Serpent's Embrace

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Agathodaimon
Nom de l'album Serpent's Embrace
Type Album
Date de parution Juin 2004
Labels Nuclear Blast
Style MusicalBlack Mélodique
Membres possèdant cet album87

Tracklist

1. Cellos for the Insatiable 04:05
2. Serpent's Embrace 04:15
3. Rebirth 05:41
4. Light Reborn 05:03
5. Faded Years 05:42
6. Solitude 05:41
7. Limbs of a Stare 05:27
8. The Darkness Inside 05:00
9. Bitter End 03:37
10. Feelings 05:26
Bonustracks
11. Sacred Divinity
12. Noaptea Nefiintei
Total playing time 49:57

Commentaire @ Peter.K

25 Mai 2006
Alors Agathodaimon est un groupe particulier.
Un album sur 2 de leur discographie n'est pas apprécié par la plupart des auditeurs. Cela avait été le cas pour "Higher Art of Rebellion", et ça l'est maintenant pour ce "Serpent's Embrace". Si l'on en suit les statistiques, le prochain opus de nos amis Allemands devrait être couvert d’éloges!
Bien, nous n’y sommes pas encore et intéressons à ce "Serpent's Embrace"
Si ce CD a déçu, c’est qu’il n’est pas vraiment dans la continuité du précédent.
Il n’a pas non plus le charme du "Blacken the Angel "
L’évolution musicale est bien là, évolution plutôt perçue comme une régression d’ailleurs…
Une bonne partie de cet album sonne "black/goth" pour moi, c’est surtout du aux interventions du guitariste Sathonys au chant. Après, c’est comme tout, soit cela dérange, soit on s’en moque, soit on trouve ça bien. Je ferais partie de la seconde catégorie, je me suis dit "pourquoi pas ?".
Sinon, Agathodaimon nous signe un black métal mélodique encore assez riche, la composition est toujours travaillée et le tout se laisse écouter très facilement.
Je parlais des passages « Goth », la piste 6 est entièrement chantée par une jeune femme, sans aucun riff. Bon oui elle est jolie sa voix mais cette chanson semble perdue aux milieu des autres, et quand on veut écouter une jolie voix on va plutôt écouter du Within Temptation, pas du black.
Enfin, bien que critiqué, cet album se maintient très bon dans son genre, après il faut pouvoir apprécier.
Morceaux conseillés : Serpent's Embrace, The Darkness Inside, Light Reborn, Faded Years.
Et si vous n’appréciez pas ce mélange vocal, peut-être qu’une Rebirth vous comblera, en tout cas on ne peut nier que ça reste de la bonne musique.
Je fais aussi un petit commentaire à propos du clip de "Serpent's Embrace", je trouve que là, le groupe s’est rabaissé au niveau des rappeurs : Montrer un tas de jolis culs pour donner un intérêt au clip, c’est vraiment triste pour un groupe de Black métal.
Malgré ceci, Agathodaimon est toujours un bon groupe et leur musique est toujours aussi bonne, bonne écoute !

1 Commentaire

1 J'aime

Partager
 
Kuza - 07 Décembre 2009: Album plutôt bon dans l'ensemble. De belles arpèges, de bons riffs, des bonnes idées, avec des passages assez simple pouvant être vite retenu pour se plonger plus facilement dans l'oeuvre.

L'aternance du chant Black et du chant Gothic est interressante, et ne rend pas trop mal. Ca apporte une touche plus calme dans les chansons.

Cependant, si le groupe s'en sort bien sur l'ensemble, je dois admettre ne pas du tout comprende ce que la sixième piste (Solitude) vient faire en plein milieu de l'album. Il ne fait que couper l'élan du disque en plein milieu, et est très peu crédible. Pas que ce soit une mauvaise chanson, mais elle n'a pas sa place au milieu de l'univers black/goth' que nous livre Agathodaimon avec cet album. Ce serait sans doute une chanson de bonne qualité pour le prochain CD d'Evanescence, mais elle est profondèment mauvaise dans le contexte de cet album.

Mais dans l'ensemble, un bon album, qui s'écoute avec plaisir, et dans lequel soli, arpèges, et riffs ne lassent pas.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ sarvgot

26 Septembre 2010
Groupe qui nous vient d’Allemagne, Agathodaimon nous délivre une musique plutôt Black Mélo (qui frôle parfois même le symphonique vu l’outrance de claviers) tout en empiétant laaaargement sur le Gothique.

Cet album, avec un premier clip à son actif (Serpent’s Embrace), est plutôt tourné FM de par ses mélodies plutôt accrocheuses (Feelings, Light Reborn) et le son légèrement ‘aseptisé’ dans l’ensemble. En fait, les guitares sont trop en retrait, pas vraiment tranchantes vu les quelques riffs à consonance thrash (Limbs of a Star, Light Reborn, Bitter End) et le tout sonne donc légèrement brouillon. Quant à la voix Black, très carrée mais sans vraie personnalité, elle est très en avant, trop peut-être vu le manque d’originalité dans le timbre. Ceci dit, la voix mâle claire de Sathonys vient contrebalancer ce constat : sa voix apporte un plus non négligeable les fois où il intervient (Serpent’s Embrace, Light Reborn). Loin d’un Vortex dans Dimmu Borgir, l’allemand a plus une voix du style gothique (comprenez grave, contrairement aux envolées de Vortex) avec ‘du coffre’ comme on dit. Le refrain du morceau Feeling est d’ailleurs taillé pour sa voix (et on se rend donc compte du timbre et de ses possibilités plus aisément).

Cette voix claire n’est pas le seul aspect d’Agathodaimon qui nous mène vers la musique Goth. On retiendra l’interlude longuet et dénuet d’interêt : Solitude, au piano et boite à rythme chanté par une voix féminine. L’utilisation des claviers fait également partie de ce côté Gothique (Intro de Cellos for the Insatiable, Faded Years, Darkness Inside) tendance éléctro avec quelques sonorités inattendues (clavecin sur Light Reborn, style violon sur Cellos for …).

Malgré cela, nous resterons ancré dans le Black Metal : la voix, les guitares (Limbs of a star), la batterie qui Blast quelque fois mais au rythme souvent saccadé. Le batteur est d’ailleurs excellent à son poste. Notons également pas mal de soli de guitares plutôt bons dans l’ensemble, pas très techniques (Feelings) sauf celui de Light Reborn mais qui apporte bien peu à l’ensemble de la piste, et qui sont plus à appuyés les mélodies chantées en voix claires. Finissons sur les guitares dont une des principales techniques abusée ici est l’harmonie : on en trouve partout (Bitter End, Serpents Embrace, Light Reborn) et quelques effets de Larsen (Intro de Faded Years).

Cet album est donc correct, sans être exceptionnel. Il y a une foultitude de bonnes idées dans cette musique, mais pas toujours bien exploitées. On en retiendra également de très bon riffs, un chant clair vraiment bon (sorte de ‘marque de fabrique’) et un côté éléctro à approfondir davantage pour vraiment marquer le coup … et la musique en général. Potentiellement génial !

1 Commentaire

1 J'aime

Partager
Vrael - 01 Octobre 2010: Bonne petite chronique, mais pour moi l'aspect gothique du groupe a disparu depuis Chapter III. Il n'en subsiste que de rares bribes notemment dans la voix grave et la mélancholie de certains morceaux (dont la balade un brin ennuyeuse "Solitude").

En ce qui concerne le clavier dit électro, ils en abusent largement sur Phoenix, au point de souvent donner l'impression de mélanger musique pop et "néo-black" métal...

"Cellos for the Insatiable" est énorme quand même !!
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ ratsnickers

24 Septembre 2010
Eh bien, ça ne fait pas des mille et des cent mais ça fait un moment que je n'ai rien écouté de ce groupe (trois ans en fait, depuis leur dernière sortie 'Chapter III'), donc je n'avais pas réalisé que c'était leur quatrième album complet.


Je dois dire que les dernières sorties d'Agathodaimon me sont un peu passées au dessus et j'ai toujours vu ce qu'ils faisaient comme moyen et potable, cependant sur ce CD je dois admettre qu'ils ont un peu mis la barre au dessus et ils montrent finalement la qualité qu'ils sont capables de founir.
Agathodaimon est décrit dans la presse comme un groupe de 'dark metal' (leur époque black est passée, vous n'êtes pas d'accord ?), je pense qu'on peut considérer que leur pochette l'est, quelques pistes sont du registre black mélodique et le reste est plutôt tourné vers le territoire heavy-gothique.

Le chant est partagé en trois (Sathonys, Akaias & Eddie Smith), il y a aussi le chant clair qui est très utilisé mais ça fonctionne bien.
L'album démarre à fond de train avec 'Cellos for the Insatiable' (titre intéressant, je me demande d'où vient) qui porte le flambeau 'black mélodique' avec fierté, suivie du théatral titre éponyme (choeurs et vocaux clairs) qui va plus loin dans le 'mélodique', et ça continue comme ça jusqu'à l'exquise ballade 'Solitude' dont le chant féminin est assuré par Ophelia par dessus le clavier et le synthé fluides ; l'album retourne ensuite dans la brutalité avec 'Limbs of a stare', 'The Darkness Inside' et 'Bitter end' puis il est bouclé avec l'émouvante et atmosphérique 'Feelings'.

Il y a beaucoup à apprécier dans cet album mais il y a quand même un petit quelque chose qui manque, ce qui veut dire que le CD ne restera pas indéfiniment dans mon lecteur.
C'est pourtant riche à écouter et je suis convaincu que pas mal de gens l'aimeront, le groupe entamant un virage vers l'amélioration et je suis sûr que leur prochaine sortie aura quelque chose de vraiment spécial.

14/20

0 Commentaire

0 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire