The Winterlong

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
16/20
Nom du groupe God Macabre
Nom de l'album The Winterlong
Type Album
Date de parution 13 Décembre 1993
Produit par Tomas Skogsberg
Enregistré à Sunlight Studio
Style MusicalDeath Metal
Membres possèdant cet album54

Tracklist

Re-Issue in 2002 by Relapse Records (remixed & remastered) with Consumed by Darkness EP.
Re-Issue in 2008 by Blood Harvest.
Re-Issue in 2014 by Relapse Records.
1. Into Nowhere 04:08
2. Lost 04:01
3. Teardrops 02:25
4. Ashes of Mourning Life 04:32
5. Spawn of Flesh 05:02
6. Lamentation 02:33
7. In Grief 05:14
Bonustracks (Re-Issue 2002)
8. Consumed by Darkness 01:53
9. Ceased to Be 02:54
10. Spawn of Flesh 04:27
Bonustracks (Re-Issue 2014)
8. Life's Verge (Unreleased Song) 04:06
9. Consumed by Darkness 01:53
10. Ceased to Be 02:54
11. Spawn of Flesh 04:27
Total playing time 27:58

Chronique @ Fabien

18 Fevrier 2008
Formé en 1989 autour de Per Boder, Ola Sjoberg & Jonas Stalhammar, Macabre End figure parmi les pionniers du deathmetal suédois, aux côtés de Nihilist, Carnage, Grave, Merciless ou Hetsheads. Peu après l’édition du EP Consumed by Darkness, le jeune groupe adopte alors le patronyme de God Macabre, puis rejoint Tomas Skogsberg aux Sunlight Studios en décembre 1991, pour les sessions de son premier mini-album. Manquant un contrat avec l’écurie Relapse, la formation signe alors avec le petit label allemand MBR (Crematory (SWE), Insanity (US)), qui commercialise The Winterlong qu’en fin d’année 1993, quelques mois après sa séparation.

The Winterlong possède une coloration deathmetal suédoise évidente, croisement entre les cultes Left Hand Path & Dark Recollections d’Entombed & Carnage, distillant ce son de guitare d’une froideur très caractéristique, et dégageant parallèlement un côté mélodique saisissant, en opposition à son death sombre et rugueux. Le climat obtenu est formidable, grâce un dosage parfait entre la brutalité de ses rythmiques et la douceur de ses harmonies, à l’image des excellents Into Nowhere & Lost, ou encore d'In Grief et de son final prodigieux.

En outre, mis en valeur par ses nombreux soli aériens, ses touches de claviers parcimonieuses, ou encore son instrumental acoustique (Lamentation), The Winterlong développe nombre de passages doom et mélancoliques envoutants, lui permettant d’accroitre considérablement l’intensité et l’épaisseur de ses atmosphères, ne s'étendant hélas que durant 27 petites minutes.

Sorti deux années après son enregistrement, deux longues années durant lesquelles les leaders définissaient les codes du deathmetal scandinave, The Winterlong n’est malheureusement plus que le disque posthume d’une formation rapidement disparue, lors de sa sortie fin 1993. Non loin d’Entombed, Carnage ou Unleashed, une saveur doom supplémentaire, God Macabre signe un pur produit de deathmetal suédois, gagnant indéniablement sa place parmi les formations à l'origine de la construction et de la reconnaissance du style.

Fabien.

3 Commentaires

7 J'aime

Partager
BEERGRINDER - 15 Mars 2008: Jai failli la rater celle-ci, j'avais bien aimé The Winterlong à l'époque et comme tu le dis l'ambiance est particulière sur ce CD.
mechant - 12 Mai 2019:

Acheté apres avoir lu attentivement cette chronique, ce fut 1 réel plaisir de decouvrir cette oeuvre "oubliée". Après pas mal d'ecoutes attentives je retient de belles compo avec des "aerations au synthé" qui donnent 1 touche de  légéretée à l' ensemble.

Bel album avec ce son  si typique qui me regale tant.... 

Merci pour la chro

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de God Macabre