The Cainian Chronicle

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Ancient (NOR)
Nom de l'album The Cainian Chronicle
Type Album
Date de parution 17 Juin 1996
Enregistré à Unisound Studio
Style MusicalBlack Mélodique
Membres possèdant cet album135

Tracklist

1.
 Ponderous Moonlighting
 02:23
2.
 The Cainian Chronicle Part I : the Curse
 04:48
3.
 The Cainian Chronicle Part II : Lilith's Embrace
 06:15
4.
 The Cainian Chronicle Part III : Disciplines of Cain / Part IV : Zilla and the Crone
 05:53
5.
 At the Infernal Portal (Canto III)
 07:06
6.
 Cry of Marianne
 03:03
7.
 Prophecy of Gehenna
 04:04
8.
 Song of Kaiaphas
 08:47
9.
 Exu
 02:52
10.
 The Pagan Cycle
 07:30
11.
 Hommage to Pan
 13:25

Durée totale : 01:06:06


Chronique @ LeMoustre

23 Fevrier 2016

The Ancient Age

Sorti en plein milieu de l'année 1996, ce disque fut remarqué en France (à l'heure où internet n'existait pas) grâce à sa sélection du trimestre chez Metallian, à cette époque chantre crédible du metal extrême de France et de Navarre. Rappelons que ce fut l'apogée du black metal mélodique avec la suprématie (commerciale, tout au moins) des Cradle Of Filth, et autres Dimmu Borgir à cette période, se substituant au deathmetal du début des 90's dans le cœur de nombreux fans.

Dans ce contexte, Ancient fit son petit effet. Avec l'aide de Dan Swanö aux manettes, The Cainian Chronicle, composé par le leader Aphazel (guitares, basse et synthés) est un disque ambitieux et lyrique. Un peu à la manière des textes de Martin Walkyier (Sabbat), le premier titre (qui donne son nom à l'album) se décompose en plusieurs parties, et les paroles mettent en scène des personnages qui interagissent par des véritables dialogues contant une vraie histoire (basée sur The Book Of Nod de S.Chupp et A.Greenberg). Ainsi, une ambiance remarquable parfaitement mise en musique constitue le point fort de l'album, au gré de mélodies funestes, d'interludes réussis, et des cris de possédé de Lord Kaiaphas.

Le reste du disque n'en est pas moins fort, avec la participation de K. Goss (future Sinergy) aux vocalises sur quelques passages choisis. Sorti chez Metal Blade et bénéficiant alors d'encarts significatifs dans la presse spécialisée, l'album des Norvégiens sortit au bon moment et se vit doté d'un très bel artwork. Le mélange agréable de moments de blasts ("At The Infernal Portal" et ses paroles tirées de l'enfer de Dante) et de plages atmosphériques somptueuses ("Cry Of Marianne" où Goss rayonne ou un "Exu" qui fait dresser l'oreille) est réussi. Entre plages mid-tempo et brusques accélérations au sein d'un même morceau, Ancient ne sombre pas dans la redondance et possède une aura typique de cette période, avec claviers et mélodies judicieusement utilisées, sans oublier les attaques frontales ("Song Of Kaiaphas" et ses riffs mixés en avant), ou les breaks lugubres ("The Pagan Cycle").

Alors, bien sûr, on n'atteint pas la majesté d'un Storm Of The Light's Bane (Dissection), sorti quelques mois avant. La comparaison paraîtra évidemment incongrue avec le recul, et tout ceci reste bien typique de son époque (le mix parfois flottant, les claviers très XXème siècle, le style général). Mais ce Ancient, qui fait toutefois bien son âge, l'a aussi marqué avec ce disque à redécouvrir, faisant sans doute partie du haut du panier dans sa catégorie.

4 Commentaires

6 J'aime

Partager
Miskatonic - 23 Fevrier 2016: Merci pour la papier Jérôme, c'est clairement une chronique qui manquait, d'autant plus que ce successeur à l'excellent Svartalvheim m'a toujours semblé un peu sous-estimé sur ce site. Content de voir ton 15.
metalstormrider - 23 Fevrier 2016: Excellente chronique... Une oeuvre unique dans laquelle flotte cette magie si particulière du début du post black metal ... Pour moi le meilleur d'Ancient. Je ne sais absolument pas si cet album a été réédité. Note amplement méritée.
Fabien - 24 Fevrier 2016: J’ai acheté Svartalvheim à sa sortie et j’ai été conquis d’entrée. Lorsque Cainian est sorti, je ne l’ai pas du tout apprécié (et vite vendu) car je n’ai avais pas retrouvé la noirceur du premier album et la singularité d’Ancient. Cainian possède un côté mainstream que je n’aime pas en fait. Ceci dit, nostalgie (et prix bas) oblige, j’ai voulu le racheter il y a plusieurs années. Le disque n’est jamais arrivé donc j’ai pris cela comme un signe des Dieux et, avec du recul, je suis finalement content qu’il ne soit jamais arrivé jusqu’à ma boite aux lettres. C’est bien sûr totalement subjectif. FABIEN.
Luthor - 24 Fevrier 2016: Pour l'anecdote : la majeure partie des textes de cet album (notamment "Lilith's Embrace" et son clip si... particulier) sont inspirés (pour ne pas dire carrément pompés par endroits) sur la mythologie du jeu de rôles "Vampire : La Mascarade" (et en particulier le Book of Nod).
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire