Street Survivors

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
15/20
Nom du groupe Lynyrd Skynyrd
Nom de l'album Street Survivors
Type Album
Date de parution 1977
Style MusicalRock Sudiste
Membres possèdant cet album94

Tracklist

Re-Issue in 2001 by MCA Records
Re-Issue in 2008 by Geffen
DISC 1
1. What's Your Name 03:30
2. That Smell 05:48
3. One More Time 05:03
4. I Know a Little 03:26
5. You Got That Right 03:44
6. I Never Dreamed 05:21
7. Honky-Tonk, Night-Time Man 03:59
8. Ain't No Good Life 04:36
Bonustracks (2001 Re-Issue)
9. Georgia Peaches
10. Sweet Little Missy
11. You Got That Right (Alternative Version)
12. I Never Dreamed (Alternative Version)
13. Jacksonville Kid (Aka Honky Tonk Night Time Man)
DISC 2 (2008 Re-Issue)
1. What's Your Name
2. That Smell
3. You Got That Right
4. I Never Dreamed
5. Georgia Peaches
6. Sweet Little Missy
7. Sweet Little Missy
8. Ain't No Good Life
9. That Smell
10. Jacksonville Kid
Recorded live in California, United States, 08/1977
11. You Got That Right
12. That Smell
13. Ain't No Good Life
14. What's Your Name
15. Gimme Three Steps
Total playing time 35:47

Chronique @ Hellsheimer

14 Août 2011

Ce 20 Octobre 1977 sonna le glas de l'épopée Lynyrd Skynyrd

Jeudi 20 Octobre 1977. Seulement trois jours après la sortie de "Street Survivors", le 5éme album studio du groupe, Le Convair 240 N55VM qui transporte Lynyrd Skynyrd de Greenville en Caroline du Sud vers Baton Rouge en Louisiane, développe quelques difficultés mécaniques. Bien que les pilotes tentent un atterrissage d'urgence sur une petite piste d'aviation, l'avion, qui manque de carburant s'écrase dans une forêt près de Gillsburg, au Mississippi. Le chanteur Ronnie Van Zant, le guitariste Steve Gaines, sa soeur et choriste Cassie Gaines, l'assistant road manager Dean Kilpatrick, le pilote Walter McCreary et le co-pilote William Gray sont tués sur le coup. Les autres membres du groupe sont blessés, certains grièvement. Le batteur Artimus Pyle rampe hors de l'épave de l'avion avec plusieurs côtes cassées. Etant encore capables de marcher, Pyle ainsi que les roadies Kenneth Peden Jr. et Mark Frank se mettent en route en quête de secours, à travers les bois marécageux, et sont finalement repérés par Johnny Mote, un agriculteur du coin, qui était venu voir se qui se passait.
Le personnel médical est arrivé et a commencé à trier les blessés et les morts. Allen Collins a eu deux vertèbres fissurées dans le cou, tandis que Collins et Léon Wilkeson ont failli avoir les bras amputés à la suite de traumatismes dus à l'accident. Wilkeson a aussi subi de graves blessures internes, y compris un poumon perforé, et avait la plupart de ses dents cassées. Bill Powell a eu le nez pratiquement arraché. Gary Rossington avait les deux bras et les deux jambes brisées, et a mis plusieurs mois pour récupérer. Leslie Hawkins a eu une commotion cérébrale, s'est brisé le cou en trois endroits et eu de graves lacérations au visage. Steve Lawler, de l'équipe des roadies a eu de graves contusions et des lacérations au visage. Chargé de la sécurité du groupe, Gene Odom a été gravement brûlé au bras et au visage et a perdu l'usage d'un œil à la suite du déclenchement d'une torche d'urgence à bord de l'avion, celle ci s'étant activée lors du crash. Les victimes ont été prises en charge à l'hôpital de McComb dans le Mississippi, par des ambulances et d'autres véhicules...


Mais revenons quelques mois en arrière...Les coïncidences sont parfois troublantes, mais aussi malheureusement quelques fois prémonitoires, comme le pressentira Van Zant quelques temps plus tôt...

"One More from the Road" affirme enfin le succès du groupe en se hissant dans le top 10 des charts de l'époque. Et considérant que le groupe ne doit plus rien à personne, Van Zant annule toutes les interviews prévues prétextant préférer l'attitude du public à celle des médias de l'époque qui leur reprochent de n'être simplement qu'un groupe de junkies et de poivrots.

En ce Week end du Labor Day 1976, Collins et Rossington ont chacun un accident de la route. Rossingtion, plein comme huitre et drogué jusqu'à la moelle, explose sa Ford Torino flambant neuve contre un chêne et sur une maison dans les rues de Jacksonville et en réchappe de justesse alors que Collins se contente de défoncer une Volkswagen en stationnement, l'envoyant valdinguer sur une place de parking vide. Ces accidents vont retarder l'enregistrement de l'album suivant et amèneront à l'annulation de quelques concerts. Une amende de 5000 Dollars fut infligée à Gary Rossington par le groupe et son accident inspirera le titre "That Smell" à Van Zant et Collins. Il faut dire qu'à cette période de la vie du groupe, l'alcool coule à flots et les drogues circulent beaucoup. La bonne excuse (si l'on peut employer ce terme), était de contenir la pression et l'appréhension des musiciens à devoir jouer devant un public de plus en plus nombreux. "That Smell" est donc un réquisitoire contre les substances illicites et Rossington avouera plus tard s'être effectivement reconnu dans le personnage du morceau (le "Prince Charming" du titre).

"Street Survivors" sera enregistré deux fois. Une fois par Tom Dowd, le producteur en titre de LYNYRD SKYNYRD et une deuxième fois 5 mois plus tard dans un autre studio à Doraville. Ce sont les titres du second enregistrement que l'on retrouvera sur le premier pressage de l'album. La réédition de 2008 rassemblera ces deux enregistrements, plus des versions démos, les deux titres qui avaient étés écartés de l'album originel ("Georgia Peaches" et "Sweet Little Missy") ainsi que des versions alternatives.

L'histoire de l'artwork fait partie de la légende de cet album maudit. L'original montre une fois de plus les 7 membres du groupe, dans des accoutrements divers et variés (voire ridicules pour certains) alignés dans une rue et entourés de flammes. Il sera bientôt remplacé par une autre photo du groupe tirée de la même session mais cette fois si sur un fond noir et dans un halo de lumière, d'une sobriété à toute épreuve. La cover d'origine refera son apparition sur la réédition de l'album, quelques 30 ans plus tard.

Musicalement, ce premier (et seul malheureusement) album avec Steve Gaines redonne des couleurs au groupe. Van Zant déclarant même "qu'un jour, LYNYRD SKYNYRD resterait dans l'ombre de son nouveau guitariste". "Street Survivors" regorge ainsi de chefs-d'œuvre qui ne verront pourtant jamais la scène avec la formation qui les a enregistrés. Car jugez plutôt ce qu'on peut y écouter : "What's Your Name, "That Smell", I know a Little" ou encore "You Got That Right". Des morceaux qui feront le bonheur des innombrables compilations soties depuis 1977.
L'arrivée de Steve Gaines en complément de Rossington et Collins permet au groupe de revenir à ce qui a fait son succès, c'est à dire composer des hymnes emplis de mélodies, sou-poudrés d'harmonies plus ou moins complexes sur fond Bluesy, et bien sur, d'affrontements guitaristiques d'anthologie. On regrettera d'ailleurs à ce sujet, la fin de "I Never Dreamed" et surtout celle de "One More Time" qui, avec un fading moins rapide, aurait pu nous emmener sur la voie ouverte des années auparavant par les "Freebird" ou autres "Simple Man". La particularité de ce titre étant qu'il fut enregistré en 1971 lors de la fameuse Muscle Shoals Session par Ed King, Greg Walker et Rickey Medlocke, musiciens qui ont quittés le groupe depuis (un superbe document, donc).
C'est aussi le retour des introductions à rallonge, truffées de petits soli toujours bien calés ("I never Dreamed"). LYNYRD SKYNYRD renoue aussi avec les titres à tempo lents, plus longs, toujours avec beaucoup de rythmiques acoustiques. La voix de Van Zant retrouve son allant et la capacité à faire passer des émotions qu'elle avait perdue sur l'album studio précédent. Quand aux 3 choristes, elles ont enfin trouvé une vraie place dans le groupe et les harmonies vocales distillées font ressortir avec plus de force encore, le chant de Van Zant ("One More Time", "I Never Dreamed").
Une section de cuivre donne un coté encore plus groovy à certaines compositions ("What's Your Name" ou "I Know a Little"). Ce dernier sortant des sentiers battus de par son rythme plus rapide que les autres titres, entre Rock N Roll et Blues voir carrément Boogie, avec un solo que n'aurait pas renié Billy Gibbons. Ce morceau fut d'ailleurs composé entièrement par Steve Gaines et ce, bien avant son intégration dans le groupe.
Bill Powell retrouve lui aussi une place prépondérante dans la formation avec ses parties de claviers lead comme sur "Ain't No Good Life, "Honky Tonk Night Time Man", "You Got That Right" ou "I Know a Little".
Le chef-d'oeuvre de "Street Survivors" restant "That Smell", titre de plus de 5 minutes (ils sont 3 sur cet opus dans ce cas), qui alterne chant et guitares endiablées, changements de rythmes fréquents, chœurs qui appuient le chant, passages acoustiques, bref, un excellent résumé de tout ce que contient ce "Street Survivors". Le seul qui ne soit pas à la fête sur ce titre reste Powell dons le clavier est quasi inexistant. Et paradoxalement, pour une fois presque inutile tant la chanson est portée par les guitares.
"You Got That Right" restera l'une des deux curiosités de l'album puisque composé par Van Zant et Gaines, mais aussi et surtout chanté en duo par les deux musiciens. Le solo final, bien que très court, ramenant une fois de plus les auditeurs vers "Freebird". L'autre curiosité est le Blues final, "Ain't No Good Life", entièrement composé et chanté par Gaines, l'un des rares titres de la discographie de LYNYRD SKYNYRD ou n'apparait pas Van Zant.
Et avec la reprise de "Honky Tonk Night Time Man" de Merle Haggard, le groupe n'oublie pas la touche Country de rigueur. Ce morceau connaitra d'ailleurs une version alternative intitulée "Jacksonville Kid", avec des paroles de Van Zant racontant sa propre vie et qui restera comme le dernier enregistrement studio du chanteur.

"Street Survivors", malgré la fin tragique du groupe, continuera son chemin dans les charts plusieurs mois après sa sortie en plaçant notamment "What's Your Name" à la 13éme place et "You've Got That Right" à la 69ème place, ce dernier en Avril 1978, soit 6 mois après l'accident. L'album deviendra disque de platine.

Nul ne sait ce que cette formation aurait pu donner dans les années suivantes ou quelle direction aurait pu prendre la musique du groupe avec l’adjonction de Steve Gaines, même si on peut en avoir un mince aperçu sur ce "Street Survivors". Et on ne sait pas l'avenir qu'aurait eu cet album sans la tragédie qui suivit sa sortie.

Il existe tout un tas de rumeurs et de polémiques à propos de l'accident de 1977, rapportées par certains des musiciens survivants dans on ne sait véritablement quel but. Artimus Pyle se serait fait tirer dessus et touché à l'épaule par le paysan, ce que celui ci démentit formellement. Le fait de voir le batteur avec une épaule en écharpe après l'accident n'étant pas une véritable preuve.
Billy Powell a provoqué une controverse en donnant un compte rendu sordide des derniers moments de Cassie Gaines dans une émission spéciale sur VH-1, affirmant que la gorge de la choriste a été tranchée d'une oreille à l'autre et qu'elle s'est vidée de son sang dans ses bras. Il a également affirmé que la tête de Ronnie Van Zant avait été fracassée lors du crash. Cette version des événements a été démentie par Artimus Pyle et Judy Van Zant Jenness, celle ci ayant affiché le rapport d'autopsie sur le site du groupe au début de l'année 1998, afin de remettre les pendules à l'heure. Nul ne saura pourquoi il inventa ces histoires, Powell étant parti rejoindre ses anciens compères, là ou la musique ne connait plus aucune barrière.

Le 3 Février 1959, un autre crash d'avion, ou périrent Buddy Holy (22 ans), Richie Valens (18 ans) et The Big Bopper (29 ans) fut surnommé par certains, "le jour où la musique mourut". Ce 20 Octobre 1977 sonna le glas de l'épopée Lynyrd Skynyrd et dans une autre mesure, celle du Rock Sudiste tel qu'on le connaissait à l'époque...

16 Commentaires

14 J'aime

Partager

yannoz - 14 Janvier 2012: Le rêve : lynyrd skynyrd au hellfest 2012. Je peux mourir tranquille.
Hellsheimer - 14 Janvier 2012: Attends quand même qu'on les ai revu :-). Avec Molly Hatchet en plus.
MattMaiden - 09 Mai 2012: superbe chronique, toutes mes félicitations ! Quand à l'accident de Buddy Holy & Co, surnommé "The Day The Music Die" il en est implicitement question dans la chanson "American Pie" de Don McLean sortie en 1971.
MCGRE - 26 Septembre 2012: Ah la la j'en tremble encore hé hé putain qu'elle poisse quand même , enfin That smell est pour moi le morceau ultime de LYNYRD SKYNYRD comme Chris la première foie ou j'ai entendu se titre j'en suis tomber amoureux du grand très très grand rock sudiste , putain quel pied .
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire