World Gone Mad

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
16/20
Nom du groupe CJSS
Nom de l'album World Gone Mad
Type Album
Date de parution Janvier 1986
Style MusicalHeavy Metal
Membres possèdant cet album36

Tracklist

1.
 Hell on Earth
 02:50
2.
 No Man's Land
 04:58
3.
 Communication Breakdown
 02:43
4.
 World Gone Mad
 03:18
5.
 Run to Another Day
 06:12
6.
 The Gates of Eternity
 03:33
7.
 Destiny
 03:58
8.
 Welcome to Damnation
 04:08
9.
 Living in Exile
 05:10

Durée totale : 36:50


Chronique @ grogwy

24 Juin 2017

Avec CJSS David T. Chastain avait les moyens de concurrencer le groupe Yngwie J. Malmsteen's Rising Force

Après avoir découvert, fait connaitre puis laissé échapper la poule aux œufs d'or (ou plutôt le Suédois aux doigts d'or) Yngwie J. Malmsteen (voir mon commentaire sur l'album "Rising Force") le producteur Mike Varney décide de palier cette perte en signant un certain nombre de guitaristes-virtuoses sur son label Shrapnel Records.
Ces derniers évoluent soit dans un groupe (Paul Gilbert et Bruce Bouillet au sein de Racer X), soit en solo (Joey Taffola), voire les deux en même temps lorsque Mike Varney tente d'accoupler certains de ces guitaristes dans des formations complètement artificielles qu'il a lui-même monté (Marty Friedman et Jason Becker avec le projet Cacophony) !
Si aucun de ces nouveaux princes de la six cordes ne parviendra à détrôner le roi Yngwie J. Malmsteen, quelques uns réussiront néanmoins à s'imposer (Tony MacAlpine et Vinnie Moore seront rapidement signés par Mercury Records) tandis que d'autres poursuivront une carrière beaucoup plus confidentielle comme Greg Howe, mais également le modeste (et trop sous-estimé) David T. Chastain.

Natif d'Atlanta (Georgie), David T. Chastain débute sa carrière en 1975 lorsqu'il s'installe à Cincinnati (Ohio) et rejoint le groupe Spike.
Au sein de cette formation composée de Denny Kuller (basse), Les Sharp (batterie), et Stephen Frederick (chant) (qui cédera sa place en 1983 à Mike Skimmerhorn) le jeune guitariste enregistre en 1982 le single "Just Want Your Money/Lady Ann" puis en 1983 l'album "The Price Of Pleasure".
En 1984, après que Dennis Kuller ait jeté l'éponge et que Mike Skimmerhorn ait décidé de le remplacer à la basse, David T. Chastain engage le chanteur (et également guitariste) Russell Jinkens puis rebaptise le groupe CJSS (pour Chastain/Jinkens/Sharp/Skimmerhorn).
Repérés par le producteur Mike Varney, David T. Chastain et Mike Skimmerhorn sont recrutés par ce dernier qui les envoie à Los Angeles rejoindre la chanteuse Leather Leone (ex-Rude Girl) et le batteur Fred Coury.
Nommé Chastain le groupe enregistre l'album "Mystery Of Illusion" (où figurent "Mystery Of Illusion" et "The Winds Of Change", deux titres signés Chastain/Jinkens), qui sort en février 1985.
Sur ce très bon disque le groupe Chastain délivre un Heavy Metal fortement influencé par Black Sabbath et Dio (grâce notamment à la voix de Leather Leone dont le timbre rappelle parfois celui de Ronnie James Dio) sur lequel David T. Chastain exécute d'époustouflantes parties de guitares.
Souhaitant cependant continuer l'aventure CJSS David T. Chastain (toujours accompagné de Mike Skimmerhorn) retourne à Cincinnati, rappelle Russell Jinkens et Les Sharp puis enregistre (et produit) l'album "World Gone Mad".
En janvier 1986 David T. Chastain édite le disque sur son propre label Leviathan Records, mais confie sa distribution en Europe au label français Black Dragon Records (Manilla Road, Savage Grace) qui le commercialise dans une version différente.

Sur cet album doté d'une pochette assez quelconque où, à l'instar du "Rising Force" (1984) d'Yngwie J. Malmsteen, figure une simple guitare (celle-ci est présente uniquement sur la version Black Dragon Records), CJSS propose aussi un Heavy Metal qui vient d'Angleterre.
Cependant, et à la différence de Chastain, CJSS se rapproche davantage de groupes issus de la New Wave Of British Heavy Metal comme Tokyo Blade et Tygers Of Pan Tang (auxquels il ajoute une pincée de Ratt) que de Black Sabbath et Dio, comme l'atteste le premier (et superbe) morceau "Hell On Earth".
Celui-ci est suivi du tout aussi délectable "No-Man's-Land" sur lequel David T. Chastain prouve, par la dextérité de son jeu, qu'il n'a rien à envier à Marty Friedman, à Vinnie Moore, et même à Yngwie J. Malmsteen !
Cette volonté de se distinguer de Chastain (accentué par la voix claire et légèrement voilée de Russell Jinkens) se poursuit sur les puissants "World Gone Mad" et "Welcome To Damnation" (que Mike Skimmerhorn agrémente d'excellentes parties de basse) ainsi que sur le surprenant "Destiny", qui rappelle le très américain groupe norvégien TNT.
Si David T. Chastain et ses acolytes réussissent une interprétation sans faute de "Communication Breakdown" (Led Zeppelin), et cela sans dénaturer ce classique du Hard Rock, c'est avec le splendide "Run To Another Day", un titre composé de parties acoustiques et électriques où le chant de Russell Jinkens se fait plus poignant, que CJSS nous offre le meilleur morceau de "World Gone Mad".
L'album s'achève sur un très bon "Purgatory/Living in Exile", un titre une nouvelle fois marqué par les formidables descentes de manche de David T. Chastain.

Après la sortie de cet excellent disque David T. Chastain et Mike Skimmerhorn repartent à Los Angeles, et enregistrent en compagnie de Leather Leone, de Mike Varney, et du nouveau batteur Ken Mary (Fifth Angel) le second album de Chastain "Ruler Of The Wasteland".
Commercialisé en juin 1986 ce disque, tout en étant dans la même veine, s'avère supérieur à "Mystery Of Illusion" grâce au jeu de Ken Mary qui surpasse celui de Fred Coury (parti jouer avec London avant d'être recruté par Cinderella).
De retour à Cincinnati David T. Chastain et Mike Skimmerhorn retournent en studio avec Russell Jinkens et Les Sharp (ainsi qu'avec l'ingénieur du son Dalle "Smitty" Smith avec qui le groupe avait travaillé du temps de Spike) enregistrer "Praise the Loud", qui atterrit dans les bacs en octobre 1986 à nouveau édité par le label Leviathan Records aux Etats-Unis et par le label Black Dragon Records en Europe.
Ce très bon "Praise the Loud" sera malheureusement le dernier album de CJSS (avant son éphémère retour en 2000 avec "King Of The World") qui splitte (officiellement) en 1990.
La raison est qu'après avoir sorti trois disques en 1986 avec Chastain et CJSS et désirant se consacrer à sa carrière solo (il sortira en 1987 l'excellent album instrumental "Instrumental Variations"), David T. Chastain délaisse CJSS (il continuera néanmoins à enregistrer des disques avec Chastain).
Avec CJSS David T. Chastain avait non seulement les moyens de concurrencer le groupe Yngwie J. Malmsteen's Rising Force (dont le line-up changeait régulièrement), mais aussi ceux pour détrôner Yngwie J. Malmsteen de son statut de "Meilleur Guitariste", et cela avant que le prodige suédois n'ait son terrible accident de voiture en 1987 (voir mon commentaire sur l'album "Odyssey").



4 Commentaires

4 J'aime

Partager
samolice - 24 Juin 2017: Merci pour la chro, très intéressante. Ne serait-ce que pour le titre éponyme, "World Gone Mad", je conseille à tous l'achat de ce disque.
Je n'ai jamais compris quel était le plan de carrière de Chastain. En 86-87, il enfilait les albums comme des perles, tantôt avec CJSS, tantôt avec Chastain. Je crois qu'il a un peu perdu tout le monde en route du coup car on ne s'y retrouvait plus. Dommage, ce type avait un vrai talent.
grogwy - 25 Juin 2017:

Merci Samolice pour ton retour.
En fait, fin 1986 David T. Chastain s'est retrouvé dans une situation compliquée, car à l'instar d'Yngwie J. Malmsteen, Vinne Moore, et Tony MacAlpine il a souhaité se lancer dans une carrière solo (et enregistrer des disques instrumentaux).
Or, ne pouvant pas assumer trois projets en même temps, il dut faire un choix (qui n'en fut pas vraiment un !).
En effet, sous contrat avec Shrapnel Records, David T. Chastain devait continuer à sortir des albums avec Chastain (qui, comme Cacophony, est un groupe "artificiel" monté de toute pièce par Mike Varney), alors que ce n'était pas le cas de CJSS (dont les disques avaient été édités par le guitariste sur son propre label).
Si à cela on ajoute que CJSS était moins connu, et par conséquent vendait moins d'albums que Chastain, on comprend mieux pourquoi ce fut cette formation que David T. Chastain décida de "sacrifier".

grogwy - 25 Juin 2017:

Attention, bien que sortis tous les deux en 1986, le premier album de CJSS est "World Gone Mad" (janvier) et non "Praise the Loud" (octobre) comme indiqué sur la page d'accueil.

samolice - 27 Juin 2017: Merci pour ces précisions. Sacré bordel là dedans quand même. Comment des fans pouvaient s'y retrouver à l'époque (pas d'internet, oui oui)...
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire