Volk

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Laibach
Nom de l'album Volk
Type Album
Date de parution 23 Octobre 2006
Style MusicalMetal Industriel
Membres possèdant cet album34

Tracklist

1. Germania 04:05
2. America 04:51
3. Anglia 03:39
4. Rossiya 03:54
5. Francia 04:13
6. Italia 04:49
7. Espana 03:12
8. Yisra'el 03:05
9. Turkiye 04:31
10. Zhonghua 03:48
11. Nippon 07:29
12. Slovania 04:05
13. Vaticanae 02:54
14. NSK 03:53
Total playing time 58:28

Chronique @ SlaveToThePower

27 Octobre 2014

Le concept le plus abouti de Laibach!

Laibach: certainement l'un des groupes de musique industrielle les plus influents et les plus importants aux cotés de Throbbing Gristle et Einstürzende Neubauten. Les groupes influencés par Laibach les plus connus sont Marylin Manson et Rammstein. En France, The CNK est certainement le plus emblématique de l’influence qu'a pu avoir ce groupe.

Laibach est né en 1980 à Trbovlje (Slovénie) dans ce qui était encore la République fédérative socialiste de Yougoslavie, l'année même de la mort de Tito, le très autoritaire chef de l'Etat, qui avait chassé les troupes de l'Axe avant de développer son propre socialisme (dans un pays qui restera plus ouvert que l'URSS et ses satellites) tout en refusant de s'aligner sur l'Est ou l'Ouest. L'histoire de la Yougoslavie est d'ailleurs présente dans l'ensemble de l'œuvre de Laibach.

Frappés de censure dans leur propre pays et taxés de fascisme ou de stalinisme en Occident, les membres de Laibach vont finalement signer avec le label Mute Records, ce qui va accélérer fortement leur carrière. Mais ce groupe avait auparavant fait quelques enregistrements d'Early Industrial dans lequel leur style est immédiatement reconnaissable. Laibach va ainsi pondre des œuvres musicales et conceptuelles satiriques que n'auraient pas renié les situationnistes; comme des reprises de tubes de la pop sous la formes d'hymnes martiaux, pompeux et fascisants, révélant un contenu idéologique caché, mais pas sans un certain humour pince-sans-rire. Laibach a donc poussé jusqu'au bout la logique des Residents visible dans "The Third Reich'n'roll". Ce groupe va également dépeindre dans NATO puis WAT les guerres d'éclatement de la Yougoslavie en renvoyant toutes les forces belligérantes dos à dos puis explorer la confusion politique dans un monde post-guerre froide et post-11 septembre.
Mais leur concept le plus abouti est certainement "Volk". Comme Laibach ne laisse pratiquement rien au hasard, il faut commencer par la pochette: Elle consiste d'abord en une aquarelle représentant des moutons dans un alpage, donc un univers apparemment chargé de candeur. Mais le titre présenté avec un symbole en forme de museau de loup n'est pas là par hasard. "Volk" veut dire en allemand "peuple". Mais il veut aussi dire "loup" en Slovène. Or, cet album est constitué de reprises d'hymnes nationaux. Donc ce jeu sur un faux ami dans les vocabulaires slovènes et allemands annonce déjà le contenu de cet album.

La première piste, "Germania" annonce la couleur en présentant sur un fond d'électro-pop intimiste aux influences néo-classiques et industrielles une version "Allemagne : année zéro" de l'hymne allemand "Das Lied der Deutschen". Ce groupe délaisse un peu le bruitisme et la musique martiale pour quelque chose de plus posé et moins dur en collaborant avec Silence et Melodrom, deux groupes locaux de synthpop qui s'occuperont d'installer l'ambiance sonore avec des synthétiseurs assez minimalistes plus proches d'un Kraftwerk muni de synthétiseurs numériques que des marches wagneriennes. Une voix masculine rocailleuse en mode "spoken word" déploie une traduction en anglais des paroles parfois remaniées malicieusement tandis que la voix féminine chante les refrains et certains couplets en versions originale. "America" nous transporte dans les ruelles sombres et humides d'une grande ville américaine avec des sons de sirènes de véhicules de police derrière le refrain de "The Star Spangled Banners". Les paroles sèment le doute quant au respect de l'esprit des fondateurs des Etats-Unis d'Amérique, surtout lors du prêche enflammé d'un prédicateur fanatisé audible dans cette chanson, bien loin de l'esprit de liberté et de justice pour tous du préambule de la Constitution qui est d'ailleurs citée sous forme interrogative et à la deuxième personne. Dans "Rossiya", la contradiction entre le nationalisme grand-russe et l'internationalisme prolétarien de l'URSS de l'époque de Lénine est mise en évidence. Le refrain est entonné par une voix féminine sucrée et l'emphase digne d'un chant de propagande nord-coréen. "Francia" permet d'évoquer la condition des quartiers les plus défavorisés des grandes villes françaises. "Y'Israel" juxtapose deux hymnes: Haktivah, l'hymne israélien, et Fida'i, hymne des territoires palestiniens. Et force est de constater que les deux hymnes expriment la même chose. Mais nos camarades slovènes refusent de prendre parti pour Israël ou bien la Palestine, se contentant de donner un message de paix en comparant les deux hymnes en faisant un mash-up. "Slovania" est un point d'orgue dans l'album. Il ne s'agit pas de l'hymne slovène, mais de l'hymne panslave qui avait été adopté comme hymne national yougoslave. Avec le ton mélancolique de l'album en général et le ton nostalgique de cette piste, Laibach fait le deuil de l'utopie panslave tuée par les fanatismes nationaux et religieux dans les années 90. Et pour terminer, "NSK" est une reprise de "the great seal", l'hymne de la micro-nation "Neue Slowenische Kunst", crée par le groupe pour organiser des actions artistiques.

En bon troll musical, le collectif remet en question les certitudes de tout-un-chacun. Et pour cela, il n'hésite pas à choquer, mettre les gens face à ce qu'ils ne veulent pas voir comme une culpabilité et une angoisses liée à des moments honteux de l'histoire, et provoquer des controverses. Cet album est donc certainement le plus abouti d'un point de vue conceptuel. Mais du point de vue musical, il vaudrait mieux retourner à "Rekapitulacija 1980-1984" pour de l'indus pur et dur et "Opus Dei" pour la signature Laibach d'un point de vue musical, mais aussi pour une provocation digne des situationnistes.

1 Commentaire

3 J'aime

Partager
choahardoc - 28 Mars 2019:

Merci SlaveToThePower, un texte bien instructif.

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire