Stop the World

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Pyro
Nom de l'album Stop the World
Type Album
Date de parution 1998
Labels pas de label connu
Style MusicalHard Rock
Membres possèdant cet album6

Tracklist

1. California Smile
2. Caught in a Web
3. Stop the World
4. Tell Me Girl
5. What do You Want from Me
6. Celtic Soul
7. No You Don't (sur Edition 2007)
8. Exterminator Man (sur Edition 2007)
9. Rock and Roll Dream (sur Edition 2007)
10. Never Before (sur Edition 2007)
11. One Wall (sur Edition 2007)

Chronique @ Chacal

18 Novembre 2007
Pyro, groupe bien de chez nous, n'est pas né de la dernière pluie : leur premier album « Velvet Glove », à priori plutôt bien accueillit par les critiques de l'époque, à vu le jour en 1992. 15 ans et 3 albums plus tard, ils sont de retour avec une nouvelle team, un nouvel opus ("Stab in the Back") ainsi que la réédition complète de toute leur discographie, notamment de « Stop the World », initialement édité en 1998.

Premier constat, l'album change de nom pour être rebaptisé « Stop the World (extended version) » ; en effet, un autre E.P. intitulé « Time of confusion » regroupant cinq inédits enregistrés au début de leur carrière (avec Dave Danger au chant), a été ajouté en bonus. C'est vrai qu’à notre époque, il est bien vu de chasser le gaspi et cela aurait bête de rééditer un CD contenant seulement 6 titres. Néanmoins le résultat est assez étrange et l'ensemble n'est pas vraiment cohérent pour la seule et unique raison que plus d'une dizaine d'années séparent les deux E.P. : l’époque, le style musical et des chanteurs différents apportent nécessairement un rendu bien distinct et au final cela ressemble plus à une compilation de deux groupes qu’a une concaténation d’albums de la même formation !

Acte 1 : « Stop the World ». Les 3 frères Pyro, Joël (guitare solo), Bruno (guitare rythmique) et Eric (basse) ont recruté l'écossais Jay Burnett au chant, remplaçant de Dave Danger, chanteur originel. Le style musical est bien différent de celui proposé par « Velvet Glove ». Les compositions sont plus rock que hard, plus cool, plus typée seventies. Jay Burnett s'accommode parfaitement de cette accalmie qui correspond assez à son tempérament. Son timbre de voix, agréable, va jusqu'à donner un petit côté glam à l'ensemble. Mais les morceaux restent vraiment « mou du genou », sans réelle consistance, et, hormis le titre éponyme « Stop the World », aucun n'arrive franchement à décoller et ce, malgré les efforts de Joël qui ne se gène pas pour placer quelques bons solos bien pêchus. Le résultat est ennuyeux, raplapla et, quelques fois, un peu nian-nian. Même le refrain de « Celtic Soul » et ses « Na na na !!! » normalement fédérateurs n'ont aucun effet.

Acte 2 : « Time of confusion ». Alors là, back to the future ... l'écoute du premier morceau ranime un tsunami de souvenirs et de sensations oubliées à ce jour : des noms ressurgissent du passé et envahissent mon esprit : H-bomb, Voodoo Child, High Power, Fisc ou autre Blasphème ; Enfer mag, Metal attack ... mes pantalons ultra-moulants à rayures (les « élastis »), mes T-shirt déchirés, les bracelets et ceintures cloutés, le regard affolé de ma mère et son fatidique (« Il est hors de question que tu sortes habillé de cette façon ! ») ... Vous l'aurez compris, on vogue en pleines années 80. « Time of confusion » contient toutes les caractéristiques musicales de l'époque : son à peine meilleur qu'en salle de répète, rythmiques dépouillées et basiques, solo qui décoiffent, pour un résultat entendus un milliard de fois à ce jour. Si vous vous posez la question de savoir si la musique a réellement évoluée, « Time of confusion » vous apporte la réponse : OUI !!
En se replaçant dans le contexte de l'époque, les cinq titres proposés sont loin d'être ridicules et étaient plutôt bien ficelés. Dave Danger était un atout considérable : étant d’origine anglaise, pas de problème côté accent, en plus il possédait une bonne voix, particulière de surcroît, avantage certain pour consolider l'identité du groupe. Les mélodies sont bien trouvées, les solos très présents et l'on sent bien que chaque musicien met du cœur à l'ouvrage.
Le problème c'est, qu'aujourd'hui, ces morceaux sont « has been » et ne présentent pas vraiment d'intérêt pour les nouvelles générations de fans de métal. Hormis les vieux de la vieille comme moi, pour qui ces titres rappellent une époque et de bons moments, ainsi que les inconditionnels de Pyro, ce style ne touche plus personne.

Pour conclure, si vous êtes un adepte du groupe, profitez de cette réédition pour ranger votre vinyle et découvrir les inédits. Dans le cas contraire, il vaut mieux passer votre chemin et certainement découvrir Pyro avec son dernier album en date qui devrait paraître temporellement plus à sa place.

0 Commentaire

0 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire