Voice of Ruin

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
17/20
Nom du groupe Voice Of Ruin
Nom de l'album Voice of Ruin
Type Demo
Date de parution 24 Mars 2011
Style MusicalDeath Thrash
Membres possèdant cet album12

Tracklist

1. Dependances 03:49
2. Show Your Respect 04:08
3. Bdsm 03:35
4. Win or Die 03:49
5. Give the Reason 03:26
6. Free Hate 03:56
7. My Obession 04:30
8. Beautiful Fight 04:30
9. Blowjob for a Call Girl 03:42
Total playing time 35:29

Chronique @ Noctifer

15 Septembre 2011

un énorme uppercut en pleine face

Nombreux sont les groupes dont le but avoué est de faire un maximum de bruit ; mais rares sont ceux qui réussissent à créer un son unique, un son qui soit autre chose qu’un brouhaha ennuyeux et plat. Voice of Ruin est une de ces raretés.

Formé en 2007 dans la petite ville Suisse de Nyon, le groupe s’impose rapidement comme un incontournable de la scène locale, assure les premières parties de quelques groupes prestigieux, enregistre une démo en 2009, et sort enfin son premier album éponyme en cette année 2011 sur le label Heimathome Records.

Voice of Ruin est un de ces groupes difficile à classifier clairement : une sorte de Deathcore teinté d’éléments Thrash, avec quelques influences Grind ici et là. Il s’agit d’un Metal extrême, brutal, direct.
Les amateurs de finesse, de poésie, de musique contemplative, de profondeur musicale ou de soli dantesques passeront leur chemin. Cet album, c’est du lourd, du violent : un énorme uppercut en pleine face. Les morceaux s’enchainent sans le moindre temps mort ; un déchainement de riffs incisifs, agressifs, et également relativement simplistes. Bière, sexe, drogue et baston sont les thèmes principaux de ce char d'assaut jouissif et défoulant.

Le premier morceau – dont les paroles, contrairement aux autres, sont en français – pose immédiatement la donne : c’est rapide, c’est lourd, c’est dénué de finesse… et qu’est-ce que c’est bon ! Impossible de ne pas se mettre à agiter la tête dans tout les sens. Et les morceaux suivants sont du même acabit. Le rythme affolant ne diminuera pas tout au long de la galette. Les pistes sont courtes, les refrains aussi minimalistes qu’accrocheurs, bref : c’est taillé pour le live, apte à transformer une fosse en champs de bataille dès les premières notes – ce que le groupe semble d’ailleurs revendiquer totalement à la lecture des paroles de Beautiful Fight.

La batterie alterne les rythmes sans arrêt, on ne sait plus où donner de la tête. Les riffs saccadés vont droit au but. Le chant hurlé, aboyé ou carrément vomi d’une voix tantôt rauque, tantôt plus aigüe ne lasse jamais. Une guest star, Sonia de Conjonctive, mais c'est cependant assez anecdotique. La production est optimale pour transmettre toute l’agressivité de ces compositions hargneuses.

On pourrait reprocher à ce disque d’être trop court : un pareil déchainement de haine – paradoxalement extrêmement festif - on en redemande. Son manque de finesse et d'originalité en rebutera également certains, de même que ses morceaux assez similaires les uns aux autres. Mais son aspect défoulant et jouissif, ainsi que l’excellente maitrise des musiciens et la pêche phénoménale qu’ils parviennent à transmettre compensent facilement ces défauts.

Un premier essai très réussi, en somme. Un Metal pur et haineux, un défouloir gigantesque, de la part d’un groupe qu’on se réjouit de voir ou de revoir en concert.

14/20

9 Commentaires

4 J'aime

Partager

hardbullet - 15 Janvier 2012: Ok. Le 26 février c'est noté. Continuez comme ça les gars!
hardbullet - 26 Fevrier 2012: je l'avais dejà vu! je l'ai ajouté à la page du groupe.
Heimathomerec - 26 Fevrier 2012: merci beaucoup mec
hardbullet - 27 Fevrier 2012: De rien ! Et j'aime bien le clip! Dommage qu'il ne soit pas en HD. Mais j'en demande surement un peu trop.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire