The Sad Realm of the Stars

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
16/20
Nom du groupe Odium (NOR)
Nom de l'album The Sad Realm of the Stars
Type Album
Date de parution 17 Août 1998
Style MusicalBlack Symphonique
Membres possèdant cet album40

Tracklist

Re-Issue in 2013 by Blood Music with One Bonustrack
1.
 Winterpath
 04:38
2.
 Towards the Forest Horizon
 05:40
3.
 Palace of Forgotten Dreams
 04:12
4.
 Thy Eternal Nightfall
 03:43
5.
 The Sad Realm of the Stars
 04:11
6.
 Northern Flames
 03:27
7.
 Through the Sorrowfilled Forest
 04:10
8.
 The Brightness of the Weeping Kingdom
 04:24
9.
 Riding the Starwinds
 05:23

Bonus
10.
 Altering the State of Being
 06:36

Durée totale : 46:24


Chronique @ BEERGRINDER

02 Mars 2011

une fresque galactique épique et violente.

Samoth a bien sûr contribué à poser les bases du Black Metal symphonique en jouant sur les deux premiers légendaires disques de Emperor, mais a aussi fait décoller la carrière de Arcturus et Limbonic Art, grâce à son label Nocturnal Art. En 1994, point de départ du style mis en lumière par les magiques Constellation et In the Nightside Eclipse, Odium se lance à corps perdu dans ce nouveau genre de Black Metal.
Emmené par Sechtdaemon (futur Zyklon / Myrkskog), le quintet compose d’arrache pied et enregistre une démo 6 titres qui va taper dans l’œil du sieur Samoth, lequel vient tout juste de sortir de prison (voilà ce que c’est de jouer avec des allumettes…), il leur offre donc un contrat avec Nocturnal Art, permettant à Odium de mettre en boite leur full lenght nommé The Sad Realm of the Stars (1998).

La pochette mi médiévale mi galactique marque une similitude évidente avec Limbonic Art, rien d’étonnant vu qu’elle est signée Morfeus himself, le début grandiloquent de Winterpath vient d’ailleurs confirmer immédiatement cette impression, le synthé du dénommé Bastodon se montrant imposant et cosmique à la manière de celui du fameux duo. Odium est en revanche plus vindicatif au niveau des compositions et du son, les guitares de la paire Sechtdaemon / Charon Martyras sont agressives, tranchantes et savent se montrer parfois directrices, contrairement à celles de Morfeus dans Limbo qui sont bien souvent ne viennent qu’en appui des claviers. Sur l’agressif The Brigthness of the Weeping Kingdom, ce sont bien les guitares qui mènent la danse, délivrant des riffs homériques, laissant néanmoins le clavier s’exprimer pleinement lorsque ceci s’avère nécessaire (2 :00).

Même si le côté Emperor / Limbonic Art est assez marqué (en même temps, quel groupe de Black sympho ne possède pas ces bases là ?), Odium sait imposer une musique assez personnelle, grâce notamment au chant très agressif de Sechtdaemon et au jeu de batterie percutant de Andres Eek qui peut ici se lâcher davantage que dans Funeral, son groupe de Doom. Et pour n’oublier personne, le bassiste Demariel sait aussi se faire entendre, notamment avec des pulsations magnétisantes à la fin de Toward the Forest Horizon.
Le mixe de Hans Petter Heggli est judicieux, donnant une place importante à chacun (même si on sait bien que les bassistes ne servent à rien hin hin…), le clavier s’avérant imposant sans être envahissant, toutefois les guitares auraient peut-être mérité un niveau sonore très légèrement supérieur à mon goût.

Un retard au niveau du mixage a retardé considérablement la sortie du disque, disponible via NAP seulement en 1998, mais les morceaux ont tous été composé entre 1994 et 1996 (et enregistrés à la fin de cette année), ils renferment d’ailleurs ce côté authentique et audacieux de l’époque, mais surtout les norvégiens proposent des morceaux aboutis, épiques et totalement prenants, à l’image du fantastique titre éponyme, jouant aussi bien sur la fibre mélancolique que sur celle de la haine. C’est en revanche dommage de ne pas avoir fait figurer les paroles dans le livret afin de s’immerger complètement dans le concept : une page pour chaque tête grimée des musiciens et la place disponible est ainsi complète…

Difficile de mettre en lumière une chanson par rapport à une autre, preuve de l’homogénéité à toute épreuve du produit : aucune faiblesse à déplorer, aucun titre faible ou bouche trou, juste une fresque galactique épique et violente. Si certains groupes reprendront brillamment le flambeau fin 90’s, début 2000 (Sirius ou Obsidian Gate), Odium est à classer dans la première génération du Black sympho, ceux des pionniers ayant défriché le terrain, même si le trio Arcturus / Dimmu / Limbo avait déjà tombé le gros de la forêt…
Hélas après un single promotionnel honteusement boudé par les labels en 2001, Odium baissera pavillon, Sechtdaemon se consacrant alors à Zyklon et Myrkskog. The Sad Realm of the Star est à l’heure actuelle difficile à dégoter car le pressage est épuisé depuis des lustres, mais sachez que le jeu en vaut la chandelle et que ce disque n’a pas grand chose à envier aux monuments du genre, bonne chasse donc !

BG

8 Commentaires

10 J'aime

Partager

Constantine - 22 Octobre 2011: Merci bcp pour cette chronique. Un album que j'aime bcp....
HelMist - 23 Fevrier 2012: Ca bouge encore du côté de Myrkskog?
BEERGRINDER - 23 Fevrier 2012: Tant que Destructhor est occupé dans Morbid Angel, peu de chances que ça bouge.
Icare - 03 Août 2013: Merci pour cette excellente chronique, je n'avais jamais entendu parler de ce groupe, je ne suis à l'heure actuelle évidemment pas parvenu à mettre la main dessus mais grâce à ton texte, j'ai eu la curiosité de me pencher sur cet album et de le télécharger, c'est une vraie bombe.
En espérant pouvoir le posséder en original un jour...
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Odium (NOR)