Son of Hypnos

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
13/20
Nom du groupe Morpheus (SWE)
Nom de l'album Son of Hypnos
Type Album
Date de parution 1993
Style MusicalDeath Metal
Membres possèdant cet album12

Tracklist

1. Depths of Silence 04:07
2. Through the Halls of Darkness 04:29
3. God Against All 04:11
4. The Third Reich 3797 A.C. 06:10
5. Of Memories Made (the God of Dreams) 06:01
6. Memento Mori 04:08
7. Among Others 04:09
8. Inflame the Mass 04:29
9. Wonderland 04:58
10. Dreams 02:26
Total playing time 45:08

Chronique @ Fabien

18 Septembre 2014

Among Others

Deux petites années après la capture de son premier mini-album In the Arms of..., fort d’un noyau inchangé autour de Ramstedt, Bergeback, Rüden & Brink, Morpheus se dirige durant quatre journées d'avril 1993 aux Unicorn Music Studios, pour la mise en boite de son premier full-lenght Son of Hypnos. A cette occasion, la bande rejoint les rangs du petit label Step One, ayant édité une année auparavant Those Shredded Dreams, le bon premier album des death’n rollers de Furbowl.

Toujours relativement influencé par la scène nord-américaine à l’image de son compatriote Seance, le quintette de Stockholm n’a pas tellement changé dans le fond, se rapprochant même de quelques crans du deathmetal de Deicide (le côté evil en moins) par l’abandon des Sunlight Studios de Tomas Skogberg, qui avait fourni aux guitares de ce grain ‘stockholmois’ caractéristique et si délectable sur son très bon mini-LP.

Pour l’occasion, Morpheus réenregistre deux titres de son mini-album (The Third Recih et Among Others), en y ajoutant huit nouveaux morceaux solides et totalement dans l’esprit, à commencer par le percutant Halls of Eternity. On retrouve ainsi ce deathmetal rapide & teigneux, le growl rauque de David Brink, ainsi que les riffs & soli tout en dextérité de Sebastian Ramstedt. Toutefois, si l’intention de s’écarter du modèle Sunlight en optant pour un lieu d’enregistrement plus méconnu était louable, notre groupe se retrouve avec une production plus grossière et un mixage maladroit, notamment le growl envahissant de David Brink au détriment des guitares, qui manquent en puissance et en incision.

Si Son of Hypnos ne traduit pas de signe d’évolution majeure en deux années, Morpheus régresse même faute à une capture en demi-teinte, à l’image d’Excruciate ou Purtenance n’ayant eux aussi pas réussi à dépasser sur album leurs débuts plus ravageurs, le précédent mini-album de notre quintette se situant donc en point d’orgue de sa carrière. Le groupe jette d’ailleurs l'éponge dans la foulée, Sebastian Ramstedt récupérant quant à lui une place de choix au sein de Necrophobic quelques années après la séparation. Aujourd’hui, en l’absence de réédition (le projet de Necroharmonic Records étant visiblement tombé à l’eau), le plus dur reste de mettre la main sur un exemplaire du CD d’origine, qui se maintient à des prix élevés depuis déjà plusieurs années.

Fabien.

0 Commentaire

2 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Morpheus (SWE)