The House of the Lord Despoiled

Liste des groupes Black Death Vomitchapel The House of the Lord Despoiled
ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
14/20
Nom du groupe Vomitchapel
Nom de l'album The House of the Lord Despoiled
Type Album
Date de parution 02 Novembre 2012
Style MusicalBlack Death
Membres possèdant cet album15

Tracklist

1. Intro / Incestuous Genesis
2. Immaculate Defilement
3. Lubrication Rites
4. Vaginal Sepulchre
5. Flesh for Your Lord
6. Corpse and Serpent
7. Carnal Hammer
8. Sacrificial Orifice
9. Gaping Perversion
10. Passage of Doom

Chronique @ wodulf

17 Novembre 2012

Ici pas de montagnes enneigées sous un clair de lune magnifique mais réellement l’Enfer le plus ignoble !

Vomitchapel est un des side project de Ghoat, leader et membre fondateur entre autre de Father Befouled et Encoffination.
A la base, ces trois groupes ont d’ailleurs un dénominateur commun qui est Incantation. En effet tous les trois vont y puiser leurs influences mais dans trois incarnations différentes : Father Befouled sera l’entité death metal, Encoffination l’entité doom death et enfin Vomitchapel l’entité black metal. Trois extensions différentes d’Incantation qui ont été créées dans cette optique.
Vomitchapel sort sa première démo intitulé Warvomitdeathworship en 2008. Sur celle-ci, le groupe va également aller chercher ses influences du côté de Blasphemy pour bien poser son style black metal. Ce mixte entre Incantation et Blasphemy est par exemple flagrant sur un morceau comme « Bonetemplemarch ». Malheureusement, ce premier essaie sera raté avec des morceaux tellement courts qu’ils seront incapables de développer la moindre ambiance et donneront cette désagréable impression d’avoir affaire à des trailers.
La seconde démo, Sodominate, de 2009 nous présente un autre visage du groupe. C’est pratiquement une nouvelle orientation ou du moins un recadrage. On y découvre un Vomitchapel qui se black metallise à mort en se rapprochant dangereusement d’un Teitanblood /Archgoat hyper bestial. L’influence d’Incantation n’y est presque plus perceptible. Une démo assez monstrueuse qui met Vomitchapel sur les rails d’un black metal bestial et primitif idéal.
Puis en 2011, Osmose Production va sortir une compilation des deux démos avec en plus trois nouveaux morceaux du groupe. Sur ceux-ci, on y découvre un Vomitchapel qui rechange à nouveau de direction et s’oriente vers un death black puissant et occulte à la vieux Witchrist, je dirais.
A l’annonce de la sortie de ce premier album, j’avoue avoir un peu hésité avant de l’acheter. Je m’attendais réellement à ce style de black death très à la mode en ce moment et qui commence vraiment à me casser les couilles. Vous voyez, ce genre de black death surpuissant qui joue sur les poncifs du genre, mais incapable de nous faire sentir une quelconque ambiance.
J’ai réellement bien fait de passer outre mes craintes et de commander cet album. Vomitchapel a encore changé d’orientation. Non, le groupe ne s’est pas dirigé vers un black death bien produit mais a plutôt fait le contraire en jouant la carte de la régression totale.
Retour donc vers un black metal complètement primitif et bestial. Bon, il y a toujours une certaine saveur death metal qui peut renvoyer au Incantation de Entrantment Of Evil –donc leur période la plus primitive- mais on sent quand même plus un rapprochement vers un style qui peut rappeler par certains côtés Antediluvian ou Nuclearhammer dans leur forme récente.
Le son des guitares est complètement primitif et me fait penser à un mixte entre celui du In The Sign Of Evil de Sodom et Hellhammer. Au niveau des ambiances, c’est justement là où Vomitchapel fait toute la différente et se désolidarise de toute cette scène black bestial générique et passe-partout. Vomitchapel nous fait réellement percevoir une portion de l’Enfer dans sa forme la plus immonde.
Au niveau des tempos, ça cogne la plupart du temps. Alors oui, il y a quelques ralentissements ici et là, mais c’est dans une approche tellement bestiale et occulte que jamais le rythme n’est cassé.
Comme généralement dans ce style d’œuvre, il n’y a pas réellement de morceaux qui se détachent des autres et tout doit être pris d’un seul bloc. Mais quel voyage ! Ici pas de montagnes enneigées sous un clair de lune magnifique mais réellement l’Enfer le plus ignoble !

1 Commentaire

10 J'aime

Partager
MikeSlave - 12 Novembre 2013: Merci pour le papier Wodulf. Je viens de commander la compil des démos et ta chronique me donne bien envie de me choper cet opus.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire