The Ferocious Tides of Fate

Liste des groupes Black Death Netherbird The Ferocious Tides of Fate
Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
14/20
Nom du groupe Netherbird
Nom de l'album The Ferocious Tides of Fate
Type Album
Date de parution 29 Novembre 2013
Style MusicalBlack Death
Membres possèdant cet album9

Tracklist

1. Elegance and Sin 06:18
2. Sa Talte Ygg 01:25
3. Ashen Roots 07:15
4. Shadow Walkers 05:35
5. Along the Colonnades 11:38
6. Of the Setting Sun 05:09
Total playing time 37:20

Chronique @ growler

30 Décembre 2014

Des longueurs énormes, des compositions bancales, font de l'écoute de cet album un somnifère assuré.

Netherbird est un groupe suédois, originaire de Stockholm, formé en 2004, et publia son troisième long format, intitulé "The Ferocious Tides of Fate" à la fin 2013. Le combo était composé à l'époque de Nephente au chant, de Bizmark et de Nord aux guitares, de Tobias Jacobsson à la basse et du nouveau venu, Nils Fjellström (Dark Funeral, ex Aeon) à la batterie. Netherbird pratique un "black/death" mélodique, un peu comme le faisait Dissection à son époque...

...mais un peu seulement. En effet, à l'écoute de cet opus, on ne peut s'empêcher de penser à Dissection. Non pas que Netherbird a le talent de son illustre aîné, loin de là, mais certaines ambiances nous y amènent ainsi que quelques riffs, il est certain que le groupe est très fortement influencé par ce combo mythique, mais il frôle le plagiat à de nombreux moments ("Elegance and Sin", "ashen roots") et cela en devient très dérangeant. Aussi, et pour ne rien arranger, de grandes longueurs sont à déplorer sur quasiment tous les morceaux dont certains auraient pu être raccourcis de 3 ou 4 minutes comme le pseudo pavé épique "Along the colonnades" de plus de 11 minutes mais aussi le "break" de "Elegance and Sin", pour ne citer que ces exemples. Pire encore, "Of the setting sun" est un titre sans queue, ni tête, complètement bancal, aux mélodies peu inspirées et clôt l'album en queue de poisson.

Dans tout ce marasme ambiant, il y a quand même un morceau qui sort du lot et, l'heureux élu est "Shadow walkers". Ce titre commence comme une composition de "doom" avant de monter crescendo et de voir son rythme s'accélérer, la mélodie y est également très intéressante et colle parfaitement à l'ambiance qui s'en dégage. L'autre point positif est l'artwork absolument magnifique, qui est la représentation d'une oeuvre du peintre suédois Marcus Larson, intitulé "Natlig marin med brinnande fartyg".

Proche du naufrage total, il est certain que Netherbird ne quittera pas la masse des groupes de seconde zones, tout simplement parce qu'il essaie de prendre des chemins milles fois empruntés et creusés par le mythique Dissection qu'il n'est pas prêt d'égaler. Des longueurs énormes, des compositions bancales, font de l'écoute de cet album un somnifère assuré.

Circulez, il n'y a rien à écouter !

1 Commentaire

0 J'aime

Partager
Dromedario - 31 Décembre 2014: J'avais lu une autre chronique sur un autre site qui rejoignait un peu la tienne, alors je me suis même pas penché sur l'album ce coup-ci, d'autant plus après la déception qu'avait été Monument Black Colossal.

Par contre je pense que je suis pas prêt de m'arrêter d'aimer The Ghost Collector, le chef d'oeuvre du groupe (1er album qui rassemble les demos/EPs des débuts pour les éventuels intéressés).

Merci pour la chronique qui confirme que Netherbird pour moi ça s'arrêtera sûrement là (j'irai quand même écouter vite fait me faire mon propre avis).

Dro'
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire