démentiel.


Puis c’est au tour du batteur de nous offrir un solo qui en vient à faire hurler le public et même à déclencher quelques mouvements dans un public chauffé à blanc. Chaque titre est filmé et diffusé sur les écrans avec un traitement et des effets différents donnant un spectacle dans le spectacle.

Demandant au public s'il veut un autre titre, il nous donne pas moins que le turbulent 'Crazy Train'. Zack et le bassiste parcourent la scène alors que Ozzy ne s’éloigne pas de plus de trois mètres du pied de micro y revenant comme de peur de se perdre dans sa folie ?


Un brin fatigué, Ozzy demande « One more song » ? Expression que le public reprendra en cœur (tout au long du festival) pour qu’il ne lâche pas la scène et revienne avec 'Mama, I'm Coming Home" pour laquelle Zack sort sa guitare double à manche pour une mélodie juste magique. Le spectacle aux éclairages étonnants aura mis en lumière deux hommes de scène dont le talent s'est exprimé sur des monstres de Black Sabbath, mais également les titres le plus ténébreux du grand Ozzy.

Set List : Bark at the Moon – Mr. Crowley – I Don't Know – Fairies Wear Boots (Black Sabbath) – Suicide SolutionNo More Tears – Road to NowhereWar Pigs (Black Sabbath) – Miracle Man / Crazy Babies / Desire / Perry Mason (Instrumental) – Drum Solo – I Don't Want to Change the World – Shot in the Dark – Crazy Train – Rappel : Mama, I'm Coming Home– Paranoid (Black Sabbath) - Changes


0 Commentaire

0 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Ozzy Osbourne

Heavy Metal - Royaume-Uni
En savoir plus

Eluveitie

Folk Death - Suisse
En savoir plus

Powerwolf

Power Mélodique - Allemagne
En savoir plus

Alestorm

Folk Metal - Royaume-Uni
En savoir plus

Ghost (SWE)

Heavy Rock - Suède
En savoir plus