Prometheus' Promise

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Pandora's Key
Nom de l'album Prometheus' Promise
Type EP
Date de parution 07 Janvier 2017
Style MusicalMetal Symphonique
Membres possèdant cet album2

Tracklist

1.
 Shattered
 05:17
2.
 Emphemeral Ethernity
 05:09
3.
 Prometheus' Promise
 04:52
4.
 The Final Chapter
 05:26

Durée totale : 20:44


Chronique @ ericb4

03 Juillet 2019

Une entrée en matière sur des chapeaux de roue...

Encore une énième formation metal symphonique à chant féminin à se lancer dans l'arène, probablement vouée, comme tant de ses homologues, à une disparition prématurée, me direz-vous, et vous auriez sans doute raison. Ce serait sans compter son indéfectible ténacité, les talents conjugués de chacun de ses membres, et surtout une furieuse envie d'en découdre face aux Beyond The Black, Elvellon, Sleeping Romance et autres Metalwings. Demi-finaliste aux battles réalisées au Female Metal Event (FemME), à Eindhoven, aux Pays-Bas, en 2016, le quintet néerlandais alors tout juste sorti de terre annonça déjà la couleur de ses intentions...

Une année à peine suite à sa création, le combo batave accouche de son premier bébé « Prometheus' Promise », un laconique EP 4 titres égrainés sur un ruban auditif de 21 minutes tout au plus. Aussi, pénètre-t-on au cœur d'une œuvre metal mélodico-symphonique gothique à la fois volontiers frondeuse et teintée d'élégance, fortement chargée en émotions, aux fines nuances mélodiques et à la technicité instrumentale éprouvée, pourvue d'une ingénierie du son rutilante, dans le sillage de Delain, Lacuna Coil, Ancient Bards, Evanescence ou encore Within Temptation. Un vibrant et énigmatique message musical que nous octroient la frontwoman au puissant et chatoyant timbre de voix Maaike Rijk (ex-Tremor, ex-Cassiopeia), le guitariste/vocaliste Sebastiaan Pongers (Scripted Memories, ex-Rhovanion), le claviériste Desmond Robberegt (ex-Day Six, ex-Xystus), la bassiste Regine Lotstra et le batteur Patrick Sacré (ex-FireForce, ex-Mondvolland). Mais entrons plutôt dans la petite goélette en quête de trésors enfouis...

A la lumière de ses passages les plus enfiévrés, dont certains s'avèrent dores et déjà inscriptibles dans les charts, le collectif ne tardera pas à encenser le pavillon du chaland. Ce qu'il démontre à l'aune de « Shattered » ; un pulsionnel et efficace up tempo d'obédience power symphonique à mi-chemin entre Lacuna Coil, quant à son atmosphère, et Ancient Bards, au regard de sa tonitruante dynamique d'ensemble. Evoluant sur des couplets bien customisés relayés chacun d'un refrain catchy, les toniques et pénétrantes inflexions de la sirène font mouche ; un subtil dosage entre les attaques en profondeur de Cristina Scabbia (Lacuna Coil) et les délicates oscillations de Sharon den Adel (Within Temptation)). Et ce ne sera pas le fringant solo de guitare signé Sebastiaan Pongers, que n'aurait nullement renié Lanvall (Edenbridge), qui nous fera lâcher prise du tubesque effort, loin s'en faut.

Dans une même dynamique, mais un poil moins immédiatement domptables, d'autres pistes n'en tirent pas moins leur épingle du jeu. On retiendra, d'une part, l'impulsif « Prometheus' Promise » eu égard à son tapping martelant, les sidérantes montées en puissance de son dispositif instrumental, ses ondulantes rampes synthétiques et la touche ''delainienne'' dont se nourrit l'enivrant refrain. Quant au mordant « The Final Chapter », tout en ne lâchant que rarement du lest, celui-ci ménage également l'un ou l'autre moment d'apaisement. Sans sacrifier une sente mélodique éminemment entraînante, nos compères délivrent une énergie aisément communicative doublée d'un cheminement d'harmoniques finement ciselé et infiltrant.

Lorsque s'apaisent les tensions et que le moment se fait intimiste, le combo nous prend alors par la main pour un voyage en totale apesanteur. Ainsi, calée sur de soyeux arpèges au piano, l'''evanescente'' ballade romantique « Emphemeral Ethernity » aux airs d'un slow qui emballe se pose telle une élégante et troublante offrande. Dotée d'une ligne mélodique d'une précision d'orfèvre et d'un refrain immersif à souhait, la tendre aubade laisse, par ailleurs, entrevoir une féline gradation du corps orchestral et des finitions passées au crible. Mis en habits de soie par les cristallines modulations aux faux airs de Sharon den Adel de la maîtresse de cérémonie, magnifié par un fin legato à la lead guitare, se chargeant également en émotions au fur et à mesure de sa progression, l'instant privilégié se mue alors en véritable bourreau des cœurs. Bref, une pépite du genre, que l'on ne quittera qu'à regret.

A l'issue de cette brève traversée en eaux frissonnantes, force est d'observer un réel potentiel technique et surtout mélodique s'esquisser. Ce faisant, on effeuille une œuvre à la fois fringante, enjouée, vitaminée et un brin romantique, propice à un headbang bien senti tout comme à une profonde zénitude. On aurait peut-être espéré un propos plus varié sur les plans atmosphérique et rythmique et un zeste d'originalité supplémentaire relatif à un set de compositions reflétant cependant un bel élan d'inspiration de ses auteurs. Comme l'ingénierie du son ne saurait être prise en défaut et que l'émotion requise est au rendez-vous de nos attentes, le mal n'est pas grave, nos acolytes ayant bien le temps de parfaire leurs gammes pour nous impacter plus largement, peut-être à l'aune d'un album full length. Pour l'heure, à l'image de ce laconique mais prégnant opus, le combo batave serait susceptible de jouer dans la catégorie des sérieux espoirs du metal symphonique à chant féminin. Bref, un groupe qui a le vent en poupe...

0 Commentaire

0 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Pandora's Key