Thrashing Warthogs

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Delirium Tremens (GER)
Nom de l'album Thrashing Warthogs
Type Album
Date de parution 2004
Style MusicalThrash Metal
Membres possèdant cet album12

Tracklist

1. Intro / Fucking Amazing 01:53
2. Worship Satan 04:03
3. Death from Behind 04:53
4. Rot in Hell 05:10
5. Follow Us If You Want to Die 04:45
6. Twisted Mind 04:06
7. Balls of Fire 03:29
8. Army of Death 03:44
9. War Machine 03:04
10. Paradise City 05:49
Total playing time 41:09

Acheter cet album

Delirium Tremens (GER)


Chronique @ grogwy

11 Mai 2019

Dark Angel sort de ce corps !

Si la majorité des groupes allemands de Revival Thrash s'inspirent principalement de l'incontournable trio Destruction-Kreator-Sodom c'est moins le cas avec les formations bavaroises, puisqu'après Repent c'est au tour de Delirium Tremens de proposer un Thrash Metal influencé par la scène américaine, ou plutôt californienne.

Formé à Bamberg (ville située à deux cents kilomètres au nord de Munich) en 1996 par le chanteur Christian Lindner (alias Premutos/Rowdy Mütze Pipper/Mr. Mucki Mütze Mean Machine) le line-up du groupe se stabilise avec les arrivées successives du bassiste Ralf Enskat (alias Death Tormentor/Rowdy Roll/Ralle Ranandieschlaüch), du guitariste Christian Brehm (alias Sadistic Dick Of Destruction/Rowdy Rocket/Brave Body Bitchslayer), et en 1999 du batteur Jochen Steger (alias Christ Impaler/Rowdy Chambers/Kasper Kötzenthrash).

Delirium Tremens commercialise la même année "Violent Mosh Ground", son premier disque auto-produit (et donc très mal distribué).

En 2001 après l'enregistrement du EP deux titres "Rot In Hell" le groupe recrute un second guitariste en la personne de Patrick Weinstein (alias Rowdy Bad Bone/Buddy Butt Beer Bud).

Après avoir décroché un contrat avec le label Merciless Records (Cianide, Mortem) Delirium Tremens entre en studio en décembre 2003 enregistrer son premier véritable album "Thrashing Warthogs", qui sort en novembre 2004.

L'intro "Fucking Amazing" à peine terminée le groupe balance avec "Worship Satan" un furieux Thrash Metal similaire à celui exécuté par Dark Angel sur "We Have Arrived" (1985).
Cette similarité avec le groupe californien, accentuée par les vocaux criards de Christian Lindner (Rowdy Mütze Piper) dont les intonations rappellent celles de Don Doty, perdure sur les rapides "Death From Behind" et "Rot In Hell" (le fameux morceau qui figurait sur la démo de 2001).
Si Dark Angel reste l'influence principale de Delirium Tremens, on se doit d'ajouter aussi celle d'Anialator, notamment sur les puissants ""Balls Of Fire" et "Army Of Death" qui déboulent après le punkisant "Twisted Mind".
Cela peut paraître ridicule aujourd'hui, mais à la fin des années 80 les musiciens de Thrash Metal et de Glam/Hard Rock ne s'appréciaient guère.
Les premiers accusant les seconds d'être des poseurs sans talent, tandis que ces derniers répliquaient en affirmant que le Thrash Metal n'était pas de la musique mais du bruit...
Or, étonnamment, après s'être inspiré de l'un des groupes majeurs du Thrash Metal Delirium Tremens clôture "Thrashing Warthogs" en reprenant (sans le dénaturer) "Paradise City" de Guns N' Roses qui, sans être un groupe de Glam/Hard Rock, fut (avec Mötley Crüe) l'une des figures emblématique du Hard Rock Américain sur laquelle les fans de Thrash Metal adoraient cracher !

Comme quoi, avec le temps, les choses changent.

En 2006 Delirium Tremens sort le mini album "Drink, Kill, Fuck, Die - The Rock'n'Roll EP" puis en 2014 "Read My Fist", deux enregistrements qui voient le groupe abandonner le Thrash Metal Californien pour s'adonner à un Speed Rock Motörheadien.

Trois ans après la sortie (en édition limitée) de son dernier disque Delirium Tremens se sépare dans l'indifférence générale.



0 Commentaire

2 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire