The Grudge

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Mortiis
Nom de l'album The Grudge
Type Album
Date de parution 13 Septembre 2004
Enregistré à Silvertone Studio
Membres possèdant cet album61

Tracklist

1.
 Broken Skin
 05:30
2.
 Way Too Wicked
 04:37
3.
 The Grudge
 05:35
4.
 Decadent and Desperate
 03:24
5.
 The Worst in Me
 07:09
6.
 Gibber
 04:18
7.
 Twist the Knife
 04:13
8.
 The Loneliest Thing
 04:53
9.
 Le Petit Cochon Sordide
 04:33
10.
 Asthma
 02:28

Durée totale : 46:40


Chronique @ Eternalis

04 Septembre 2009
Les machines. L’homme. Mécanisme. Humanité. Technique. Emotion.
Depuis des temps immémoriaux, ces termes semblent vouloir inlassablement se contredire, formant une antithèse parfaite de ce qu’est et n’est pas l’être humain. La machine, vulgaire produit de la technique expérimentale de l’homme, de son esprit et de son savoir, sans âme ni pensée, s’écartant de son créateur par une impossibilité à ressentir ou à simplement exister.
Le combat entre eux fut conté des milliers de fois, que ce soit dans la littérature (Minority Report pour ne citer que lui) ou le cinéma (Terminator, Matrix), mais bien peu on tenter de raconter l’apport que chacun pouvait conférer à l’autre, ou imparfaitement.

Le constat est presque identique concernant la musique. Parlons du monde électronique, de sa froideur, de son inhumanité caractéristique de sons alignés les uns aux autres sans cohérence, dans l’unique but d’aliéner un auditeur perdant tout repère. Évoquons maintenant le rock, sa chaleur, sa sueur et son sang, son énergie humaine, quasi bestiale, touchant son but en plein cœur. Comment oser les marier complètement ?
Mortiis l’a fait. Certains diront que ce n’est pas le premier, mais le norvégien (ancien bassiste d’Emperor) est parvenu a une fusion proprement unique de son art, même si l’on ne peut nier que l’électronique a pris progressivement le pas sur le métal, la froideur et l’aliénation effaçant inéluctablement la sueur et le sang.

Présenté dans une forme déjà insolite, "The Grudge" ne sera évidemment pas à la portée de tous. Le livret, uniquement formé de superposition de feuilles transparentes, forment une pochette aux milles facettes, aux infinis reliefs, comme une preuve de la multitude des évaluations possible de la musique.
Comment débuter une description musicale ? D’emblée, à l’écoute de "The Grudge" (La Rancune en français), il ressort une impression fortement monolithique de l’ensemble, un sentiment d’étouffement lié à ce qui semble être une répétition inlassable de plans identiques, de mélodies (est-ce le terme ?) semblables et surtout d’effets désagréablement dérangeants. Notre esprit se partage entre convoitise et déception, ne sachant que penser, complètement dérouté par une musicalité bien au delà des normes, décidément hors des stéréotypes établis.

Il ne s’agit plus de métal, c’est une certitude, mais son public semble être le seul capable de comprendre l’album, de se repaitre de cette ambiance maladive et psychédélique. Que penser face à la déferlante "Decadent & Desperate", totalement amputée d’instruments naturels, rapide et schizophrénique, au chant malade, imprévisible et étouffé, comme prisonnier de son cercueil de sonorité. Sans dire que le titre inspire en nous les plus immenses sentiments de perversité, il est impossible d’y rester complètement insensible.
L’ouverture "Broken Skin", lourd et latent, complètement inhumain de par ses vocaux terrifiants et hors du temps, en retrait du mixage. Mortiis insuffle des breaks ritualistes, ambiants, dans une musique torturée qui, sans pouvoir être qualifiée de violente, se veut novice et mauvaise. Épileptique. Ce chant, susurré, clair, hurlé, reflétant autant un malade mental qu’une bête, un homme qu’une machine, deviendrait presque beau dans ses quelques incartades chanté ("Broken Skin", "The Grudge").

Au fond, on ressent également une certaine influence de Marilyn Manson sur des aspects vocaux tourmentés, notamment "Way too Wicked", renvoyant à "Antichrist Superstar".
A l’inverse, l’énigmatique "Le Petit Cochon Sordide" dispose de sonorités electro pop si prononcé qu’on en devient complètement déstabilisé. Qui est Mortiis ?
Car ce qui reste, ancré au plus profond de nos esprits, à la fin de l’écoute, c’est un profond sentiment d’opacité vis-à-vis de la lecture de cette œuvre. On pense comprendre, mais on ne peut plonger complètement dedans, tant notre esprit nous assaille de questions.
Musique intelligente ? J’en doute, peut-être trop de mimétisme dans les structures qui, évidemment, se répète, mais sans produire l’hypnotisme souhaiter, juste une folie annihilatrice et auto destructrice. Former un tout homogène dans ce genre est impossible, mais se retrouver si proche du précipice de l’indigestion autant de fois n’est pas mieux, car l’ennui n’est jamais loin. Le potentiel créatif est énorme mais le sentiment de passer à coté, ou au travers, l’est aussi.
On en vient à se demander par quel biais se représente cet état de dérangement ; par la musique ou ce qu’elle devrait être.

Se fermant sur le mystique et passionnant "Asthma", apologie de l’ambiant, absence complète de note ou de mélodie, les suggestions prennent la forme de regret, tandis que le malaise s’intensifie. Le résultat pourrait être impressionnant. La noirceur, que l’on n’attend pas abyssale mais mécanique pourrait nous emporter loin, ce qui n’est pas le cas ici.
C’est donc sur des cendres incandescentes que l’on peut attendre une suite, d’un groupe ayant considérablement changé depuis ses débuts, et entamant une nouvelle et lente mutation. Celle de la dématérialisation de sa propre âme.




4 Commentaires

7 J'aime

Partager
bojart - 05 Septembre 2009: je croyais que personne ne s'interressait à ce groupe trés...trés...trés particulier =)
merci pour cette chronique!
Celldweller55 - 23 Août 2010: Ta chronique m'a donné envie, mais je n'ai pas accroché au groupe avec ce CD
Cris001 - 31 Mars 2019:

Super bonne pioche cette semaine chez Gibert : 

- Throes Of Dawn : Quicksilver Clouds, The Great Fleet of Echoes, Our Voices Shall Remain

- Mortiis : The Grudge, The Great Deceiver

Groupes apparemment assez confidentiels pour qu'on doive commander le reste de la disco en import (Gibert ou Fnac)...
 

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ badpeople

21 Décembre 2006
16/20

Et oui Mortiis est de retour avec cette fois : The Grudge !
A première écoute, on ne perçoit aucun réel changement par rapport aux précédents, l'album peut être dit une suite logique, mais ce n'est pas toujours le cas. Dans son oeuvre, Mortiis peut nous faire croire qu'il a subit quelques influences Mansonières : certaines chansons, telles que Twist the Kniff, sont purement basées de l'indus et non sur de l'electro ambiant. Voix cassée, ambiance mélancolique et triste mais mélodieuse, Lamb Of God de Marilyn Manson est à deux pas loin de ce mouvement musical.
Bref, il est cependant évident que The Grudge ne repose pas que sur de l'indus, non bien sûr, en tant que pratiquant formel d'électro ambiant, Mortiis nous en a tout de même mis une couche. Pas d'inquiètude là dessus. Les bons vieux rythmes électroniques sont toujours là, calmes, violents, travaillés, mais surtout efficaces pour refaire ressortir l'ambiance voulu de Mortiis.
Pour conclure, l'album regorge de sentiments (principalement de la mélancolie, de la tristesse, de la haine et de la colère) génieusement émergés.
Fortement conseillé aux adeptes de l'électro ambiant.

0 Commentaire

5 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire