The Dead Never Sleep

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Henrik Nordvargr Björkk
Nom de l'album The Dead Never Sleep
Type Album
Date de parution 2004
Style MusicalDark Ambient
Membres possèdant cet album4

Tracklist

1. Khon
2. Algenon
3. TDNS
4. Noma Klaw

Acheter cet album

Henrik Nordvargr Björkk


Chronique @ Svartolycka

04 Novembre 2005
Henrik Nordvargr Björkk est une personnalité reconnue dans le petit monde du dark ambiant et encore plus de l’indus. Instigateur du désormais culte MZ.412 et de bon nombre de projets dont le plus « connu » reste Folkstorm, Nordvargr se lance dans un projet solitaire et éminemment plus personnel, projet se résumant évidemment à sa seule personne.
Ce premier jet où officie ce personnage emblématique de la scène indus se positionne dans une certaine alternative de MZ.412 où les passages ambiants acquièrent une plus grande importance sans toutefois oublier les éléments indus. Ne jouant nullement sur les saturations parfois indigestes d’un Folkstorm, Nordvargr joue la carte d’une oppression plus atmosphérique n’ayant rien perdu de son aspect viscéral. Cependant, il ne faut pas croire que le chef d’orchestre a volontairement laissé de côté cet aspect, un aspect officiant comme véritable signature d’un style… En effet, ces éléments sont toujours présents et restent la base première d’imbrications donnant une véritable injection d’oppression et de malaise, un style que l’on rattache, et avec justesse, au personnage tant que l’on a l’impression d’une menace aussi soudaine que diffuse.

Véritable gangrène d’un monde déshumanisé, référence directe à la trilogie filmique de George A. Romero, « The Dead Never Sleep » se rapproche d’une part des bandes originales des films de la tétralogie des morts-vivants, mêmes accents indus, même tonalité à la fois atmosphérique et organique mais aussi des passages plus éprouvants construisant une ambiance sur des durées variables des titres passant allégrement de moins de deux minutes aux environs d’une vingtaine. De plus on remarquera aisément la variabilité des titres sur leur durée mais aussi sur leurs factures.
Si les pointes électro du premier titre sont référentielles à des films tels que « Dawn of the Dead » ou bien encore « Day of the Dead », les trois titres suivants nous plongent directement dans la version intimiste et originale de Nordvargr où pointent quelques mélodies fantomatiques au milieu d’un magma de nappes pesantes, de légères saturations déstabilisantes et de samples vocaux nihilistes. Suivant, à peu de choses près, la même structure que l’album « Domine Rex Infernum » de MZ.412, « The Dead Never Sleep » se finit sur un titre plus orienté indus proprement tétanisant et renvoyant en pleine face nos conditions pathétiques d’êtres humains imbus de nos personnes en proie au cynisme et à l’hypocrisie, ce qui est par là une mise en abyme de la filmographie de George A. Romero.

Concluant sur une parole transformée et monolithique, Henrik Nordvargr Björkk termine son album sur une pointe misanthrope qui nous rappellera à jamais que le plus grand ennemi de l’Homme, c’est son propre reflet sortant de terre de ses mains putrides et décharnées.
« God is a Tumor » Effrayant, tout simplement !!

0 Commentaire

1 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire