X-Position

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Out
Nom de l'album X-Position
Type Album
Date de parution 1998
Produit par Colin Richardson
Style MusicalNéo Metal
Membres possèdant cet album26

Tracklist

1. Lie No Limits
2. Who's Alive
3. Left in Limbo
4. Like a Fish
5. Watch Me in
6. Will
7. X-Position
8. Mine Hates
9. Girl X Man
10. Bio Burger
11. Les Voix du Silence

Chronique @ krakoukass56

25 Fevrier 2014

Une franche réussite à la croisée des chemins entre Neo, Indus et Cyber

Après une première galette éponyme passée totalement inaperçue en 1996, et fort d'une signature chez le mastodonte Roadrunner, Out se révèle au public français en 1998 avec X-Position. Formé autour de "X-Toff" Lamouret, Thibault Gheysens et "J-Wolf" Demeulemeester (respectivement chanteur, clavier et batteur au sein de Original Use of Tins, qui deviendra donc "Out" dès 1992), le combo lillois débarque alors au beau milieu d'une scène Neo Metal française en pleine effervescence.

Watcha sort alors son "debut-album", Artsonic amorce son virage vers le Neo avec Fake, tandis que les premiers full-length's de Pleymo (Keçkispasse?) et Enhancer (Et le Monde Sera Meilleur...) verront le jour dans les mois qui suivent. Des albums enregistrés et/ou produits par Stephan Kraemer, alors grand ponte des prods Neo made in Impuls Studios en cette fin de 90's.
Pourtant, Out ne s'attachera pas les services de ce producteur de renom, puisque ce n'est rien de moins que le légendaire Colin Richardson qui se voit confier l'engineering de X-Position. Et quelle prod ! Massive, imposante, et pourtant propre et aérée, elle sied à merveille à la musique de Out, et met pleinement en valeur ce Neo Metal puissant et teinté de sonorités Indus que nous proposent les nordistes.

Les premiers accords de Lie No Limits en attestent d'emblée : sur la base d'un mid-tempo remuant et tonique, puissance et groove sont au rendez-vous, le tout ponctué de judicieuses touches Electro particulièrement bien senties. Des sonorités synthétiques omniprésentes tout au long de l'album, allant du simple accompagnement à des rythmiques quasi-Trance/Goa, et contribuant à ce léger côté Indus, pour ne pas dire Cyber (terme culturellement très usité durant les 90's, mais pas encore identifié comme style "metallique" à part entière).
Niveau guitares, l'absence totale de soli et l'interprétation assez mécanique d'Etienne Fauquet renforcent également cet aspect quelque peu déshumanisé. Mais que de bons riffs ! Tantôt basés sur des accords lourds, tantôt sur des aller-retours légers mais précis, évitant soigneusement les coups de cordes à vide abusifs, mais laissant tout de même place à quelques harmoniques intelligemment disséminées, on a là un riffing riche, compact, et qui ne tombe pas dans les écueils des stéréotypes Neo Metal.

Car si la plupart des morceaux sont assez courts (à l'instar de nombre de formations Neo où l'efficacité prime sur le reste), Out tend effectivement à se démarquer de ses pairs, en prenant à revers les codes du moment. Pas de riffs lancinants ni d'harmoniques à outrance comme évoqué plus haut ; un son de batterie plutôt typé early-90's (kick sec, caisse claire ronde et épaisse, rien à voir donc avec les standards alors imposés par David Silveria, Abe Cunningham ou Joey Jordison) ; un chant puissant et polyvalent, ni rappé ni growlé, mais ponctué d'envolées aiguës du plus bel effet, à des lieues des intonations parfois plaintives des Jonathan Davis, Chino Moreno ou Corey Taylor (pour rester sur les mêmes exemples).
Un seul titre en français, positionné en queue de peloton, mais à dire vrai la langue de Shakespeare convient parfaitement à l'univers d'Out et aux textes de X-Toff. Majoritairement à la première personne, ceux-ci évoquent le dualisme mécanique vs organique, une ambivalence que l'on retrouve tant dans le jeu de J-Wolf (mêlant rythmiques martiales et passages de toms presque tribaux), que dans celui du bassiste Christophe Tristram (carré, discret, mais aussi parfois omniscient, comme sur le magique Like A Fish).

A la croisée des chemins entre Neo, Indus et Cyber, un son parfaitement équilibré, des riffs inspirés, des refrains mémorables, des arrangements fins, une voix charismatique, un cachet indéniable, tant d'éléments qui font de X-Position une franche réussite. Bénéficiant à ce moment là du soutien de Roadrunner, Out aura l'occasion de défendre son album-phare lors de nombreux gigs, en compagnie d'artistes prestigieux tels que Machine Head ou Fear Factory. Le groupe atteindra ainsi son apogée, avant un troisième effort auto-produit en 2000, et une dernière rondelle "Unik" en 2003. Le split interviendra en 2004, Out laissant derrière lui ce X-Position de premier choix.


16 / 20

0 Commentaire

2 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Out