Spicilège

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Belenos
Nom de l'album Spicilège
Type Album
Date de parution Juillet 2002
Style MusicalBlack Pagan
Membres possèdant cet album160

Tracklist

Limited to 1000 copies.
Re-Issued in 2012 by Northern Silence Productions with a new cover and bonustracks.
1. Tal Ifern
2. Ensorcelé
3. Terre de Brume
4. Noz Pagan
5. Par Belenos
6. Mort Divine
7. Loin au Nord
8. L'antre Noir
9. Chant d'Automne
Bonustracks (Re-Issued 2012)
10. Le Déluge (Live)
11. Par Belenos (Live)
12. L'Enfer Froid (Live)
13. Tal Ifern (Unreleased Version)
14. Terre de Brume (Unreleased Version)
15. Par Belenos (Unreleased Version)
16. Ensorcele (Unreleased Version)

Chronique @ Icare

23 Novembre 2009
Pour ceux qui suivent avec un tant soit peu d'intérêt la scène pagan black française, Bélénos est sans doute dèja bien connu, et fait même probablement office de groupe majeur et précurseur, au même titre qu' Aes Dana par exemple, et il y a fort à parier que n'importe quel vieux briscard adepte de métal, de nature et de paganisme et qui n'est pas rebuté par les sonorités celtiques connait déjà ce sublime Spicilège dans les moindres modulations de ses arpèges, de ses riffs épiques et de ses choeurs barbares.

Néanmoins, pour ceux qui se pencheraient depuis peu sur ce style grâce - ou à cause? - à l'engouement exponentiel et à la surreprésentation que les groupes qui se réclament de ce genre connaîssent depuis maintenant quelques années, une présentation de cette pièce maîtresse de la scène pagan black celtique s'impose.

Ici, on est très loin des Korpilaani, Turisas et autres Eluveitie, pour comprendre et apprécier pleinement l'essence de la musique de Bélénos, il est essentiel de se pencher sur ses racines résolument black. Alors que la tendance actuelle est au metal festif et épique (on parle désormais de troll-, de battle- ou même de pirate metal!) ou à la musique fade et sans âme que propose une flopée de pseudo groupes pagan folk metal, et qui se limite souvent à un mélange opportuniste et convenu d'instruments folk et de guitares distordues, Spicilège lance toutes ses nobles forces dans une bataille qui se divise en 7 hymnes guerriers, païens, épiques et violents, apaisés par deux interludes accoustiques et contemplatifs, sortes de repos du guerrier qui panse ses blessures encore humides et se prépare déjà à la fureur des batailles à venir.

Ces neuf chansons raisonnent définitivement comme un écho fier et nostalgique du passé, hommage à un peuple rude et guerrier, à ses rites païens et à ses dieux oubliés. A l'écoute de ces 45 minutes, on est transporté sur les terres sacrées gorgées des libations et du sang des frères tombés au combat, on se retrouve dans les forêts celtiques mystérieuses où les druides invoquent les esprits, et devant nos yeux voilés par la brume du temps se dessine une fresque grandiose et épique faite de combats, de victoires, de morts, de douleurs, d'incantations et de prières.

A travers ces riffs saturés, tour à tour épiques, violents, calmes et mélancoliques, à travers cette voix sépulcrale et lointaine semblant émaner des tréfonds de la terre, là où les glorieux ancêtres reposent l'épée à la main en un tas de poussière grise, à travers cette batterie frénétique et martiale qui rappelle les tambours de la guerre, à travers ces clameurs guerrières qui recouvrent le bruit de la bataille, on se prend à rêver aux vestiges d'un temps lointain où l'homme, la Nature et les esprits partageaiant une même terre, fière et sauvage. Puis, l'instant d'après, ces arpèges placides aux consonnaces mystiques et presque oniriques, ces choeurs graves et lugubres, ces percussions étouffées et sourdes, lentes pulsations d'un couer à l'agonie, nous poussent à une méditation sur la place de l'Homme et de la Nature, du Mortel et du Sacré, et nous amènent sur le seuil d'un voyage spirituel, sorte de parcours initiatique douloureux effectué par le fer et le sang, la prière et l'introspection, élevant l'âme jusqu'aux demeures des dieux immortels, ou précipitant le corps dans les entrailles fumantes de la terre.

Vous l'aurez compris, ce Spicilège est intemporel et magique. Malgré quelques détails qui pourraient irriter les plus exigeants ( une batterie trop mise en avant et qui se laisse parfois aller à des blasts intempestifs, une piteuse orthographe aussi malmenée que la batterie de Marc Devillers, et des morceaux qui, quoique excellents, ont tout de même une certaine tendance à se répéter), on a affaire ici à un chef-d'oeuvre du genre, qui donne toute sa noblesse au pagan black français.
Respirant la sincérité et la passion, voici une oeuvre vibrante d'émotions à l'aura quasi mystique qui contrebalance avec panache cette mode éphémère de nouveaux groupes folk et pagan sans originalité et à la quête d'une identité. A savourer sans modération.

3 Commentaires

9 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...
La_Lance - 05 Août 2011: Cet album est vraiment sublime... Pour moi c'est peut-être leur meilleur album (quoi que, sont tous bons)..
Bonne chronique en tout cas !
putrefied57 - 19 Juin 2012: tal infern est un des morceau qui m' a fait aimé le black metal...
rikkit - 23 Avril 2013: En vrai, cet album déchire.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Black_Requiem

23 Septembre 2004
Ca y est, j’ai renouvelé l’expérience en matière de Pagan Black avec l’album Spicilèges (mot français désignant un recueil de notes, de textes) de Belenos, le groupe français le plus réputé dans ce style musical. Et autant vous dire que, sans avoir été déçu par la musique, je n’ai néanmoins pas été conquis par la musique de la formation bretonne.

Outre un livret magnifique dans les tons gris et blanc, des photos superbes représentant les musiciens soit dans un cercle de pierres, soit au pied d’un chêne ou encore dans la forêt, les quatre « druides » de la formation française n’ont pas su m’attirer avec leur Pagan Black. Je n’ai pas d’atomes crochus avec la musique qui, pour moi, me semble trop fade. C’est dommage car le son est d’une qualité raisonnable et les passages mélangeant folk et guitare électrique donnent à la musique une tout autre dimension. Mais dans la musique de Belenos (conduite par les riffs musicaux de la guitare, la batterie très posée, la voix caverneuse et prenante et les changements de rythme) je n’ai pas retrouvé la hargne, le petit quelque chose qui a fait que je suis resté scotché en entendant la musique.

Mais malgré cela (comment juger de la qualité d’un album alors que l’on ne l’aime pas spécialement … c’est comme affirmer que telle ou telle chose à manger n’est pas bonne. C’est faux, on n’aime pas mais cela ne veut pas dire que ce n’est pas bon) le CD est bon dans son ensemble et ne devrait sans doute pas déplaire à la personne souhaitant découvrir des groupes de talent évoluant dans ce style musical.

4 Commentaires

5 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...
DoomBlack - 21 Septembre 2007: c vrai que la musique semble fade et a le meme ton mais l'album en tt n'est pas mal du tt et présente qq chose different et de bon
NekrosDaemon - 23 Novembre 2009: Je le trouve tout de même profond, violent et sombre.
Certes, à la première approche le son semble fade, mais pour moi qui aime beaucoup ce BM, je sens l'âme guerrière de Loïc le Nordique s'élever comme un son de corne annonçant le début de ces batailles celtes et gauloises.
celin - 09 Décembre 2009: Je trouve tat chronique vraiment superficielle et inintéressante. On a aucune information sur le contenu de l'album avec ta chronique. Je suis d'accord que l'on peut ne pas apprécier mais si au moins au savait pourquoi tu n'aimes pas , cela rendrait ta chronique un minimum plus riche et moins vide de sens et d'intérêt...
NekrosDaemon - 09 Décembre 2009: Je suis d'accord avec le raisonnement de Celin!

Peut importe que tu apprécie ou non l'album, tout ce qui importe c'est que tu nous en parle et que tu essaie" de justifier tes dires.

Et au pieds de ta dernière chronique, je puis te dire que longtemps je n'ai guère aimé des groupes tels Thérion, Métallica ou encore Dream Theatre, mais je les ai toujours respecté car malgré tout ils savent jouer et font une musique remarquable.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire