The Fall of Omnius

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
14/20
Nom du groupe Nephren-Ka
Nom de l'album The Fall of Omnius
Type Album
Date de parution 03 Septembre 2013
Enregistré à Hertz Studio
Style MusicalDeath Technique
Membres possèdant cet album63

Tracklist

1. Butlerian Djihad 03:43
2. Mastering the Voice 06:25
3. Legend of Selim (Pt.1: the Seeds of Discord) 03:23
4. The Rise of Omnius 04:32
5. Feydakins Storm 06:18
6. The Cymek Revolution 04:13
7. Legend of Selim (Pt.2: the Return of the Worm-Rider) 02:56
8. Praise Shaï-Hulud 04:21
9. To the Golden Path 07:43
Total playing time 43:34

Chronique @ Satanistar

27 Août 2013

Il aura fallu trois ans aux français de Nephren-Ka pour enfanter, dans les geôles maladives de leur concept, une nouvelle parabole d’un brutal death metal repoussant l’habileté dans ces derniers retranchements. Puisant emphatiquement son contexte dans les visions sablonneuses du monde de Dune, « The Fall of Omnius » poursuit l’insondable quête stellaire d’une formation au toucher mortuaire et à l’appétence aussi sanguinaire qu’un ver de sable.

Une vérité qui n’est plus à démontrer au vu du précédent effort, faisant entrer nos space cowboys dans la cour des élèves appliqués à livrer une performance digne des ambassadeurs d’un metal funéraire tels que Morbid Angel, Hate Eternal (période I,monarch) ou encore Origin dans une veine encore plus technique. Concrètement, la formation s’évertuait à cristalliser bon nombres d’influences dans un disque impitoyable et épileptique, jetant les morceaux à la face de l’auditeur avec une rancœur hermétique.

Doté d’une production puissante et sournoise grâce au concours du Hertz Studio (Behemoth, Vader), l’éclat bruitiste de cette nouvelle pierre angulaire se révèle plus profond, plus hargneux et permet à Nephren-Ka de franchir un palier en terme de noirceur et de violence, affirmant finalement la dimension personnelle de musiciens accomplis.

De fait, l’atmosphère bénéficie d’une incroyable densité tout en offrant de nouvelles perspectives à des compositions chaotiques et spectrales. Techniquement, la bande est au diapason et offre un travail rythmique minutieux en confrontant tempos enlevés et lourdeurs asphyxiantes. Le brutal death retentit donc dans le moindre espace sonore, se permettant même d’aller taquiner l’art noir du black metal majestueux et épique (« To the Golden Path »). Ainsi complexe et travaillé, « The Fall of Omnius » nous happe dès les premières secondes au son d’implacable blasts assourdissants et de riffs tourbillonnant dans le growl profond et sec de Laurent. « Feydakins Storm » synthétise le maelström qui se joue devant nous. Les blasts quasi-continus ne laissent aucun répit et écrasent les plus exigeants d’entre nous tel un viol carnassier vif et sordide.

Durant notre sombre périple sur ce sol aride, les ralentissements sont judicieusement placés grâce à de subtils riffs lancinants repris en boucle pour un effet séduisant et cathartique (le fougueux « Praise Shai-Hulud »). Mais là où certains non adorateurs de cette débauche de violence trouveraient cela parfaitement futile, il convient de noter que la relative homogénéité de l’album ne nuit en rien à l’écoute plaisante de cette œuvre paradoxalement accessible pour le néophyte. Car la force du propos est toujours cohérent et ne vire jamais à un cloisonnement inopportun et sectaire synonyme de frustration.

Dans un esprit similaire à « Revenge and Supremacy », « The Fall of Omnius », sans révolutionner quoi que ce soit, constitue cependant un opus présentant suffisamment d’arguments qualitatifs pour susciter l’attention. De la sorte, loin d’avoir abattu toutes ses cartes, Nephren-Ka semble avoir encore beaucoup de choses à formuler dans le futur. Débarrassés d’une filiation trop évidente avec les amphitryons du milieu, les français nous livrent là une obole à l’extraordinaire travail de composition et risquent bien de se voir propulser sur le devant de la scène.

46 Commentaires

13 J'aime

Partager

MoonlightShadow - 10 Novembre 2013: Je suis débutante en matière de death métal mais j'avais tout de même écouté le premier MCD "Revenge and Supremacy". A l'écoute de cette seconde galette, je suis contente du côté plus rentre dedans, moins "démonstration technique" et plus pro de "The Fall of Omnium". J'aime aussi beaucoup l'image et le concept se trouvant derrière. Malgré le fait que j'ai toujours tendance à trouver les disques de death trop redondant, je ne peux qu'apprécié une galette réalisée avec tripes et passion. Suis d'ailleurs en train de l'acheter, ainsi que le sweat. Ils sont pas cher et bien réalisés, ça fait franchement plaisir. J'attends la suite avec impatience !
Jacky_Doussot - 19 Octobre 2014: Cet album est une tuerie! Point! Quoi? Intolérance? Non, venez les voir en live tas de fiotes! Et dites vous ça: le prochain va vous enfoncer l'anus jusqu'à ce que vous en puiez de la gueule!
swit35 - 19 Octobre 2014: Depuis que j'ai découvert ce disque au lendemain du Hellfest suite à ma rencontre avec Laurent, j'en suis à de nombreuses écoutes et je classe volontiers ce disque dans les rangs de ce qui se fait de mieux en matière de Brutal Death Français, aux cotés (mais un poil en dessous quand même) de Kronos, Ad Patres ou Benighted. mais largement meilleur que Charnier par exemple. The Legend of Selim Pt 2 étant un de mes titres favoris pour ce disque ou il n'y a je confirme que des tueries.
 
El_Totor - 16 Fevrier 2016: Ce que j'ai aimé dans le disque (enfin dans le "youtube" me concernant :D) : Je trouve l'album à la fois homogène et varié (chaque morceau propose pas mal de changement de rythmes et de mélodies mais le tout est cohérent). L'album fourmille de très bons passages, de riffs accrocheurs ou de passages enivrants ou puissant (exemple golden path à 3'43 ça prend bien, c'est lourd, c'est puissant, très plaisant. La fin de Feydakins storm est cool et plein d'autres choses). Il y a une vraie capacité d'écriture musicale dans le groupe, pas juste d'empiler 1000 notes en se branlant la bite.
Ce que je n'ai pas aimé : On sent encore bcp d'influences, notamment d'Origin. Y a plein de passages (le début de legend of Selim pour en citer un) où je me suis dit "on pourrait placer se passage dans un des derniers origin, personne ne remarquerait rien !" Le plus dommage c'est que ce sont de très bons passages, ils ne feraient absolument pas honte au groupe les inspirants. Mais voila on se dit peut être que Nephren Ka s'est un peu pris au piège dans son concept. Le groupe a probablement (je n'en sais rien) commencé juste par envie de jouer du death et le compositeur de prolonger les sentiments qu'il avait en écoutant ses groupes préférés mais en se professionnalisant progressivement l'auditeur lui va chercher un peu plus de personnalité, une patte. On sent que les influences ont été bien digérées, on n'est clairement pas dans du plagiat, mais je pense qu'il y a encore matière à mieux trouver sa voie. Je dis pas que c'est facile, ce doit être très dur et peu de groupes imposent un style. Il faut que ça vienne naturellement, qu'est ce que j'ai envie de dire avec mes doigts et mes cordes ? On n'invente jamais vraiment quelque chose et je suis sur que trey azagtoth de morbid a utilisé énormément de ses influences pour créer le style inimitable de morbid. Mais au final ça sort tellement de lui qu'émane quelque chose de nouveau ou de particulier. C'est un peu ce qu'il manque à Nephren pour l'instant.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire