Scars on Broadway

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Scars On Broadway
Nom de l'album Scars on Broadway
Type Album
Date de parution 29 Juillet 2008
Produit par Malakian Daron
Enregistré à Sunset Sound Recorders
Style MusicalNéo Metal
Membres possèdant cet album123

Tracklist

1. Serious 02:08
2. Funny 02:55
3. Exploding / Reloading 02:15
4. Stoner Hate 02:00
5. Insane 03:07
6. World Long Gone 03:16
7. Kill Each Other / Live Forever 03:05
8. Babylon 03:56
9. Chemicals 03:13
10. Enemy 03:03
11. Universe 04:15
12. 3005 02:54
13. Cute Machines 03:03
14. Whoring Streets 03:01
15. They Say 02:48
Bonustrack (Japanese Edition)
16. Hungry Ghost 03:29
Bonustracks (iTunes Version)
16. Scars on Broadway (Instrumental) 02:50
17. They Say (Music Video) 02:48
Best Buy Bonus DVD/UK Bonus DVD
1. The Making of "They Say" (Video) 03:10
2. They Say (Music Video) 02:54
Total playing time 44:59

Chronique @ Game_system

02 Fevrier 2018

Un coffre qui renferme des chansons inspirées destinées à être longuement savourées

Bénéficiant d’une carrière musicale exemplaire en accumulant succès après succès, les quatre Américano-arméniens de System Of A Down décident, après la grande tournée qui a suivi la sortie du désormais culte double album Mezmerize / Hypnotize, de faire une pause afin que chaque membre puisse s’adonner à d’autres projets musicaux. Ainsi, Serj Tankian, le chanteur principal, a débuté une brillante carrière solo avec la sortie en 2007 d’Elect The Dead, un excellent album que je recommande très fortement à tous ceux appréciant sa très belle voix. Shavo Odadjian, le bassiste, a lui préféré se concentrer sur la production, en produisant notamment certains artistes de hip-hop. Restent alors Daron Malakian et John Dolmayan, respectivement guitariste/chanteur et batteur. Les deux comparses ont choisi d’unir leurs forces pour sortir le premier album de leur groupe Scars On Broadway, qui n’est pas totalement nouveau à proprement parler puisqu’il a été officiellement formé en 2003.

La mise en suspens des activités de SOAD s’est présentée comme une occasion en or pour enfin se concentrer pleinement sur le projet, dont le premier et seul album paru jusqu’à aujourd’hui est sorti en 2008. D’autres musiciens ont alors été recrutés pour Scars On Boradway, à savoir : Dominic Cifarelli à la basse, ex-guitariste de Pulse Ultra (un groupe canadien de metal alternatif criminellement sous-estimé qui a fait quelques premières parties de SOAD à l'époque de Toxicity, malheureusement séparé en 2004) ; Franky Perez à la guitare rythmique, qui sera plus connu par la suite pour être le chanteur d’Apocalyptica ; et Danny Shamoun aux claviers.

Les expérimentations farfelues et les structures tantôt progressives, tantôt alternatives des derniers SOAD, laissent place ici à des structures modern rock plus traditionnelles. Mais l’âme du groupe continue de planer dans les compositions et certaines chansons montrent clairement des influences directes. Aussi, on aurait juré avoir écouté sur « Whoring Streets » la voix de Serj Tankian en harmonie avec celle de Daron, comme ils avaient l’habitude de le faire sur les deux derniers opus ; il en est de même avec la musique, parfaitement dans le style ballad rock développé dans Mezmerize / Hypnotize (ressemblant pas mal à « Soldier Side » et « Lonely Day »). « Stoner Hate » contient le grain de folie si caractéristique du groupe, en reprenant un rythme euphorique et rapide ainsi que le côté psychédélique dans les paroles et le chant. « Cute Machines », quant à lui, renoue avec des compositions totalement imprévisibles avec un passage accéléré en blast beats et une voix schizophrène passant du aérien au subitement hurlé.

Mais Scars On Broadway est loin d’être une simple version revisitée de System Of A Down par Daron. Il nous prouve, avec sa manière de chanter si personnelle et unique, qu’il peut être un très bon chanteur grâce à sa capacité à développer de belles et accrocheuses mélodies. « Insane » en est la preuve : le refrain y est parfaitement chanté et parvient à transmettre des émotions avec ses paroles qui traitent d’un sujet sérieux sous un ton ironique, qui plus est, accompagné d’un très beau solo en plein milieu. On retrouve ce même chant dans « Babylon » avec plus de vocalises, et l’on constate alors qu’une importante amélioration est à noter dans ses capacités vocales. Il avait certes déjà montré ce dont il était capable sur Mezmerize / Hypnotize en prenant plus souvent la place derrière le micro, mais c’est sur cet opus qu’il confirme le grand potentiel dont il avait déjà fait preuve. C’est là que l’on comprend alors que Scars On Broadway répond à un besoin de Daron de sortir un nouveau disque où il laisse tout son talent artistique et vocal s’exprimer sans contrainte, mais surtout, comme il n’avait pas pu le faire avec SOAD. « Enemy » est, quant à lui, très accrocheur ; une envie irrésistible de chanter ou de hocher la tête en rythme nous vient dès l’écoute des premiers riffs et du chant bien en rythme, sans parler du pont mélodique au milieu de la chanson où il nous fait une belle performance de ses capacités vocales. Enfin, «Serious » témoigne de son aisance à passer d’un verset chanté rapidement et intensément à un refrain mélodique et posé, faisant d’elle une très bonne chanson pour débuter l’album.

S’il s’est montré convaincant eu égard à ses capacités vocales, il en a fait de même avec les compositions. Si certaines chansons suivent des structures rock modernes traditionnelles, souvent avec une grande efficacité (« Kill Each Other – Live Forever », « Exploading / Reloading »), d’autres contiennent divers arrangements, les rendant plus intéressantes. En plus des déjà cités « Stoner Hate » et « Cute Machines », c’est aussi le cas du très bon « World Long Gone », qui, en plus de servir de bons gros riffs tout au long de la chanson, contient aussi des passages aux claviers hypnotiques pour un résultat fort intéressant. Des bons riffs, il y en a à la pelle, allant de ceux, puissants et dansants, du tube « They Say » à ceux, plus nerveux et metal, de « Stoner Hate ». On comprend que l’opus est une véritable ode à l’art du riff. Mais « 3005 » va plus loin en s’aventurant dans la rock ballad, avec ses synthés rétro et ses sonorités rock western, apportant un petit vent de fraîcheur à l’album.

N’oublions pas que John Dolmayan fait également partie du groupe. Son jeu de batterie se veut évidemment moins nerveux qu’avec SOAD, mais avec lui, l'opus se dote d’une variété inédite. On reconnait néanmoins quelques éléments qui lui sont propres, comme son vivifiant jeu de cymbales sur « Funny », son jeu mid tempo sur les ballades « Whoring Streets » et « 3005 » ou encore sa puissance de frappe sur « Cutes Machines ». Quant aux autres musiciens, s'ils se montrent plus discrets, font néanmoins parfaitement bien leur boulot.

Pas besoin d’être déjà un fan de SOAD pour apprécier cet album : Scars On Broadway est suffisamment solide et inspiré pour que n’importe quel amateur de bon gros rock y passe de bons moments. Les chansons sont construites avec passion et ne font preuve que d’une rare baisse de niveau (« Chemicals » qui en fait un peu trop avec ses sonorités électro et son côté déjanté plutôt dispensable ; « Universe » qui, sans être mauvais, n’accroche pas plus que ça). Les plus critiques diront que l’ensemble est un peu trop monotone, tant pour les compositions, malgré l’effort de variété, que pour le chant (les passages hurlés, déjantés et expérimentaux restent minoritaires). Ce n’est peut-être pas complètement faux, mais je pense qu’en multipliant les écoutes, chaque chanson finit par dégager une petite intimité qui lui est propre. Ce petit défaut est aussi révélateur d’un potentiel, laissant augurer de futures compositions dans d’éventuels prochains albums plus variés et plus personnels.

Des futurs albums qui, malheureusement, ne vont probablement jamais arriver, Scars On Broadway étant au point mort depuis bien des années. En effet, un second album a bel et bien été enregistré quelques années plus tard, et était censé sortir vers 2012. La page d’accueil du site web officiel du groupe à l’époque montrait un court extrait d’une nouvelle chanson de l’album, extrait qui m’avait fait littéralement saliver à l’époque. Depuis, plus rien, aucun signe, nada de nada. Pire encore, les membres ont, un à un, quitté le navire, excepté Daron Malakian qui reste encore à ce jour le seul membre présent dans la formation. John Dolmayan est le premier à l’avoir quitté en 2012, juste après l’enregistrement du mystérieux second album, pour se dédier à son projet de vente en ligne de comics et consacrer exclusivement sa vie musicale à System Of A Down. Dominic Cifarelli, pour sa part, s’est concentré sur la composition de nouvelles musiques pour son groupe de metal progressif Chronicles Of Israfel, où il officie en tant que chanteur/guitariste. Franky Pérez, quant à lui, a collaboré avec plusieurs noms de prestige comme Slash avant d’être recruté en tant que chanteur officiel d’Apocalyptica. Tout cela semble indiquer qu’une reformation reste assez compliquée, et que le matériel inédit enregistré n’est pas vraiment prêt de sortir.

Qu’est-ce qui a poussé les membres à soudainement quitter le groupe ? Pourquoi le second album a-t-il été enregistré sans jamais sortir ? Y a-t-il un avenir pour Scars On Broadway ? Tant de questions sans réponses. Quoiqu’il en soit, ce premier opus est un coffre qui renferme des chansons bien inspirées, destinées à être longuement savourées, et c’est déjà très bien comme ça.

2 Commentaires

3 J'aime

Partager
hadsonners - 30 Mars 2018:

Merci pour cette chronique. On a ici un bon album de '' Néo '', du System of a Down mais plus posé, avec un peu de pop et d'electro. La sublime voix de Malakian tient très bien la route seule.

Très bon pour ma part, dommage effectivement qu'il n'y est pas eu de second album...

Par contre j'adore '' Universe '' haha

Game_system - 02 Avril 2018:

De rien, merci à toi d'avoir lu la chronique !

Oui, la voix de Malakian est poussé à ses limites dans cet album, il s'est vraiment donner la peine de montrer tout ce dont il est capable, ce qui justifie amplement l'intérêt du disque.

Universe est tout sauf une mauvaise chanson. À vrai dire, moi aussi je l'aime bien. Le seul soucis c'est que devant la grande quantité de chansons que l'album a la générosité de nous offrir, il passe assez inaperçue et ne se démarque à mon goût que trop peu par rapport aux autres. La chanson en soi est intéressante (j'aime bien le travail de la basse), si tu l'écoutes à part s'en est une bonne, mais dans l'album c'est de ceux qui marquent le moins.

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ daron42

26 Août 2008

16/20

Après les prouesses que nous a livré Serj Tankian pour son album solo, c'est au tour de Daron Malakian et John Dolmayan (guitare et batterie de SOAD) de nous présenter le petit nouveau : "Scars on Broadway" ou SoB (voire "Scars").

Commençons son étude. L'album démarre assez fort avec "Serious". On reconnait la voix de notre cher Malakian dès la 1ère minute. Ce début d'album (de "Serious" à "Babylon") le fait bien partir… surtout avec "Exploding/Reloading", "Stoner Hate", "Insane", "World Long Gone".

La suite de cet album contient des chansons qui ont pratiquement "le même ton". On retrouve "Enemy", qui était auparavant une chanson d'ouverture des concerts de SOAD à leurs débuts (avec la célèbre phrase "We're on drugs !"). Le titre le plus bizarre revenant à "Chemicals", avec un ton de Trance/Beats… une vrai chanson de drogués !
"Universe" et "3005" se suivent parfaitement. "Whoring Streets" ressemble beaucoup à "Holy Mountains" de SOAD, et enfin "They Say" (que tout le monde connait).

Le seul flop que je lui trouve, c'est justement qu'on ne retrouve pas une diversité à la System. Beaucoup de chansons se ressemblent. Mais il reste un incontournable pour les fans de SOAD, et les autres d'ailleurs. Un album regorgant de provocations lyriques, et à une guitare + une batterie qui pètent dans les enceintes !!!

Mes morceaux favoris (même si je les aime tous) sont :
"Exploding/Reloading",
"Stoner Hate",
"Kill Each Other/Live Forever",
"Babylon","Whoring Streets",
"They Say"…

10 Commentaires

9 J'aime

Partager

onirozie - 26 Août 2008: Idem, cet album n'a rien d'original. Si s'auto-plagier n'est pas un crime, ça constitue tout de même manque de respect total pour son public et un bon moyen de continuer à assurer des ventes sans se fatiguer ^^
la moyenne aurait suffit :)
Melomane - 27 Août 2008: C'est un album plutôt moyen, et je reprend les citations de mes collègues, c'est une pale copie de SOAD même si çà n'empêche pas que ce soit pas trop mal. Mais de là à mettre 20, il ne faut quand même pas abuser. D'ailleurs, quel album dans ce bas monde mérite un 20/20 ?
En voilà une de question.
katchoke - 27 Août 2008: aucun album ne mérite 20/20 aprés cela est question de gout comme d'habitude, surtout que le chroniqueur lui donne quelques bémols et lui met 20/20 aprés... faut pas abuser, mettre 20/20 à tous les albums qu'on aime, on s'y retrouve plus aprés dans la notation. phoque!
baloo - 27 Août 2008: Mouais mouais...

J'arrive en plein debat sur l'album...

Donc la parole au peuple:
pour moi cet album est correct mais sans plus. Ok y'a des chansons qui sont pas trop trop mal mais dans l'ensemble toutes se ressemblent... c'est fade grand manque d'originalté ou d'inspiration de la part de Malakian...

A cote de ca je trouve que Tankian s'en sort largement mieux avec son album solo que Malakian et Dolmayan avec le leur...

Sur ce...
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Kovalsky51

28 Août 2008
Suite a la lecture de la chronique précédente affublant l'album d'un 20/20 j'ai écouté la dite tuerie! Alors certes si il est loin d'être mauvais l'album est quand même loin de mériter autant d'éloges! Car d'une part ce n'est qu'un Hypnotize/mesmerize Bis et que d'une seconde part il est loin d'être varié! Explications :

En Lançant l'album j'ai été obligé de regarder la pochette pour bien vérifier que ce n'est pas du soad! Et dubitatif j'ai vu que ce n'en était pas ! Car dès les premiers accords de serious on a l'impression d'entendre le riff de kill rock'n'roll! Le chant est identique et la musique si proche qu'on en vient a se demander si cette chanson n'est pas une chute du double album! Puis arrive funny et le constat est le même! Autant le dire tout de suite cet album est en réalité du system sans Tankian (le gros Hic!), avec Malakian qui essaye de devenir Serj a la place de serj!
Heureusement certains bon morceaux arrivent a faire passer la pilule
- Stoner hate, même si le refrain nous réchauffe le riff de prison song a peine retravaillé!
- They Say , pour un riff plutôt cool bien que déjà entendu!
- Chemicals , parce qu'il nous confirme que malakian est un sacré junkie!

Mais l'album présente trop de points négatifs comme ce recours quasi systématique à un chant mélodique qui aurait été excellent si c'était Serj qui les chantait! Une variété absente rendant l'écoute assez monotone, et enfin la sale impression d'écouter l'album que Malakian aurait voulu faire avec System si il avait réussi a Virer Serj Tankian!

Moralité même en étant un grand fan de SOAD le constat reste sans équivoque, l'ombre de Toxicity planera toujours sur les projets des musiciens du groupe!

A écouter si l'on est en manque de System mais pour ma part je préfère encore Toxicity qui n'a encore pas pris une ride!

5 Commentaires

4 J'aime

Partager
clochard - 13 Mai 2009: "Suite a la lecture de la chronique précédente affublant l'album d'un 20/20 j'ai écouté la dite tuerie!"
Ce n'est pas une chronique mais de la m**** de groupie, son pseudo en témoigne d'ailleurs. Heureusement qu'on a eu une chronique un peu plus objective! Pour ma part je ne risque pas d'écouter ce disque même si j'apprécie beaucoup SoaD parce qu'à mon avis la grande figure de ce groupe a toujours été Serj.
daron42 - 01 Août 2009: c'est peut être une pal copie de soad mais en même temps 80% des chansons de soad ont été crées par daron malakian donc c'est normal si ça ressemble.Et je ne dis pas ça parce que je l'idolatre. Mais pour le 20/20 je l'ai pas mis en même temps que ma chronique j'aurais mis 15.
 
gaspard - 28 Janvier 2010: 13 me parrait tres bien.pas grand chose a rajouter on a bien ici du systeme sans serj dans la lancer de hypnotyze.Ce qui me derange pas trop j'aime bien la voix de daron malakian et effectivement la figure de systeme et pour moi daron malakian, serj et mis en avant comme dans la plupart des groupes le chanteur donne l'idendité au groupe.
Neonei - 23 Fevrier 2014: Un de meilleurs albums que je conaisse les chansons sont assez variées avec des paroles fortes, on y retouve tres bien l'univers de Daron Malakian
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Scars On Broadway