The Human Concern

Liste des groupes Metal Dwail The Human Concern
ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Dwail
Nom de l'album The Human Concern
Type Album
Date de parution 21 Novembre 2014
Style MusicalMetal
Membres possèdant cet album4

Tracklist

JUDGEMENT
1. Influx
2. Darkening Trees
3. Song of Cleasing
4. The Elements
5. Crop Circles
6. A Sharp Gunshot
FALL
7. A Ray of Light
8. Under the Bombs
9. District One
10. LD 50
11. The Human Concern
12. Gang Rape

Chronique @ Eternalis

10 Décembre 2014

Les adorateurs du style devraient trouver la bouffée d’air frais manquant au style

Dwail a eu une idée fort inhabituelle l’année dernière, propre à faire parler de soi pour le contenu extra-musical. Ils ont décidé de sortir un ep, intitulé "The Human Concern pt I", puis un an plus tard la seconde partie afin de proposer ensuite l’album qui regrouperait les deux séquences. Pourquoi ? Concept mon cher, bien évidemment.

L’album évoque en fait le concept d’ufologie, d’envahissement extraterrestre et invasion visant à réduire l’humanité à l’esclavage. La première partie reflète donc la vision humaine et la seconde la vision alien de cette attaque, l’album étant là pour condenser les deux approches et en faire une confrontation épique. En soi, l’idée est intéressante et originale mais il est vrai que commercialement, le projet est autrement risqué. Car il faut le dire, la moitié de l’album sortant aujourd’hui est déjà connue puisqu’elle était le corps du ep réalisé l’année dernière (ce qui, avouons-le, me donne non seulement moins de travail de rédaction mais également de découverte). Parlons-en, de cet album, bien différent de "Helter Skelter".

Plus personnel, plus fouillé, plus créatif et surtout sortant d’un giron peu personnel (metalcore, production made in Mader, chant), Dwail s’est véritablement créé une identité et propose avec "The Human Concern" une alternative à tout un public commençant à se lasser des multiples sorties similaires de metalcore. Les français possèdent en effet un groove assez rare dans le genre, souvent proche du rock n’roll ou du punk. Un morceau comme "Darkening Trees" en est une jolie preuve, entre riffs syncopées, soli déstructurés et vocaux entre hurlements et clairs à la Mike Patton très originaux. Il est certain que l’on aimera ou pas cette orientation, bien différente d’un chant clair surproduit et lisse à outrance, mais l’on ne peut renier l’indéniable prise de risque de Dwail de proposer autre chose que ce que l’on entend depuis des mois et des mois. "Crop Circles" est un titre tout ce qu’il y a de plus progressif et ambiant, basé autour d’une mélodie aliénante et sombre sur laquelle une narration va se poser, de plus en plus pressante, de plus en plus intense, comme un rapport d’informations annonçant une fin proche, une invasion inéluctable, une attaque à laquelle il sera difficile de ne pas succomber. Les riffs vont se syncoper, devenir agressifs, tranchants et Yannick va se faire de plus en plus brutal et chaotique pour annoncer un point de non-retour. On sent d’ailleurs, sur le titre suivant, "A Sharp Gunshot", qu’il sonne comme un final, qu’il est annonciateur de la fin. Les syncopes finales, l’aspect répétitif très live, les instruments se faisant violence, le chaos devenant de plus en plus perceptible…on ressent, musicalement, la scission voulue entre les parties I et II, puisque "Ray of Light" est le premier morceau de l’ep sorti l’année dernière.

Pour ceux connaissant le ep, les morceaux n’ont pas été modifiés mais juste remasterisé pour qu’ils soient cohérents avec les nouveaux titres. Mention particulière pour le très puissant et étouffant "Under the Bombs", torturé à souhait dans les guitares et absolument virtuose musicalement dans l’enchainement des parties brutales et techniques toutes plus sauvages les unes que les autres. L’éponyme "The Human Concern" est basé sur une musicalité assez similaire à "Crop Circles" et permet, une fois de plus, de créer un lien thématique, une confrontation perpétuelle entre les deux parties du concept, entre les deux visions de cette attaque terrienne.
On pourra peut-être reprocher, dans cette approche justement originale du metalcore, que Dwail n’aille pas encore plus loin et reproduise souvent le même schéma, certes personnel mais rapidement similaire d’une composition à une autre (riffs saturés, chant clair groovy/rock, parties hurlées, gros break de batterie et on repart) et pouvant donner une sensation de lassitude sur la fin de l’album, encore plus fort par le fait que ce ne soit pas des nouveaux morceaux. Le risque est en soi important puisque cet album n’est en fait, pour ceux qui suivent le groupe, qu’un nouvel ep, avec six nouveaux titres. Peut-être aurait-il mieux valu sortir un second ep de six titres mais ne pas les mettre sur le même disque puisque, de ce fait, à quoi sert le premier ep dès que l'on possède l’album ?
Ce sont ici des questions d’ordres plus marketing et mercantile mais Dwail a voulu offrir un concept différent mais peut-être pas de la manière la plus fine qui soit. Les adorateurs du style devraient trouver la bouffée d’air frais manquant au style mais gare justement à ne pas trop tomber dans l’autosatisfaction et le manque de renouvellement. Nous verrons bien ce qu’ils nous réservent pour la prochaine sortie !

2 Commentaires

2 J'aime

Partager
Volesprit - 10 Décembre 2014: Peut être le groupe le plus nul que j'ai vu en live. Je n'ose imaginer sur CD...
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire