Thrash the Trash

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Arakain
Nom de l'album Thrash the Trash
Type Album
Date de parution 1990
Labels Supraphon
Style MusicalHeavy Metal
Membres possèdant cet album7

Tracklist

Reissue in 1998 by Sony Music as a 2CD set, including "Schizofrenie" album and "Ku-Klux-Klan" single
1. Thrash the Trash 04:45
2. Šakal 04:15
3. Šeherezád 06:52
4. Ne ! (Jdi A Zabíjej) 04:36
5. Pán Bou?e 04:12
6. Štvanice 04:51
7. 311.Perut' 04:50
8. Noc 00:59
9. Amadeus 04:22
Total playing time 39:42

Acheter cet album

Arakain


Commentaire @ MetalAngel

02 Juillet 2008
Metallica et consorts sont des groupes ayant eu une énorme influence sur les jeunes groupes de metal des années 80 à travers le monde, même dans les pays du bloc de l'est. Le seul groupe qui, d'ailleurs, s'en sortira avec les honneurs est un groupe tchèque du nom étrange d'Arakain, mélangeant autant des élèments de la NWOBHM (soli de grattes, tiroirs) que des élèments caractéristiques du Thrash de la new bay area (rythmiques rapides et saccadées à la double pédale et chant braillé). D'ailleurs, Arakain semble plus Proche en 1990 d'un groupe comme Kreator que de Megadeth ou des 4 Horsemen, grâce à un chant plus violent et plus aïgu que celui de James Hetfield. C'est le frontman d'Arakain, Ales Brichta, qui va de ce pas donner une véritable identité au combo.

Ce premier opus est une réussite en tous points de vue : production énorme, morceaux directs et sans concession, riffs imaginatifs et bien placés, utilisation de la langue tchèque, organe vocal se rapprochant de celui de Hansi Kürsch, pour le timbre chaleureux, et de Mille Petrozza, pour l'agressivité, mélodies mémorisables et des textes provocateurs pour l'époque.

Tout démarre avec précision avec le titre éponyme, "Thrash The Trash", qui ouvre le bal, avec verve et rébellion, à d'autres perles qui posent les bases du son Arakain : lourdeur et noirceur, avec des guitares limites "death metal". Le reste des titres, "Sehrezad", "Ne! (Jdi a Zabijej)", "Boure", "Amadeus" et "Ku-Kux-Klan" en tête, donne une envie folle de secouer sa tignasse et de prendre une masse et de tout casser dans la pièce où l'on se trouve, tellement l'adrénaline augmente inéluctablement dans nos veines!! C'est bon comme seul le metal peut l'être. Le dernier titre, "KKK" est peut-être le meilleur exemple du potentiel fort développé du quintet tchèque, puisqu'on peut facilement le comparer à Judas Priest. La ligne de guitare du milieu de la chanson ressemble à s'y méprendre à un riff tiré de 'Painkiller'. C'est dire la qualité intrinsèque de cette rondelle.

Néanmoins, même si les titres sont toujours aussi pêchus près de 18 ans après sa sortie, 'Thrash The Trash' a un peu vieilli et l'on se surprend à zapper quelques titres, ceux qui sont les plus faibles. C'est dommage! Mais, ceux qui veulent savoir à quoi ressemble le metal tchèque, on ne peut que leur conseiller cet album qui en a dans le calebard!!

1 Commentaire

1 J'aime

Partager
BEERGRINDER - 02 Juillet 2008: Je connais, d'ailleurs je me demandais si je n'étais pas le seul. Je préfère l'album suivant Schgizophrénie, mais c'est sympa.

Toutefois le Metal tchèque actuellement ce serait plus Krabathor et Hypnos.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire