Tales for Bad Girls

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Forever Slave
Nom de l'album Tales for Bad Girls
Type Album
Date de parution 07 Avril 2008
Style MusicalMetal Gothique
Membres possèdant cet album49

Tracklist

1. Dickhead! 04:56
2. Say Good-Bye 04:03
3. GothiX Girls 03:54
4. Pulse 00:24
5. Kristin A.I.D.S. 04:54
6. Afterlife 04:55
7. Our Story 03:42
8. Mar, No Te Vayas 04:40
9. The Lovers 04:00
10. Larmes et Roses 04:23
11. My Girl (She Loves Her) 04:26
12. Gasoline 04:07
Total playing time 48:24

Chronique @ metalpsychokiller

25 Avril 2008
Formé en 2000 par Servalath et Lady Angellyca, Forever Slave et son « Alice’s Inferno », sombre album conceptuel sorti en 2005, avait été une superbe surprise, et son « Lunatic Asylum », une véritable gifle. Premier album des sept de Valence (après un opéra noir « Résurrection » en 2003) cet apport initial bien accueilli et prometteur avait une pléiade de qualités suggérant un potentiel énorme, et quelques défauts inhérents à l’apprentissage. Qu’en allait-il être de l’opus suivant ? Une confirmation éclatante, une stagnation décevante, ou le combo allait-il être brûlé sur le bûcher rédhibitoire d’un volcan métallique accouchant d’une souris?
Vous vous en ferez votre idée par l’écoute car, les goûts et les couleurs étant ce qu’ils sont, un avis est toujours personnel et subjectif. Je ne vais que tenter sans prétention d’explorer cet album, car depuis la tempête interstellaire Nightwish secouant l’univers Metal Gothic Symphonique, nombrilisme et science infuse ont damné le pion à éclectisme et tolérance. Dans tous les cas, apprécié ou pas, ce « Tales for Bad Girls » suscitera des débats virulents…

En premier lieu, Lady Angellyca, modèle à ses heures perdues, n’a plus que 4 comparses, le combo passant de 7 à 5 donc, et exit les violons. Avec pour conséquence des guitares beaucoup plus présentes mais repoussant parallèlement les claviers, éclipsés dans les cordes.
Concomitamment, le style « concept » a été évacué au profit d’une succession d’histoires tendancieuses : les lyrics parlent du Sida « Kristin A.I.D.S. », de cybersexe « GothiX Girls », d’homosexualité « My Girl », du mauvais traitement des femmes, de la pédérastie et de plein d’autres tabous … Des sujets brûlants et d’actualité, mais malgré tout beaucoup moins sombres que ne l’était l’univers précédent, tragi dantesque de l’Enfer d’Alice.

Au niveau du style musical, Forever Slave s’oriente dorénavant vers un Metal Gothic Rock plus « commercial » ou plus « grand public ». La rythmique demeure corsée et les riffs puissants de guitare quasi heavy. Mais, la voix, le nappage sympho, l’électro (et quelques touches de néo) restent du pur Gothic Rock. Un compromis heavy/goth, donc, au juste dosage mélodies/énergie démontrant le savoir-faire des Espagnols au travers de compositions diversifiées et ciselées. Un petit regret, cependant, concernant les soli d’Oswald, le grateux, superbes et hautement appréciables comme sur Dickheads ou Our Story, mais distillés avec trop de parcimonie. Il en a sous les doigts, et on en redemande…

Le gros point de discorde sera certainement le chant de Lady Angellyca. Les mauvais coucheurs diront qu’il est trop semblable à celui de Liv Kristin; ou plat, linéaire, répétitif ; ou soprano à deux balles… Les mêmes qui, il y a un an, ont jeté la pierre à Anette Olzon, alors que chaque timbre de voix est unique et qu’il n’y a donc qu’une Tarja. Ce qui est certain, néanmoins, c'est que ses vocalises ont été mises en avant et très travaillées. Réverbération, dédoublement, écho, distorsion, tout y passe avec un bonheur certain et beaucoup de relief (sauf sur « Larmes et roses » où le son distordu rend les paroles en français souvent incompréhensibles). Malheureusement, ceci est au détriment de la puissance du chant masculin, des grunts virils, dont l’alternance avec la féminité claire est déjà moindre par rapport à la galette précédente. Là ou on attendrait une réponse explosive à la belle, la bête n’offre parfois que du pétard mouillé, la faute à quelques réglages modérant son impact.

Au final, ressortir un ou deux titres de ce « Tales » est impossible tant toute la tracklist est appréciable. Aux premières écoutes, « Dickheads, GothiX Girls, Kristin A.I.D.S, ou Gasoline » vous accrocheront, ces titres représentant l’évolution musicale de Forever Slave. Mais aux auditions suivantes, chaque plage vous séduira –superbe Afterlife-… Et, en définitive, les pseudos chefs de file du genre et dérivés (Nightwish, Within Temptation, Lacuna coil, Leave’s Eyes et consorts) vont devoir se serrer un peu et faire une place de choix au banquet à ce quintet valencien.
Forever Slave confirme de façon magistrale avec cette seconde offrande !!!

17/20 METALPSYCHOKILLER

6 Commentaires

9 J'aime

Partager

Erzobeth - 25 Septembre 2008: j'ai eu cette malheureuse déception pour ce nouvel opus on est veritablement loin de la couleur originale .dommage l'album est de bonne facture mais loin d' Alice inferno .
NerZhul - 25 Juillet 2009: Tres decevant, un si bon groupe parti en fumee vers un style beaucoup trop populaire mais pas original pour un sou. Au suivant.

Je mets 1 point pour la pochette.
Celldweller55 - 10 Septembre 2010: J'ai détesté le premier CD. Quand j'ai mis celui là en marche j'ai cru que je m'étais trompé en entendant les premières notes de "Dickhead", on dirait du Thousand Foot Krutch ! L'ensemble est très médiocre à mon goût mais bien meilleur que Alice's Inferno.
DeadlyNightShade - 19 Octobre 2010: La pénultième phrase de cette chronique est à hurler de rire. Je m'en tiens encore les côtes.

Tales for a Bad Girl, l'album de "metal symphonique" le plus mauvais que j'ai écouté. Jamais encore je n'avais entendu tel défilé d'âneries tant au niveau des textes ( à pleurer de désespoir devant si peu de talent ) que dans la musique alliant la fureur des "riffs" ( difficile à sortir ) en carton-pâte aux mélodies toutes plus mauvaises et plates les unes que les autres. Et je n'oublie pas de parler du chant, constamment forcé pour casser un manque évident de justesse, de force et bel et bien de talent ( voir live, elle chante carrément faux )
Un album complètement nul par un groupe sans aucun talent. A oublier aussi vite que cette pochette.

3/20
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Elencirya

20 Mai 2008
Après son premier album en 2005, le groupe espagnol revient avec un nouvel opus. Le précédent m'avait laissée sur ma faim: une belle ambiance gothique, notamment grâce au violon, mais une chanteuse très décevante vocalement parlant. Lady Angellyca s'est-elle améliorée? C'est la première chose qui m'a frappée sur ce nouvel album: sa voix est bien plus assurée et plus juste qu'auparavant! Mais ce n'est toujours pas une voix que je trouve très agréable à l'écoute, car trop criarde et trop linéaire.

Mais il y a un deuxième aspect qui frappe à l'écoute: le style a changé. Exit les belles envolées gothico-romantiques de "Alice's Inferno". Nous voici avec un son beaucoup plus inspiré de néo-metal. Hé oui, pas du tout original, mais le groupe a sans doute voulu se rapprocher du style vendeur du moment... D'ailleurs, le violoniste a disparu du line-up, et du coup l'originalité apportée par ses mélopées n'est plus.

Donc, déception : Forever Slave s'est rangé dans le conformisme ambiant. Les titres sont assez efficaces, mais se ressemblent beaucoup, et le gros manque d'émotions dans la voix de Lady Angellyca n'aide pas à absorber cet album facilement.

Finalement, je crains que ce groupe soit condamné à rester dans la masse de plus en plus grande des groupes de "metal avec chanteuse"... Pour les auditeurs peu exigeants ou les fans d'Evanescence, ça devrait passer, mais pour les autres...

Franchement, je préfère de loin leur album précédent. Au moins, on n'avait pas cette impression d'écouter une énième copie du style à la mode en ce moment...

5 Commentaires

4 J'aime

Partager

Elencirya - 04 Septembre 2008: Ils ont peut-être demandé l'autorisation, non?
Ravenwings - 02 Octobre 2008: D'après la fille qui s'est retrouvée sur la pochette, elle n'a rien vu passé ^^
Ca doit faire tout bizarre de se voir sur la pochette d'un album :o
 
120362 - 10 Janvier 2009: Je crois quand même que le terme commercial ne veux pas dire grand chose.Est-ce que l'on force une personne à acheter un CD? Quand Amy est devenu une star,elle n'était en concurrence qu'avec des stars du R'N'B (Beyoncé,Jennifer Lopez...) et de la pop (Brittney Spears,Christina Aguillera...).Le public a certainement été vers elle car c'était "différent".
keketomax - 18 Mai 2014: Je sais que j'écoute au moin merci Elencirya!
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire