Unending Futility

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
15/20
Nom du groupe Live Burial
Nom de l'album Unending Futility
Type Album
Date de parution 10 Fevrier 2020
Enregistré à First Avenue Studios
Style MusicalDoom Death
Membres possèdant cet album2

Tracklist

1.
 Seeping Into the Earth
 
2.
 Condemned to the Boats
 
3.
 Swing of the Pendulum
 
4.
 The Crypt of Slumbering Madness
 
5.
 Rotting on the Rope
 
6.
 Winds of Solace
 
7.
 Cemetery Fog
 

Chronique @ LeMoustre

17 Fevrier 2020

Last One In England

Peu connaissent en France Live Burial, quintette britannique apparu en 2014 avec une démo auto-produite. A l'occasion de son second album à paraître chez Transcending Obscurity, quatre ans après son premier full lenght (Forced Back to Life, chez les Allemands de Dunkelheit Produktionen), le groupe a mis les petits plats dans les grands : pochette autrement plus réussie, label gage de révélateur de talents, et formats digipack et vinyle somptueux. Si le contenu est à l'image du contenant, comme dirait l'autre, il y aurait de quoi avoir une superbe tranche de deathmetal à tendance Asphyxienne.

Bingo ! Sous l'égide d'un Jamie Brown au timbre bien proche du divin hollandais Martin van Drunen, les compositions de ce Unending Futility suintent la qualité. A la fois deathmetal jusqu'au bout des riffs, mais aussi avec des fulgurances doomesques bien écrasantes, seulement éclairées par des leads funèbres (le début de "The Crypt of Slumbering Madness"), vrai rais de lumière sonore dans ce magma purulent. Ainsi, au gré de titres d'une efficacité inversement proportionnelle à l'originalité ressentie, la paire Codling/Hindmarsch se joue de la dualité rythmique / leads, point fort d'un style codifié à l'extrême, mais ici parfaitement retranscrit. Les compositions sont classiques, mais inspirées et changeantes, sans aucune monotonie et avec des musiciens fort bien en place. Notons le jeu de Matthew Henderson qui use ses cymbales habilement, malgré un son qui ne le met pas en valeur particulièrement, et une basse bien exploitée (le break à 2'30" de "Rotting on the Rope" le passage à partir de 2'13" du très bon "Swing of the Pendulum" d'abord en solo puis en soutien des riffs, ou au milieu de "Seeping Into the Earth").

Les titres progressent en intensité sans jamais être linéaires, sur des formats entre 5 et 6 minutes en moyenne laissant se dégager un sens aiguisé de la relance ou du riff marquant (à 4'12" sur "The Crypt of Slumbering Madness" pour un partie plus enlevée et catchy, le début du furieux "Rotting on the Rope", très Asphyx, la partie à la Death sur le même titre à 3'35" avec son somptueux lead final, pour citer quelques moments particulièrement inspirés). Le groupe n'oublie pas également l'impact d'un bon titre d'ouverture, comme le font les compatriotes de Van Drunen depuis quelques albums, avec le vindicatif et tapageur "Seeping Into the Earth" se dotant de quelques blasts bien sentis autant que parcimonieux, à l'instar de l'énervé "Condemned to the Boats" très bon morceau à mettre encore à l'actif des Anglais en écoute ci-dessous.

7 titres dont un interlude pour 41 minutes. Concis mais suffisamment développé avec aucun filler, chaque morceau comportant son identité propre. Influences claires et lisibles comme un titre de l'Equipe un soir de victoire du PSG en Champions League. Comme en sus Live Burial envoie un morceau final de toute beauté crépusculaire (avec un interlude introductif - "Winds of Solace" - en guitare sèche presque flamenco par Dan Rochester de chez les copains de Cruciamentum), aidé par les vocaux additifs de Kari Kankanpaa (Sepulchral Curse) sur ce dernier titre qui possède plusieurs parties bien distinctes. Un deathmetal qui oscille entre doomdeath et parties plus enlevées souvent à l'intérieur d'un même morceau franchement réussi. Belle découverte à faire avec cette petite tuerie pour les fans de Asphyx ou Skeletal Remains qui verront qu'en perfide Albion aussi, les deathsters ne sont pas les derniers à se distinguer.

5 Commentaires

5 J'aime

Partager

tormentor - 17 Fevrier 2020:

Ton titre posté est une tuerie ! Mais rien de doom là-dedans ! Merci pour la découverte si tout l'album est comme ça je rajoute sur ma liste d'achat. Le chant ressemble fortement à schuldiner des premiers albums de Death.

LeMoustre - 18 Fevrier 2020:

Le côté doom est en effet minoritaire, comme chez Asphyx, quelques moments seulement et encore pas sur tous les titres, ça reste très gras et deathmetal. Mais les appellations restent une indication parfois trompeuse.

tormentor - 18 Fevrier 2020:

Mais tant car ça peut que le plaire d'avantage moi ce que j'aime c'est quand ça tabasse comme ton titre posté, le côté doom de temps en temps c'est parfait faut pas qu'il y en ai trop après je m'ennuie. ;)

Goneo - 21 Fevrier 2020:

Arf je suis déçus, ya tout pour me plaire, le pochette est chouette, le style est bon, c'est bien fait mais malgré plusieurs écoutes sur les 2 extraits, rien ne ressort pour moi de particulier (ni chaud ni froid quoi). Merci pour la chro !

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Live Burial