Second Hand Wonderland

Liste des groupes Folk Metal Kontrust Second Hand Wonderland
Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
18/20
Nom du groupe Kontrust
Nom de l'album Second Hand Wonderland
Type Album
Date de parution 27 Avril 2012
Produit par Arne Neurand
Enregistré à Horus Sound Studio
Style MusicalFolk Metal
Membres possèdant cet album37

Tracklist

1. Sock ´n´ Doll 04:09
2. Falling 03:18
3. Monkey Boy 03:32
4. U Say What 03:21
5. The Butterfly Defect 03:44
6. Rasputin 03:37
7. Bad Betrayer 03:16
8. Adrenalin 03:11
9. Hocus Pocus 03:44
10. Raise Me Up 03:18
11. Hey DJ! 03:50
12. Police 04:39
13. On the Run (Acoustic Version) 03:56
14. Bad Betrayer (Fii Beatbox Remix) 03:58
15. Bomba (Hardcore Polka Version) 03:43
Total playing time 55:16

Chronique @ shimix

27 Janvier 2014

System of a Down feat. Aqua feat. Shaka Ponk

Kontrust est un groupe que j’ai découvert par hasard en trainant sur la chaine youtube de Napalm Records. En effet, au milieu des Týr, Arkona, Alestorm et autres Xandria et Leaves' Eyes, j’ai vu la miniature assez rigolote de la vidéo de leur chanson « Hey Dj! » et je me suis risqué à un clic dans l’inconnu. Et je ne l’ai point regretté, loin de là !

Kontrust donc, puisque c’est de cela qu’il s’agît, est un groupe composé de six Autrichiens et une Polonaise (aka l’atout charme du groupe) qui visiblement ne pouvaient pas s’entendre sur le genre de musique qu’ils voulaient jouer, et qui décidèrent donc de jouer un peu de tous les styles possibles et imaginables. Parait même que ça s’appelle du crossover.

Vous voulez une preuve de l’ampleur de la chose ? Pas de souci, prenez donc le premier morceau de ce "Second Hand Wonderland", à savoir « Sock ´n´ Doll ». Ce titre est un énorme condensé de différents styles musicaux divers qui a priori n’ont pas grand-chose à faire ensemble, mais que le groupe réussit ici à faire cohabiter avec brio. Ainsi, Kontrust combine avec une facilité insolente une intro digne d’un chœur gospel, un riff typé neo-metal, un chant masculin orienté euro-dance (la voix me rappelle ce fameux Daddy DJ … paye tes références !), un chant féminin bien "popesque" à la Madonna, des chants tyroliens, et même un passage reggae … ouais, rien que ça ! Et le pire, c’est que la mixture prend terriblement bien, et le groupe nous offre là un morceau jubilatoire et hyper entraînant. Le genre de chanson capable de réveiller un pit trop calme en concert.

Et voilà, vous avez là un aperçu de la musique développée par Kontrust : un son dynamique qui file allégrement entre différents styles pour créer au fil de l’album des chansons pleines d’énergie, même si cependant aucun autre morceau de cet album ne condensera autant d’ambiances différentes que ce « Sock ´n´ Doll ». L’association des deux voix (masculine et féminine, et par conséquent radicalement opposées) et les différents styles rencontrés ici (neo-metal, rock, pop…), donnent globalement l’impression d’assister à ce qui serait une sorte de "System of a Down ft. Aqua ft. Shaka Ponk".

Sur la majeure partie de l’album, cela a tendance à fonctionner, et quand cette mayonnaise prend bien, le groupe nous livre des chansons qui s’avèrent très vite entêtantes et super sympa à écouter. On saute de style en style avec une fluidité déconcertante et une efficacité maximale. Par exemple sur le morceau « Adrenalin », sur certains passages, Kontrust semble faire un duo avec la fanfare municipale de Bezons-la-Garenne (!!) avant de retomber dans un son beaucoup plus typé neo-metal, effet garanti. Dans les morceaux réussis on peut aussi citer, entre autres, « Falling », « Hocus Pocus » et les chansons évoquées plus haut : « Sock ´n´ Doll » et « Hey DJ! ».

D’autres morceaux de cet album sont globalement bons, à défauts d’être très bons, et présentent de bonnes idées musicales ainsi que de bons passages. Cependant, on sent qu’il manque un léger quelque chose, ce petit grain de folie et cette touche "excentriquo-énergique" présents sur les titres cités plus haut ont plus du mal à ressortir ici. Je pense surtout là aux morceaux « Monkey Boy », « Rasputin » et « Raise Me Up».

Et puis malheureusement il y aussi des morceaux où la magie n’opère plus vraiment : sur « U Say What » et « Police », le groupe nous distille un son assez fade, l’originalité et la fantaisie du groupe semblent ici disparaitre au profit de structures musicales trop classiques. Le groupe essaie bien de "sauver" « U Say What » en y intégrant une touche orientale, mais l’effet obtenu n’a rien de vraiment transcendant.

Au final cet album est bon, voir même très bon, mais on sent que le groupe a le potentiel pour faire encore mieux. Si le groupe arrivait à maintenir le niveau aperçu par exemple sur les excellents « Sock ´n´ Doll » et « The Butterfly Defect » sur l’ensemble des titres d’un prochain album, ce dernier serait alors une tuerie monumentale !

En conclusion Kontrust nous présente là une musique assez excentrique, globalement bien réussie et pleine d’entrain, mais qui, ça me semble évident, ne pourra pas forcément plaire à tout le monde. En effet, elle ne propose pas grand-chose de banal et de convenu et cela pourrait en dérouter plus d’un.
Chacun devra donc écouter pour se faire sa propre opinion. Ainsi, cher (éventuel) lecteur, je t’invite à m’imiter et à cliquer toi aussi sur la vidéo de « Hey DJ! » (présente en dessous de la chronique).

Et allez, tous en chœurs : "Don’t play me me a punk song !" !!


16/20

shimix

1 Commentaire

5 J'aime

Partager
Fyrnael - 18 Avril 2016: Découvert comme toi par hasard sur Youtube, après une vidéo de Russkaja (découvert aussi pour cause de trop d'internet dans la journée!), je ne peux qu'être d'accord avec ta chronique qui décrit parfaitement l'efficacité de cette musique composée au mixeur. Sock'n'doll est en effet particulièrement insolente de cohérence!

Je vais aller voir ce que donne leur dernier album en attendant de recevoir celui-ci =)
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire