Symphony of Life

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Chysta Krynycya
Nom de l'album Symphony of Life
Type Album
Date de parution 21 Fevrier 2011
Style MusicalBlack Pagan
Membres possèdant cet album3

Tracklist

1. Symphony of Life 02:38
2. The Ocean of Snow in the Nordic Heart 03:12
3. Fruit and Grape 06:43
4. Empty Boat 04:31
5. Today, the Gods Dance with Us 04:29
6. Keepers 06:41
7. The Dulcimers Beast 04:45
8. We Are Not Alone 05:06
9. Wedding Garden 03:24
10. The Art of Death 04:28
11. Let the World Hear My Silence 03:56
12. Winter Masquerade 09:19
13. Wheel of Samsara 03:12
14. Ocean of Wisdom 01:52
Total playing time 1:04:16

Acheter cet album

Chysta Krynycya


Chronique @ Matai

11 Juillet 2012

Une sorte d'ode à la vie ukrainienne à coups de folklore et de brutalité

Fondé en 2000 sous le nom de Morose Months Of Melancholy puis adoptant le nom de Chysta Krynycya, ce groupe fait partie des combos de black pagan ukrainien dans un pays fer de lance d'un style souvent nationaliste et colérique mais très attaché aux valeurs traditionnelles. Le quatuor en question aura mis du temps à se trouver avant de finalement adopter une identité adaptée à l'idéal black pagan de leur mère patrie, très proche donc de Nokturnal Mortum. Malgré les idéologies NS de leur membres, ces derniers ne les font pas transparaître pour autant dans leur thématiques, celles-ci étant très portées sur la nature de leur terres hivernales dans leur dernier album en date « Symphony of Life ».

De prime abord, la pochette évoque sans aucun doute celle de Bathory et de son « Blood Fire Death » car il s'agit de la même peinture de Peter Nicolai Arbo du nom de « La Chasse Sauvage d'Odin ». Malgré le côté mythologie nordique qui en découle, Chysta Krynycya ne s'y aventure pas car nous nous situons bien en Ukraine. Les mélodies traditionnelles du pays nous le rappellent ainsi que la langue employée. Toutefois, c'est bien l'aspect guerrier de cette toile qui ressort le plus, le quatuor en question n'hésitant pas à intégrer des morceaux costauds et brutaux dotés d'une voix black très agressive, à l'image de « The Ocean of Snow in the Nordic Heart », « Keepers » ou « Let the World Hear My Silence » avec sa sirène en fond d'ambiance. La production est très adaptée, faisant la part belle à la colère mais aussi à la mélancolie du groupe qui ne lésine pas sur des mélopées on ne peut plus moroses.

A l'instar de leur compères Ukrainiens, Chysta Krynycya intègre des titres plus folkloriques et plus calmes, tranchant littéralement avec la violence des autres chansons. « Fruit and Grape » par exemple apporte son lot d'instruments et de chants traditionnels sur un rythme lent tandis qu' « Empty Boat » se veut plus dynamique et plus festif avec une alternance de chant féminin et de chant black, accompagnée d'une cornemuse rappelant les pirates.

A la manière du « The Voice of Steel » de Nokturnal Mortum, il y en a pour tous les goûts sur cet opus et si le brutal ne vous sied pas, vous pouvez toujours vous rabattre sur l'entraînant « Today the Gods Dance with Us » où les guitares et le chant agressif se mêlent à des sonorités cristallines et douces, idem sur l'envoûtant « We Are Not Alone ». L'exotisme du chant en ukrainien y est sans doute pour quelque chose ainsi que les mélodies suaves.

Chysta Krynycya arrive à mélanger l'agressivité du black avec les touches traditionnelles propre au folk/pagan mais aussi le côté épique de la musique symphonique comme sur l'éponyme « Symphony of Life », « Wedding Garden » ou sur certains passages en particulier. Ce n'est pas non plus quelque chose de grandiloquent mais ces touches arrivent à apporter l'emprunte nécessaire rappelant les origines du quatuor. De plus, les guerriers arrivent à concocter un « Winter Masquerade » très expérimental qui en déroutera plus d'un. La progression est des plus étranges, les changements de rythme imprévisibles ainsi que le groove basse/batterie et le passage électronique en plein milieu.

Pour une durée de 65 minutes, à peu prêt, Chysta Krynycya arrive à imposer dans son « Symphony of Life » une sorte d'ode à la vie ukrainienne à coup de folklore et de violence, un album à considérer comme un ersatz de Nokturnal Mortum ou comme une transition avec, toutefois, des morceaux beaucoup plus doux. Une oreille curieuse n'est tout de même pas de refus.

0 Commentaire

5 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire