Principles of Chaos

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Shadowcraft
Nom de l'album Principles of Chaos
Type Album
Date de parution 27 Mars 2013
Style MusicalBlack Symphonique
Membres possèdant cet album3

Tracklist

1. Aeons Passed on...
2. Principles of Chaos
3. A Brotherhood Betrayed
4. The Light of Apollo
5. Burning Sun (Pt. 1) : Ascending...
6. Burning Sun (Pt. 2) : Bringer of Plagues and Suffering
7. Red Moon Above the Enemy
8. The Chamber of Eyes
9. A Path
10. Transcending into Infinite Aeons
11. Wrath of Celestial Daemons

Acheter cet album

Shadowcraft


Chronique @ Matai

17 Octobre 2013

Shadowcraft arrive à utiliser ses influences de façon intelligente

Cela fait plus de vingt ans maintenant que la scène black metal grecque s’est implantée avec Rotting Christ ou Necromantia en fers de lance. Une scène riche, avec ses diversités musicales, qui s’est étendue jusqu’au black symphonique avec Transcending Bizarre, par exemple, depuis le début des années 2000. Des formations ont tenté de suivre les traces de leurs ainés, sans grand succès. Pourtant, Shadowcraft, originaire de Thessaloniki, semble s’être fait un chemin dans le domaine qui lui correspond le mieux. Actif depuis 2005, créateur de plusieurs démos plutôt bien perçues, l’arrivée du claviériste Q_Snq quelques années plus tard lui a permis de s’affirmer et d’étendre son horizon musical vers un black symphonique plus original et avant-gardiste, en témoigne le nouvel album, « Principles of Chaos »…

La pochette cosmique et magique peut rappeler celles de « The Sad Realm of the Star » d’Odium ou d’ « In Abhorrence Dementia » de Limbonic Art. On y retrouve dans tous les cas un personnage qui semble avoir une forte attirance pour la beauté du cosmos. Shadowcraft se situe un peu de ce côté-là sans posséder la violence et le côté vindicatif de ses confrères norvégiens mais l’aspect spatial, épique et théâtral sont bien présents, sans oublier les influences Emperor (la base) et Dimmu Borgir (lorsque les orchestrations sont plus poussées). Ca a beau être grec, l’ambiance de ce « Principles of Chaos » est 100% norvégienne.

L’intro orchestrale dramatique semble longue et on peine du coup à démarrer l’album, mais lorsqu’arrive l’éponyme, tout va mieux. Les riffs black et épiques sont légions et les claviers distillent une atmosphère majestueuse. La symphonie est enveloppante et les sonorités sont variées, si bien que l’auditeur n’a aucun mal à rentrer dans le monde de Shadowcraft. La musique des Grecs peut sonner de façon féérique comme sur « The Light of Apollo » avec la flute et l’allée et venue des cordes. Les vocaux ont aussi une présence importante puisqu’ils ne sont pas linéaires et jouissent d’une variété non négligeable. En clair, on n’a pas que du chant black.

Il y a deux morceaux importants dans ce « Principles of Chaos » à savoir les deux parties « Burning Sun ». La première, « Ascending », est une pièce ambiante cosmique qui nous embarque très haut dans les cieux. On se retrouve tantôt avec un passage onirique, tantôt avec un passage inquiétant très proche du dark ambient. Puis « Bringer of Plagues and Suffering », la seconde partie, montre le côté plus noir de Shadowcraft qui accélère le rythme et le tranchant de ses riffs. Ces derniers ne sonnent pas assez malsain à cause d’une production un peu trop proprette, ce qui peine à immerger l’auditeur, qui ne retiendra que le côté grandiloquent des orchestrations.

On pourra toutefois se délecter d’un « Transcending into Infinite Aeons » varié et mélodique dans lequel le riffing nous guide, soutenu par les blasts et par des claviers inspirés, en témoignent ces petits sons et le clavecin. La majesté de Shadowcraft revient après deux titres basés sur le côté dérangeant des vocaux.

Les Grecs ne nous laissent pas sur notre faim avec ce « Principles of Chaos ». Ils nous livrent un bon album plutôt efficace et bien fichu, loin d’être linéaire puisque nous ne nous retrouvons pas avec la même ambiance du début à la fin. Seule l’originalité pêche un peu puisque l’ombre des Norvégiens plane sur l’ensemble des morceaux, cependant le groupe arrive à utiliser ses influences de façon intelligente…il serait dommage de ne pas en profiter.

0 Commentaire

3 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire