Something Wicked Marches In

Liste des groupes Death Metal Vltimas Something Wicked Marches In
ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
15/20
Nom du groupe Vltimas
Nom de l'album Something Wicked Marches In
Type Album
Date de parution 29 Mars 2019
Enregistré à Orgone Studios
Style MusicalDeath Metal
Membres possèdant cet album53

Tracklist

1.
 Something Wicked Marches In
 04:27
2.
 Praevalidus
 03:39
3.
 Total Destroy!
 02:57
4.
 Monolilith
 05:24
5.
 Truth and Consequence
 03:42
6.
 Last Ones Alive Win Nothing
 05:28
7.
 Everlasting
 03:40
8.
 Diabolus Est Sanguis
 03:28
9.
 Marching On
 05:34

Durée totale : 38:19


Chronique @ LeMoustre

30 Mars 2019

Vengeance Is Mine

Le voilà donc, ce premier album d'Vltimas, le nouveau super-groupe créé par le croisement de 3 pointures de la scène extrême : Le batteur Flo Mounier (Cryptopsy), le guitariste Rune "Blasphemer" Eriksen (Aura Noir, ex-Mayhem) et David Vincent (Morbid Angel). Si Blasphemer et Flo Mounier restent fort bien considérés par les fans de metal extrême au sens large, le retour raté de Vincent chez l'Ange Morbide et ses digressions au style qui l'a fait connaître amènent plus de circonspection et de méfiance quant à l'orientation générale de cette sortie pour les fans de deathmetal, pas aidé par son look présent sur les photos lâchées par le label. Orné d'une pochette riche de détails concoctée par Zbigniew Bielak (Ghost), Something Wicked Marches In arrive en bacs avec l'impact promotionnel de Season of Mist qui espère ne pas revivre les mésaventures engendrées par la sortie de Illud Divinum Insanus, album le plus décrié de la carrière de Morbid Angel.

Les craintes seront vite dissipées, et ce dès les premières mesures qui dévoilent le titre éponyme. On nage ici dans un deathmetal qui propose des riffs vifs et précis, des changement de tempi nombreux et abrupts, un chant expressif mais guttural en très grande majorité, et un batteur phénoménal de précision. La base est là, impactant l'auditeur par un son froid et clair, à l'opposé de celui de Kingdom Disdained (le dernier Morbid Angel en date). Les compositions, rapides et variées se distinguent par un travail d'écriture soigné sans sacrifier à la brutalité (la batterie sur "Praevalidus" par exemple donne le tournis, et ce sera souvent le cas au fil des titres). Les fulgurances, nombreuses, apportent de la richesse à des passages qui n'en demandaient pas tant, et l'ensemble passe à vitesse grand V. Notons en moments forts "Praevalidus", le Morbid Angelien "Total Destroy" au refrain mémorable, ou la doublette que constituent l'entêtant "Lasts One Alive Win Nothing" au riff qui restera longtemps en tête avec "Everlasting", dans un album à la qualité très homogène.

Pour autant, et nonobstant l'ensemble de ces éléments, il ne faudra pas être trop à cheval sur le traditionalisme, et les deathsters hermétiques à toute forme de déviance pourront accrocher et focaliser sur quelques rythmes empruntés à l'indus ("Something Wicked Marches In"), ou à de rares vocaux clairs (sur le refrain de "Monolilith", pourtant bien furieux) montrant que le groupe innove (très) légèrement. Loin d'être maladroits, ces passages apportent objectivement (mais cela pourra faire débat) profondeur et substance à l'album, et l'amène vers des sphères insoupçonnées ("Everlasting" et son terrible riff vicieux, les "hohohoohooo" gothiques de "Diabolus Est Sanguis" (en écoute ci-dessous) ou les chœurs qui achèvent l'album et "Marching On"). Justement, les riffs typiques de l'ange Morbide sont ici nombreux, réussis, accrocheurs (impossible à citer en totalité sans tomber dans le roman de gare), et bien mis en valeur par des musiciens au top de leur forme, au service de titres ébouriffants. Peu de soli, l'album n'en ayant pas vraiment besoin mais notons celui, exceptionnel de feeling, du final "Marching On", titre qui finit malheureusement sur un fade out maladroit.

Grosse tuerie, dans un genre qui peut parfois donner l'impression d'avoir du mal à se renouveler, du moins par ses leaders, le premier album d'Vltimas convainc largement et, en 38 minutes, revisite avec succès le meilleur de son cœur de cible, tout en restant hyper accrocheur dès les premières écoutes et ne reniant pas une certaine fraîcheur. Le moins qu'on puisse dire, c'est que, non content de plaire aux déçus des récentes productions de Morbid Angel (le dernier album référentiel remonte à bien loin), ce coup de maître, par son sens de l'accroche et du riff qui tue, porté par un Flo Mounier phénoménal, un Eriksen à 100 lieues de son travail chez Aura Noir, et un son précis et sec (n'est ce pas Mr Azagtoth ?) marquera les esprits. Un retour inespéré de Vincent qui a, cette fois, tiré la bonne pioche et peut remercier un duo de musiciens en état de grâce. Un beau pied de nez à Morbid Angel et un sacré disque. Qui l'eut crû ?


12 Commentaires

25 J'aime

Partager

jeffff - 02 Mai 2019:

D'accord avec la Chro, bel album, qui ne me parait pas du tout linéaire au fil des écoutes. Par contre durant les 1ere écoutes je trouvais la batterie bien trop présente surtout sur les premiers morceaux, histoire de goût, puis les morceaux s'imposent pour former un tout cohérent et puissant

SIOUX - 13 Mai 2019:

Il passe tous seul ce skeud,en ce qui me concerne bonne pioche !

 

Volesprit - 17 Juin 2019:

L'ennui... 

Bozzoh - 25 Mars 2020:

C'est peut-être moi qui délire mais le chant de David Vincent me fait beaucoup penser à celui de Nergal de Behemoth, je ne peux évidement que très hautement apprécier :)

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ BEERGRINDER

05 Avril 2019

Vltimate Antichrist All Star

Les all star band ont tendance à engendrer parfois la méfiance chez moi, il faut dire que dernièrement Ross Dolan qui s’amuse à aller jouer du Gothic avec Karyn Crisis ou Peter Tägtgren qui nous fait du Rammstein de seconde zone avec Till Lindemann ne m’ont pas vraiment mis en confiance, pas plus que les 850 collaborations de Rogga Johannson dont les trois quarts ne servent à rien.
D’un autre côté, ce qui n’est au départ qu’une simple réunion de musiciens connus pour leurs exploits dans d’autres combos peut donner parfois bien plus qu’un coup d’épée dans le lot, n’oublions pas que c’est de cette façon que des groupes comme Monstrosity, Lock Up ou Bloodbath ont vu le jour. Seulement après la catastrophe Illud Divinus Insanus, il y avait de quoi être méfiant concernant ce nouveau projet de David Vincent, des doutes qui risquent d’être rapidement levés à l’écoute d’un Something Wicked Marches In (2019) qui fera taire les mauvaises langues (dont j’avoue, je faisais partie).

L’ex charismatique frontman de Morbid Angel donc, s’est allié au talentueux Blasphemer / Rune Eriksen (Aura Noir, Mayhem) à la guitare et à Flo Mounier le batteur dingue de Cryptopsy, afin de composer du vrai Death Metal de derrière les fagots (et non pas du pseudo Death indusifié / gothisé made in Genitorturers de derrières les faggots , j’espère que vous suivez).

En fait dès le premier riff du premier morceau titre ça sent très fort Mayhem, mais avec une approche plus Death Metal et la voix caractéristique de Vincent. Dès le second en revanche et comme pour équilibrer la balance, nous sommes plus proche d’un Morbid Angel (époque Covenant / Formulas). On notera qu’il n’y a rien sur ce disque qui fasse penser de près ou de loin à Cryptopsy, Mounier se mue régulièrement en Hellhammer avec des tapis de double impressionnants et des blast-beat millimétrés, assez loin du style chaotique qu’il pratique dans son groupe canadien, preuve s’il en était de l’adaptabilité du bonhomme.
Quant au chant parlé de Vincent il passe très bien, pour la bonne raison qu’il en use avec parcimonie, notamment sur le bon mid tempo Monolilith et de façon plus insistante sur Diabolus Est Sanguis, on se régalera aussi de sa vitesse fulgurante dans Truth and Consequence.

Pêle-mêle on évoquera Total Destroy ! Très direct et efficace, qui se pose en single adapté pour rentrer dans l’univers du trio, tandis que fait amusant, Last One Alive a des airs de God of Emptiness joué par Mayhem. Un mot sur Everlasting est sans doute le titre le plus intense de l’album, égrainant des riffs Black / Death assassins et des accélérations supraluminiques, Rune Eriksen est décidément un tueur niveau composition. Ni trop court ni trop long, les 38 minutes du cet album passent vite et à la fin de l’immersif Marching On on en redemande, ce qui est plutôt bon signe.
Si le contenu est à la hauteur, le contenant l’est aussi, avec une superbe pochette noire et blanche de Zbigniew Bielak (également illustrateur de Ghost ) à ses heures perdues) qui rappelle clairement celle du Evangelion de Behemoth.

Du coup ce disque sonne presque comme une revanche pour le label Season Of Mist qui avait subi (je crois que c’est le bon terme étant donné les disques qu’ils ont encore sur les bras malgré les promotions) le dernier album de Morbid Angel. Something Wicked Marches In se révèle donc comme un excellent album de Death / Black combinant au mieux les influences de ces protagonistes et qui redorera sans aucun doute le blason de David Vincent auprès des amateurs de Metal extrême, quelque peu écorné depuis la sortie du décrié Illud… de qui vous savez.

BG

5 Commentaires

12 J'aime

Partager

Etterna - 05 Avril 2019:

Excellente chronique comme toujours, pour un album qui fait le buzz en ce moment, et qui est un pur bonheur à écouter. C'est certain que cet album a crée un bel effet de surprise et pourra facilement ravire les fans des premiers albums de Morbid Angel. Et j'espère vraiment que cette formation ne partira pas en vrille par la suite.

JeromeG - 17 Mai 2019:

Après quelques écoutes, l'album se révèle vraiment très bon. Il est assez immersif et des compos vraiment bien calibrées.

mechant - 05 Fevrier 2020:

J'avais pas remarqué que Nader sadek et Vltimas avaient en commun Flo mounier et Rune ericksen qui avaient participé aux 2 albums mais avec chacun 1 des 2 chanteurs de Morbid angel....pour 2 albums tres bons

longmorn69 - 08 Avril 2020:

Typiquement le genre d'album qui se bonifie avec le temps, et qui passe l'épreuve de la platine avec aisance finalement. 
Je l'avais trouvé "sans plus" à la 1ere écoute, sentent le réchauffé. Et puis, à force de le réécouter attentivement, je me suis surpris à vraiment accrocher sur de plus en plus de morceaux. 
Et quand je les ai vu en concert à Paris en janvier, j'ai définitivement été conquis. Tous ces outains de morceaux sont taillés pour la scène. Et quand trois lascars comme Flo Mounier, David Vincent et Blasphemer décident d'envoyer du pâté, ça arrache vraiment tout. Un grand album au final!!!!

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Vltimas